René Doumic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

René Doumic, né le [1] à Paris 2e et mort le à Paris 7e[2], est un homme de lettres, journaliste et grand critique littéraire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Doumic fait ses études au lycée Condorcet, puis entre en 1879 à l'École normale supérieure, où il est le condisciple de Bergson et Jaurès. Il devient professeur de rhétorique au collège Stanislas de Paris de 1883 à 1897. Il collabore à la Revue des deux Mondes, qu'il dirige de 1915 à 1937, ainsi qu'à de nombreux journaux, dont Le Moniteur, le Journal des débats et la Revue bleue. Rejoignant en politique la droite patriote, il manifeste en littérature des goûts dictés par un conformiste très moraliste : ainsi condamne-t-il les œuvres de Baudelaire, Verlaine ou Zola[3]. En 1909, il est élu membre de l'Académie française, dont il devient le secrétaire perpétuel en 1923.

Devenu en 1909 veuf de Louise Veber, sœur du peintre Jean Veber et du vaudevilliste Pierre Veber, il épouse en 1912 la veuve du romancier Maurice Maindron, Hélène de Heredia, fille du poète parnassien José-Maria de Heredia, mort sept ans plus tôt, et belle-sœur de Henri de Régnier et de Pierre Louÿs.

Il a été élevé au grade de commandeur de la Légion d'honneur.

Il est le frère de Max Doumic.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, 2e arrondissement, acte de naissance n° 370, année 1860.
  2. À son domicile de la rue du Pré-aux-Clercs. Voir « René Doumic », Figaro, vol. journal non politique, no 337,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  3. O. Philipponnat et P. Lienhardt, La Vie d'Irène Némirovsly, Paris, Le Livre de Poche, 2007,p. 333.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :