Pierre de Vinci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre de Vinci
Escut de la Casa natal de Leonardo.JPG
Les armes da Vinci sur la Maison natale de Léonard de Vinci.
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Blason de la famille da Vinci (Toscane).svg
D'or, à trois pals de gueules[1],[2],[3]

Pierre de Vinci[4] ou Piero da Vinci, de son nom complet Ser Piero d'Antonio di ser Piero di ser Guido da Vinci, (1426 – ) est un notaire, puis un chancelier et ambassadeur de la République florentine[réf. nécessaire] et descendant d’une riche famille de notables italiens. Il est le père de Léonard de Vinci.

Il est le fils d'Antonio da Vinci (fils du notaire Piero da Vinci né en 1360, petit-fils de Guido da Vinci et arrière-petit-fils de Michele da Vinci), propriétaire terrien, et de Lucia Zosi (fille du notaire ser Piero Zosi de Bacchereto).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ser Piero da Vinci[N 1] est issu d'une famille de notaires depuis quatre générations au moins ; son grand-père devient même chancelier de la ville de Florence. Cependant, Antonio, père de ser Piero et grand-père de Léonard, se marie avec une fille de notaire et préfère se retirer à Vinci pour y mener une paisible vie de gentilhomme campagnard en profitant de rentes que lui rapportent les métairies qu'il possède dans la petite ville. Même si certains documents le nomment avec la particule Ser, il n'a officiellement pas droit à ce titre dans les documents officiels : tout semble prouver qu'il n'a pas de diplôme et qu'il n'a même jamais exercé de profession définie[6]. Ser Piero, le fils d’Antonio et père de Léonard, reprend le flambeau de ses ascendants et trouve le succès à Pistoie puis à Pise pour s’installer, vers , à Florence. Son bureau se trouve au palais du Podestat, le bâtiment des magistrats qui fait face au palazzo Vecchio, le siège du gouvernement, alors appelé Palazzo della Signoria. Des monastères, des ordres religieux, la communauté juive de la ville et même les Médicis font appel à ses services[7],[6].

En 1452 naît son fils, Léonard de Vinci, d’une relation amoureuse illégitime avec une jeune femme de 22 ans nommée Caterina di Meo Lippi[N 2],[9].

Vers — en au plus tard —, alors qu'il a une douzaine d'années, Léonard entre en apprentissage à Florence. Pressentant de fortes dispositions, son père le confie à l'atelier d'Andrea del Verrocchio[10]. De fait, ser Piero da Vinci et le maître se connaissent déjà[11] : le père de Léonard effectue plusieurs actes notariaux au bénéfice de Verrocchio ; de plus, les deux hommes travaillent non loin l'un de l'autre. Dans sa biographie de Léonard, Giorgio Vasari relate que « Piero prit quelques-uns de ses dessins et les apporta à Andrea del Verrocchio, qui était un bon ami, et lui demanda si le garçon gagnerait à étudier le dessin ». Verrocchio « s'étonna beaucoup des débuts particulièrement prometteurs » du garçon et l'accepte comme apprenti, non pour son amitié pour ser Piero mais pour son talent[12],[13].

Le , ser Piero meurt[14], ; Léonard, écarté de l’héritage en raison de son illégitimité[15], écrit : « Le , un mercredi, à sept heures, est mort ser Piero de Vinci, notaire au palais du Podestat, mon père - à sept heures, âgé de quatre-vingts ans, laissant derrière lui dix garçons et deux filles »[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Piero da Vinci jouit du titre « Ser », contraction du latin « senior » (« signore »), petit titre pour les notaires et les prêtres[5].
  2. Son existence est connue notamment à travers une déclaration faite par Antonio à l'État florentin le en vue de l'établissement de son impôt, mais elle n'y apparaît que sous son seul prénom[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tony Scupham-bilton, « The Queerstory Files: Queer Achievement: The Da Vinci Heraldic Code », sur The Queerstory Files, (consulté le ).
  2. « Leonardo da Vinci », sur www.numericana.com (consulté le ).
  3. (en-US) « r/heraldry - Arms of Leonardo da Vinci - painted by Gabriele Reina - https://www.instagram.com/gabrielereinapainter », sur reddit (consulté le ).
  4. « Léonard de Vinci au Louvre, visite en avant-première », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  5. Brioist 2019, p. 33-34.
  6. a et b Bramly 2019, p. 59.
  7. Isaacson, De Clercq et Gerlier 2019, p. 26.
  8. Delieuvin 2019, catalogue, p. 17.
  9. Bramly 2019, p. 64-65.
  10. Delieuvin 2019, catalogue, p. 19.
  11. Bramly 2019, p. 97.
  12. Isaacson, De Clercq et Gerlier 2019, p. 45.
  13. Zöllner 2015, p. 8.
  14. Bramly 2019, p. 482-483.
  15. Vezzosi et Lifran 2010, p. 97.
  16. (it) Léonard de Vinci, Codex Atlanticus (Recueil de dessins et de notes), 1478-1518, 1119 p. (lire en ligne), p. 196v.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Bramly, Léonard de Vinci : Une biographie, Paris, Jean-Claude Lattès, coll. « Essais et documents », (1re éd. 1988), 500 p., 23 cm (ISBN 978-2-7096-6323-6). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Pascal Brioist, Les Audaces de Léonard de Vinci, Stock, , 400 p. (ISBN 978-2-234-08675-3, lire en ligne).
  • R. Cianchi, Vinci, Leonardo e la sua famiglia (avec en annexe des documents inédits), Milan, Industrie Grafiche Italiane Stucchi, s.d., 1952.
  • Vincent Delieuvin (dir.), Louis Frank (dir.), Gilles Bastian, Jean-Louis Bellec, Roberto Bellucci, Thomas Calligaro, Myriam Eveno, Cecilia Frosinini, Éric Laval, Bruno Mottin, Laurent Pichon, Élisabeth Ravaud, Thomas Bohl, Benjamin Couilleaux, Barbara Jatta, Ludovic Laugier, Pietro C. Marani, Dominique Thiébaut, Stefania Tullio Cataldo et Inès Villela-Petit (préf. Brian Moynihan ; Xavier Salmon ; Sébastien Allard), Léonard de Vinci (catalogue de l’exposition au musée du Louvre, du au ), Paris-Vanves, Louvre éditions - Hazan, , 455 p., 30 cm (ISBN 978-2-7541-1123-2, OCLC 1129815512). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Walter Isaacson (trad. de l'anglais par Anne-Sophie De Clercq et Jérémie Gerlier), Léonard de Vinci : La biographie [« Leonardo da Vinci : the biography »], Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, (1re éd. 2017), 590 p. (ISBN 978-2-88914-456-3, OCLC 1089148575). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Anonimo, L'abitazione della famiglia di Leonardo a Firenze, in Raccolta Vinciana, IX, 1913-1917.
  • G. Uzielli, Ricerche intorno a Leonardo da Vinci, G. Pellas, Firenze, 1872.
  • F. Moeller, Ser Giuliano di ser Piero da Vinci e le sue relazioni con Leonardo, in Rivista d'Arte, XVI, 1934.
  • R. Casarosa e Alessandro Guidotti, Notariato e storia delle arti a Firenze nel Medioevo, in Il notaio nella civiltà fiorentina, Vallecchi, Florence, 1984, planche 278 (A. Guidotti).
  • Milena Magnano, Leonardo, collection I Geni dell'arte, Mondadori Arte, Milan, 2007. (ISBN 978-88-370-6432-7)
  • Alessandro Vezzosi (trad. de l'italien par Françoise Liffran), Léonard de Vinci : Art et science de l'univers, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Peinture » (no 293), (1re éd. 1996), 160 p., 18 cm (ISBN 978-2-0703-4880-0). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Frank Zöllner, Léonard : 1452-1519, Cologne, Taschen, coll. « Petite Collection - Art », (1re éd. 2000), 96 p. (ISBN 9783836502009). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article