Rachid Benzine

Cette page est concernée par la règle R3R
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rachid Benzine
Image dans Infobox.
Rachid Benzine invité à un débat à Saint-Denis.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités

Rachid Benzine, né le [1] à Kénitra au Maroc, est un islamologue, politologue et enseignant franco-marocain[2]. Romancier et dramaturge, Rachid Benzine est une des figures de proue de l'islam libéral francophone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né en 1971 au Maroc, Rachid Benzine arrive en France, à Trappes, à l'âge de sept ans[3]. En 1996, il devient champion de France de kick-boxing[4].

Formé à l'école des sciences humaines, Rachid Benzine devient islamologue après avoir été en contact avec le christianisme[5].

Dialogue islamo-chrétien[modifier | modifier le code]

Rachid Benzine accède à la notoriété en lançant avec le père Christian Delorme, le dialogue islamo-catholique aux Minguettes, dans la banlieue de Lyon, qui donne lieu à un livre, Nous avons tant de choses à nous dire, paru en 1998. Ce sont des catholiques qui donnent à Rachid Benzine envie de réfléchir sur la religion musulmane[6].

Enseignement et édition[modifier | modifier le code]

Il a enseigné à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence[2] depuis 2005[3], dans le cadre du master « Religions et société », et a été chercheur associé à l'Observatoire du religieux créé par Bruno Étienne[7]. Il a donné notamment des cours à l'université catholique de Louvain (UCL) et à la faculté de théologie protestante de Paris[7], où il est chercheur associé au Fonds Paul Ricœur[8]. Il a publié un article, « Lire le Coran avec Paul Ricœur ».

Rachid Benzine a été codirecteur de la collection « Islam des lumières » aux éditions Albin Michel, qui publie des ouvrages sur la pensée musulmane libérale contemporaine. En 2004, il publie Les Nouveaux Penseurs de l'islam[3], dans lequel il présente des intellectuels musulmans qui préconisent une relecture du Coran à l'aune des sciences humaines.

« Expliquer le Coran aux Bruxellois »[modifier | modifier le code]

Rachid Benzine est régulièrement invité à Bruxelles, par des institutions subventionnées, pour propager sa lecture « peu commune » du Coran, notamment à des professeurs et éducateurs auprès de jeunes musulmans[9],[10].

En , le dramaturge et réalisateur Ismaël Saidi, le militant pour un « islam européen » Michaël Privot et Rachid Benzine reçoivent de la région de Bruxelles-Capitale un financement de 275 000 euros pour, entre autres, réaliser des « capsules vidéo » expliquant l'islam aux jeunes. La députée flamande du sp.a (parti socialiste flamand) Yamila Idrissi soutient l'entreprise[11], comme le ministre-président bruxellois, le socialiste francophone Rudi Vervoort[12]. Mais Saidi, Privot et Benzine annoncent se retirer du projet[13].

Depuis 2019, il appartient au conseil scientifique de la DILCRAH[14].

Liens avec le Maroc[modifier | modifier le code]

En , il est désigné membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement par le roi du Maroc[15]. Quelques jours plus tard, le , il prend position sur Twitter en faveur du journaliste marocain Omar Radi, arrêté et placé en détention pour un tweet considéré critique envers un magistrat chargé des procès en lien avec le Mouvement populaire du Rif[16].

Pensée[modifier | modifier le code]

Rachid Benzine se situe dans la mouvance et l’esprit des coranistes[17] et d'une approche historico-critique. Selon lui, les hadiths sont « issus de la tradition juridique ou totalement légendaires (...) malheureusement mis sur le même plan de validité que le Coran ». Et la sîra (biographie du prophète Mahomet) est une commande de la dynastie abbaside qui leur permet de légitimer leur dynastie à travers la valorisation de la figure prophétique qui commence déjà à se dé-tribaliser et à s'islamiser[18]. Partisan de l'islam des Lumières, Rachid Benzine prône, face au défi que certaines pratiques de l'islam contemporain posent aux sociétés sécularisées, l'abandon de ces pratiques et une lecture « plus philosophique et allégorique » du Coran[19].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Après la mise en lecture au théâtre en 2017 de son roman Lettres à Nour (jouée par le comédien Robin Renucci), le dramaturge Rachid Benzine met lui-même en scène sa pièce Pour en finir avec la question musulmane (2018), une production du théâtre de Liège. Jouée notamment par Jean-Claude Derudder et Ana Rodriguez[20].

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rachid Benzine, nouveau penseur de l’islam »
  2. a et b Nadia Lamlili (propos recueillis par), « Rachid Benzine : "Pour faire face à Daesh, il est temps de nettoyer l’imaginaire islamique" », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  3. a b et c « Bio express : Rachid Benzine », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  4. Clélia Fortier, « Rachid Benzine », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  5. Cécile Berthaud, 26 mars 2018, « Rachid Benzine - Penseur diplomate », sur L’Écho (consulté le ).
  6. Rachid Benzine : "Arrêtons de fantasmer sur l'islam !", La Revue, 10 décembre 2013
  7. a et b Guillemette de la Borie, « À l'école des sciences humaines. Rachid Benzine, universitaire », sur La Croix, .
  8. La mention du titre de « chercheur associé au fond Paul Ricœur » est citée dans Libération, répétée dans un chapeau de présentation de 28 minutes. L'objet de la recherche du Fonds est l'herméneutique.
  9. Antoine Menusier, 24 mars 2016, « Belgique : à Molenbeek, entre arrestation et attentats », sur L'Hebdo (consulté le ).
  10. Rédaction RTBF, « Rachid Benzine explique le Coran aux Bruxellois », sur RTBF.be, (consulté le ).
  11. « Islamvernieuwers met dood bedreigd », De Morgen, 20 janvier 2016.
  12. « Lutte contre la radicalisation : "Bruxelles maintiendra le cap", Benzine et Privot aussi », sur RTBF.be, (consulté le ).
  13. « Lutte contre la radicalisation : les 2 concepteurs du projet bruxellois de capsules vidéo se retirent également », RTBF.be, 17 janvier 2016.
  14. Voir sur gouvernement.fr.
  15. « Biographie de M. Rachid Benzine, désigné par SM le Roi membre de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement », sur mapnews.ma (consulté le ).
  16. « Vague d’indignation après l’inculpation du journaliste et militant Omar Radi », sur Telquel.ma (consulté le ).
  17. Le Coran expliqué aux jeunes, Centre de documentation et de formation religieuse jésuite de Genève, 20 mai 2014
  18. Rachid Benzine : "Orphelin de son histoire, l'islam contemporain s’ouvre à tous les délires", La Libre, 10 octobre 2015
  19. Faut-il réformer l'islam ?, zamanfrance, 8 mai 2015
  20. « Pour en finir avec la question musulmane », sur Théâtre de Liège (consulté le )
  21. Rachid Benzine, Finalement, il y a quoi dans le Coran, Paris, La Boîte à Paris, , 149 p. (ISBN 978-2-87557-264-6)
  22. Mohamed Elarbi Nsiri, « "Des mille et une façons d'être juif ou musulman": Un livre de dialogue entre les héritiers d'Abraham », sur huffpostmaghreb.com,
  23. 2 juillet 2018, « Les religions ; Terreau de violence ou source de paix ? », sur Presses universitaires de Namur (consulté le )
  24. Guy Duplat, 15 janvier 2020, « Rachid Benzine raconte comment la littérature peut guérir les déchirures de la vie », sur La Libre Belgique (consulté le )
  25. « Les dix types de wissams royaux accordés par Mohammed VI », sur Telquel, Casablanca, (consulté le )
  26. « Voici les personnalités décorées par le roi Mohammed VI », sur www.bladi.net, (consulté le )
  27. Clémence Houdaille, 9 janvier 2019, « Delphine Horvilleur et Rachid Benzine primés par la Conférence catholique des baptisés de France », sur La Croix (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]