Salornay-sur-Guye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Saône-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de Saône-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Salornay-sur-Guye
Église Saint-Antoine.
Église Saint-Antoine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton Cluny
Intercommunalité Communauté de communes du Clunisois
Maire
Mandat
Jean-Luc Fonteray
2014-2020
Code postal 71250
Code commune 71495
Démographie
Population
municipale
849 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 12″ nord, 4° 35′ 51″ est
Altitude Min. 202 m – Max. 412 m
Superficie 11,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salornay-sur-Guye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salornay-sur-Guye

Salornay-sur-Guye est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Salornéens et Salornéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Salornay-sur-Guye, seconde commune du canton de Cluny, connaît une population régulièrement croissante ces dernières années[Quand ?] pour atteindre 800 habitants.

Le bourg est situé dans la vallée de La Guye. Ayant gardé des commerces, activités et services, Salornay, bénéficiant d'une situation géographique qui le place à trente minutes de différentes villes du département, est desservi par deux routes départementales dont l'axe MâconMontceau-les-Mines (RD 980) et se situe dans la région touristique du clunisois.

La commune de Salornay-sur-Guye comprend le hameau d'Angoin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sailly Bonnay Rose des vents
Chérizet
Saint-André-le-Désert
N Cortevaix
O    Salornay-sur-Guye    E
S
Vitry-lès-Cluny Massy Flagy

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cendres (incinérée au Père-Lachaise) de la résistante Lucie Aubrac décédée le 14 mars 2007 à l'âge de 94 ans, ont été transférées le 3 avril 2007 dans le caveau familial du cimetière de Salornay-sur-Guye conformément à ses dernières volontés, village dont étaient originaires ses parents et grands-parents. Raymond Aubrac, son mari, grand résistant, décédé à Paris le 10 avril 2012, a été inhumé à ses côtés le 12 mai 2012, après avoir reçu des honneurs nationaux[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Claude Dauxois communiste  
1965 1971 Bernard Chapeleau gaulliste  
1971 1974 Marcel Larfouilloux gaulliste  
1974 1977 Marcel Durousset gaulliste  
1977 1983 Reine Naulin socialiste  
1983 1995 Gilbert Lory centriste  
1995 ... Jean-Luc Fonteray socialiste Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 849 habitants, en augmentation de 2,78 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
939 969 957 1 204 1 217 1 058 1 078 1 047 1 013
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 023 967 1 046 1 044 1 000 1 040 1 032 970 1 036
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 064 987 973 804 830 816 792 780 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
749 693 721 705 663 702 789 842 849
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antoine, du XIe siècle remaniée au XIXe siècle[6].
  • Au pied de l'église se trouve une maison XVe siècle, entourée d'un parc arboré d'un peu plus d'un hectare. Appelée « le château »[7], elle est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[8].
  • Le moulin de la Clochette (sur la Guye, déjà cité au XVIIIe siècle), acheté par la commune en 1950 et devenu, après restauration en 1996-1997, local d'accueil du camping municipal[9].
  • Le moulin d'Angoin (sur la Guye) au lieu-dit du même nom (propriété privée)[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Paris : les honneurs militaires aux Invalides pour Raymond Aubrac », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Salornay-sur-Guye – Église Saint-Antoine », sur pastourisme71.com, Pastorale du tourisme et des loisirs, diocèse d'Autun, Chalon et Mâcon, (consulté le 7 février 2013) [PDF].
  7. a et b Régis Gaillard, « Salornay-sur-Guye – Entre patrimoine historique et nature », L'Exploitant Agricole de Saône-et-Loire, sur le site agri71.fr, 27 décembre 2011.
  8. Notice no PA00113466, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « À Salornay-sur-Guye », article de Catherine Bertrand paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 137 de mars 2004 (pages 5 à 7).
  10. Charles-Edouard Bride, « La roue tourne au moulin », Le journal de Saône-et-Loire, sur le site lejsl.com, 6 juin 2011.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :