Charles Berling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berling (homonymie).
Charles Berling
Description de cette image, également commentée ci-après

Charles Berling en 2013 au Havre.

Naissance (58 ans)
Saint-Mandé, Val-de-Marne, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur, réalisateur, scénariste,chanteur, producteur, directeur du théâtre Liberté de Toulon
Films notables Ridicule
15 août
Le Prénom
20 ans d'écart

Charles Berling, né le à Saint-Mandé, est un acteur, metteur en scène, réalisateur, scénariste, producteur et chanteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Charles Berling est le quatrième d'une fratrie de six enfants (cinq frères et sœurs)[1]. Fils d'un médecin de marine anesthésiste issu d’une famille de polytechniciens, il est aussi le neveu de l'universitaire et critique littéraire Raymond Picard. Sa mère, Nadia, née à Meknès (Maroc) et morte en 2004, professeur d’anglais puis femme au foyer, est la « fille unique de colons du Maroc »[2],[3]. Ses parents l'ont baptisé Charles parce qu'il est né en 1958 et que « de Gaulle les impressionnait beaucoup »[1].

À deux ans, suivant les affectations de son père, il quitte Paris pour Brest, puis Toulon, avant de partir, à sept ans, pour Tahiti et Moorea. Il revient à Toulon sept ans plus tard[1].

Il découvre le théâtre à quinze ans en jouant au sein de l'atelier théâtre, créé par son frère aîné, au lycée Dumont-d'Urville de Toulon[4].

Après son baccalauréat, il suit une formation de comédien à l'INSAS à Bruxelles puis intègre la Compagnie des Mirabelles et le théâtre national de Strasbourg dirigé par Jean-Louis Martinelli[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après une dizaine d'années de carrière exclusivement théâtrale, il se fait connaître au grand public par les films Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet et surtout, en 1996, Ridicule de Patrice Leconte pour lequel il est nommé pour le César du meilleur acteur.

Il a joué des rôles divers, du blanchisseur de province un peu complexé de Nettoyage à sec au cadre aux dents longues dans Demonlover. Il alterne films populaires (Père et Fils, 15 août...) et des films d'auteur (L'Ennui, L'Heure d'été...).

En 2002, il interprète Jean Moulin dans un téléfilm pour France 2. Début 2009, il se met dans la peau de Robert Badinter, dans l'adaptation télévisée des ouvrages L'Abolition et L'Exécution, écrits par ce dernier qui fut Garde des Sceaux de 1981 à 1986. Ce téléfilm sera suivi en moyenne par environ 3,8 millions de téléspectateurs.

Le 22 avril 2010, Charles Berling et son frère Philippe Berling, metteur en scène, sont nommés à la direction du théâtre Liberté à Toulon par le maire Hubert Falco. Cette salle, un ancien cinéma Pathé reconverti en théâtre, a ouvert en septembre 2011. Il dispose de trois salles de 703, 200 et 146 places. L'inauguration du Théâtre Liberté a eu lieu le 17 septembre 2011. Il a obtenu le 23 avril 2015 le label Scène nationale[5].

Également chanteur, Charles Berling publie un album, Jeune Chanteur, le 6 février 2012. Il a collaboré avec plusieurs artistes comme Carla Bruni-Sarkozy, Bertrand Burgalat ou encore Philippe Jakko pour la composition et écrit les paroles de toutes ses chansons.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de l'acteur Émile Berling.

En 2011, il confie avoir eu des expériences homosexuelles. Il dit être aujourd'hui principalement attiré par les femmes, mais juge qu'avoir eu d'autres expériences l'a aidé à mieux comprendre les femmes. Il ajoute ne pas vouloir choisir un « camp » et préfère ne se considérer ni gay, ni hétérosexuel, ni bisexuel[6],[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Charles Berling a reçu le 2 juillet 2012 à Montmorency (95) son premier prix littéraire, le prix Jean-Jacques-Rousseau de l'autobiographie pour Aujourd'hui, maman est morte (Flammarion).

Décorations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autres activités et vie privée[modifier | modifier le code]

Fervent défenseur de l'île de Ré, il est président du Comité de soutien l'Étoile de Vauban de Saint-Martin-de-Ré, créé pour porter la candidature du Réseau des sites majeurs de Vauban au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a pour compagne Virginie Coupérie-Eiffel, championne de saut d'obstacles en équitation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Jacques Bernard, « Charles Berling », Première, no 281,‎ , p. 77
  2. Françoise Dargent, Charles Berling : les secrets de ma mère, Le Figaro, 11 octobre 2011
  3. Marion Vignal, Charles Berling : "Rester insolent, c'est vital", L'Express, 17 septembre 2011
  4. Voir la présentation des directeurs sur le site du théâtre Liberté de Toulon
  5. « Le Théâtre Liberté de Toulon devient Scène Nationale », Sceneweb,‎ (lire en ligne)
  6. Charles Berling évoque ses expériences homosexuelles : "se faire pénétrer permet de mieux comprendre la femme", femmeplus.fr, 19 janvier 2011
  7. Charles Berling: «La sexualité homo m’a beaucoup apporté», Têtu, 19 janvier 2011
  8. « Arrêté du 16 janvier 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres », sur http://culturecommunication.gouv.fr,‎ (consulté le 6 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :