Louis Marcoussis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcoussis (homonymie).
Louis Marcoussis
Lous Marcoussis, Selbstporträt, 1936.jpg

Autoportrait gravé (1936).

Naissance
Décès
(à 63 ans)
Cusset
Nom de naissance
Ludwik Kazimierz Władysław Markus
Nationalité
Activité
Mouvement
Conjoint
Œuvres réputées
Nature morte aux damiers (1912)

Louis Marcoussis, né Ludwik Kazimierz Władysław Markus à Varsovie en Pologne alors dans l'Empire russe, le et mort à Cusset, dans l'Allier, à côté de Vichy, le (à 63 ans), est un peintre et graveur polonais naturalisé français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé à Paris en 1903, il expose pour la première fois au Salon d'automne de 1905. Il gagne sa vie en faisant des caricatures pour des journaux satiriques ; il fréquente les cafés où il fait la connaissance de Braque, Degas, Picasso, Apollinaire qui lui fera franciser son nom en Louis Marcoussis du nom d'un village proche de Paris.

Au départ, sa peinture est impressionniste, mais il adopte le mouvement cubiste vers 1910 dont il est le premier graveur reconnu, et, participe à l'exposition cubiste de la « Section d'Or ». Après une liaison avec Eva Gouel qui le quitte pour Picasso, il épouse en 1913 Alice Halicka (1891-1974), une compatriote, également peintre[1].

Il collabore à de nombreux journaux et magazines illustrés, comme L'Assiette au beurre et Nos loisirs, où il signe « Markous ».

Les années de guerre l'obligent à retourner en Pologne pour être mobilisé[2]. En 1920, il fait partie, avec Georges Braque, Serge Férat et Fernand Léger, du comité directeur de l'association La Section d'Or, fondée par Léopold Survage, Albert Gleizes et Archipenko et qui est chargée d'organiser des expositions en France et à l'étranger.

En 1925, il a droit à sa première exposition personnelle. Sa carrière va se poursuivre par des voyages et expositions en Grande-Bretagne, en Italie, en Belgique, aux États-Unis, etc. Puis, les années 1930 vont le voir se consacrer essentiellement à la gravure.

En 1940, à l'arrivée des troupes allemandes, il part pour Cusset où il grave une suite de pointe-sèches pour Les Devins, un essai de Gaston Bachelard. Il meurt un an plus tard. Marcoussis était l'oncle de Max Milner. Son épouse Alice Halicka est morte le 30 décembre 1974 à 83 ans. Louis Marcoussis et sa femme sont enterrés au cimetière de Cusset.

Outre de nombreuses peintures, on retiendra de lui, comme graveur, des illustrations pour des livres d'Apollinaire : Alcools, Gérard de Nerval et Tzara. J. Bailly-Herzberg estime à deux cent dix le nombre d'eaux-fortes, pointe sèches, burins, linogravures et bois gravés par Marcoussis.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le Bar du port, huile sur toile, (1913).

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle a été l'illustratrice d’Enfantines de Valery Larbaud.
  2. "Engagé volontaire... il est par la suite naturalisé français" cf. J. Bailly-Herzberg, « Dictionnaire de l'estampe en France », Flammarion, 1985, p. 213

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]