Trézelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trézelles
Vue de Trézelles
Vue de Trézelles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Moulins-2
Intercommunalité Communauté de communes Entr'Allier Besbre et Loire
Maire
Mandat
Alain Vernisse
2014-2020
Code postal 03220
Code commune 03291
Démographie
Population
municipale
394 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 47″ nord, 3° 35′ 35″ est
Altitude Min. 250 m – Max. 330 m
Superficie 18,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Trézelles

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Trézelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trézelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trézelles

Trézelles est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Jusqu'en mars 2015, Trézelles dépendait du canton de Jaligny-sur-Besbre ; à la suite des élections départementales de 2015, la commune est rattachée au canton de Moulins-2[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Trézelles
Chavroches Sorbier
Cindré Trézelles Varennes-sur-Tèche
Servilly

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

1 805 ha 56 ares en 1852, commune traversée par la rivière de la Besbre, abonde en prairies naturelles et artificielles ; on y récolte du froment, de l'avoine, du chanvre, des noix en abondance et toutes espèces de fruits[2].

Nombreuses sorties de sources au niveau de la roche calcaire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Village traversé par la Besbre. D'autres nombreux petits ruisseaux. La Besbre déborde en début d'année dans la vallée alluviale à la suite de la fonte des neiges de la Montagne bourbonnaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence de vestiges gallo-romains de faible importance : vestiges de tuiles romaines et de pots de style romain, lors du passage des canalisations de gaz en bordure de la Besbre.
  • Le nom de cette commune : signifie trois voies (Tres alia), car elle était située à la croisée de trois voies romaines. Au début du XVIe (en 1508), le nom du village s'écrit Trezail dans un terrier de la cure de Trézelles. Au XIXe siècle, il était communément écrit Trézel dans les différents actes. « Le vieil orthographe de Trezail, dérivé évidemment de Transalium, ne permet pas de douter que le bourg de Trézelles ne soit le Transaliensis vicus in Arverno de Grégoire de Tours, et son antique importance était manifeste encore au XVIe siècle[3]. »
  • Le village de Trézelles avait la prétention d'avoir été une ville (comme Montaiguët-en-Forez). Ce village dépendait de la châtellenie de Chavroches[4].
  • « Les habitants prétendent que leur commune avait été jadis une ville close, et ils montrent à l'appui de leur dire quelques pans de murailles. On y célébrait une fête ou foire qu'on appelait Chari-Barat, et qui, aujourd'hui, est peu ou point fréquentée. Près de là est un lieu-dit de La Corne, renommé par son commerce d'horlogerie[2]. » [issu d'un écrit du XIXe]
  • Le 18 juin 1940 : faisant suite à la débâcle de l'armée française, un camp provisoire de prisonniers a été mis en place pendant une dizaine de jours par les Allemands entre Trézelles et Floret[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1793 Jean Pejoux    
1793 1795 Blaise Laugier[Note 1]    
1795 1815 Louis Dulignier[Note 2]    
1815 1827 Jacques Dupont    
1827 1831 Pierre Dulignier    
1831 1841 François Marie Degeorge    
1841 1848 Emmanuel de la Boutresse    
1848 1848 Pierre Machuret    
1848 1859 Emmanuel de la Boutresse    
1859 1874 François de Finance    
1874 1884 Gilbert de la Boutresse    
1884 1908 Charles Gustave Marchal    
1908 1912 Mayeul Bonin    
1912 1919 Julien Metot    
1919 1935 Nicolas Romaillat    
1935 1941 Antoine Pejoux    
1941 1944 Claudius Duriat[Note 3]    
1944 1945 Jean Buisson    
1945 1959 Antoine Pejoux    
1959 1977 Jean Marie Allissant    
1977 2001 Jacques Livrozet    
mars 2001 mars 2014 Jacques Pillot    
mars 2014 en cours
(au 1er avril 2015)
Alain Vernisse[6]   Ingénieur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 4].

En 2014, la commune comptait 394 habitants, en augmentation de 2,34 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
756 835 790 806 776 918 840 947 914
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
955 930 970 934 967 936 921 902 907
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
897 987 944 825 827 785 760 742 665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
638 562 521 453 414 395 379 390 394
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Trézelles dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école maternelle publique[11].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent à Jaligny-sur-Besbre[12] et les lycéens à Moulins et Yzeure[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Barthélémy.
  • Église Saint-Barthélémy de Trézelles : elle était autrefois l'annexe du prieuré des minimes de Moulins au hameau de Floret et le curé se qualifiait de curé de Floret et de Trézelles. Cette église du XVIIIe a été reconstruite postérieurement à la date du 16 septembre 1762, date d'adjudication de sa reconstruction à Jean Brosse[14]. Des restes de l'époque romane y ont été découverts en 1843 lors de travaux effectués dans le chœur.
  • Manoir des Quillets : propriété privée appartenant à la famille Tiersonnier, avec hébergement Gites de France.
  • Restes du château de Trézelles : porche éclairé de nuit, deux tours du château d'origine ; différents propriétaires des restes de l'ancien château de Trézelles.
  • Château de Villard : édifice du XVIe.
  • Barrage de Trézelles : barrage sur la Besbre, en direction de Lapalisse par la voie longeant la Besbre ; la baignade était autrefois autorisée.
  • Pont de fer du 19e traversant la Besbre, ancienne voie du tacot de Trézelles, à proximité du manoir des Quillets.
  • Souterrain annulaire du Ve siècle au lieu-dit les Jacquets, connu depuis le XIXe siècle, grâce au Dr Bailleau.

Liste des lieux-dits et autres toponymes de la commune[modifier | modifier le code]

  • Bois d'Arbin
  • Bois de l'Huilier
  • Bois Relandin
  • Cadeau
  • Cadelière
  • Chez le Pré
  • Floret
  • Lancion
  • Layat
  • L'Allée
  • L'Alliance
  • L'Hermitage
  • La Bamboche
  • La Bruyère
  • La Buse
  • La Corne
  • La Creuse
  • La Croix des Ormes
  • La Décampe
  • La Devaudière
  • La Durante
  • La Grange
  • La Maison rouge
  • La Mignance
  • La Minarde
  • La Place Gauguin
  • La Potence
  • La Renardière
  • La Roche
  • Le Coq rouge
  • Le Domaine neuf
  • Le Moulin Bavard[LD 1]
  • Le Moulin Berly
  • Le Moulin de Villard
  • Le Pont de Têche[LD 2]
  • Le Pré carré
  • Le Roy
  • Le Villard[LD 3]
  • Les Bauzets
  • Les Bouets
  • Les Bourniers
  • Les Capiers
  • Les Dallins
  • Les Devaux
  • Les Durands
  • Les Gaillards
  • Les Grillets
  • Les Jacquets
  • Les Jonchères
  • Les Jonets
  • Les Monnets
  • Les Moutiers
  • Les Normands
  • Les Petits Gaillards
  • Les Places
  • Les Pucets
  • Les Quillets[LD 3]
  • Les Reverets
  • Les Rives
  • Les Roulands
  • Les Ruets [LD 4]
  • Les Thivets
  • Les Tocants
  • Les Véneaux
  • Les Vrys
  • Montifaut
  • Pertuis Bardin
  • Renière
  • Rivière de la Besbre
  • Ruisseau de la Têche
  • Ruisseau de Japprenard
  • Ruisseau de Graveron
  • Ruisseau Girardin
  • Sarrazin
  • Segut
  • Tirevinaigre
  • Trembout
  • Trézuble[LD 5]
  • Vélot
  1. Ancien moulin le long de la Besbre.
  2. Pont mis à l'emplacement d'un ancien guet, lors de la mise en place de la ligne du tacot.
  3. a et b Château.
  4. Ancien élevage avicole.
  5. Tour.

Célébrités locales[modifier | modifier le code]

  • Tacot de Trézelles : ancienne ligne de chemin de fer du Réseau de l'Allier, qui desservait Trézelles ; il est actuellement fêté chaque année, sous la forme d'un tracteur grimé en tacot, avec des chars fleuris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Maire en 1793 puis adjoint.
  2. Agent municipal de 1795 à 1799 puis maire.
  3. Président de la Délégation spéciale.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  2. a et b L'Allier pittoresque, 1852.
  3. Aubert de La Faige et Roger de La Boutresse, Les Fiefs du Bourbonnais : La Palisse, Notes et croquis, 1896.
  4. Histoire du Bourbonnais et des Bourbons qui l'ont possédé par M. de Coiffier Demoret, tome 2, 1816.
  5. Jean Desbordes, L'Allier dans la Guerre 1939-1945, éd. de Borée, 2000.
  6. [PDF] « Liste nominative des communes de l'Allier », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le 26 juillet 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « École maternelle publique », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 novembre 2015).
  12. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 16 novembre 2015).
  13. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 16 novembre 2015).
  14. Bulletin de la Société d'émulation et des beaux-arts du Bourbonnais, 1905 (no 12), p. 270.