André Dacier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dacier.
André Dacier
André Dacier - Imagines philologorum.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Paris
Nom de naissance
André Dacier
Activités
Autres informations
Membre de

André Dacier, né le 6 avril 1651 à Castres et mort le 18 septembre 1722[1] à Paris, était un philologue et traducteur français.

Fils d’un avocat protestant, il étudia à l’Académie de Saumur sous Tanneguy Le Fèvre, et eut pour compagne d'études la fille de ce savant, Anne ; il ne tarda pas à s'éprendre de sa condisciple et l’épousa en 1683. Tous deux abjurèrent le protestantisme dans lequel ils avaient été élevés.

Dacier fut mis par Montausier au nombre des savants chargés de commenter les auteurs anciens pour l’usage du Dauphin ; il obtint ensuite la place de garde des livres du Cabinet du Roi, fut reçu en 1695 à l’Académie des inscriptions, et peu après à l’Académie française, dont il devint en 1713 le secrétaire perpétuel.

Il soutint sa femme lors du réveil de la querelle des Anciens et des Modernes provoqué par la publication par Houdar de la Motte d’une version abrégée et modifiée de sa traduction de l'Iliade et à laquelle elle répliqua avec son ouvrage intitulé Des Causes de la corruption du goût.

Traductions[modifier | modifier le code]

André Dacier a traduit et édité un très grand nombre d’œuvres d’auteurs grecs et latins, parmi lesquels Homère, Platon, Aristote, Xénophon, Sophocle, Hippocrate, Hiéroclès d’Alexandrie, Épictète, Plutarque, Horace, Marc Aurèle, Anastase le Sinaïte, Sextus Pompeius Festus et Marcus Verrius Flaccus.

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]