Georges Lecomte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecomte.
Georges Lecomte
Georges Lecomte.jpg

Georges Lecomte

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Georges Charles LecomteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Académie française (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Georges Lecomte est un romancier et dramaturge français, né à Mâcon le et mort à Paris le . Il est également critique d'art et auteur d'études littéraires, historiques et artistiques. Il fut, par ailleurs, un homme de lettres dreyfusard déterminé.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Georges Lecomte a été directeur de l'École Estienne.

Il fut élu en mars 1907 au Comité de la Société des gens de Lettres en même temps que Jules Bois et Daniel Lesueur ; l'année suivante, au départ du président Paul Margueritte, il fut porté à la présidence de la Société et le resta 2 ans tandis que les vice-présidents étaient Daniel Lesueur et Jules Bois, puis Daniel Lesueur et Maurice Leblanc. Il fut à nouveau réélu au Comité en mars 1913 (après le départ de René Doumic) et porté à nouveau à la présidence de la SGDL pour 3 ans. C'est sous sa deuxième présidence que fut organisé le jubilé de la Société en juillet 1913 et créé le Denier des Veuves pour secourir les cas les plus criants des veuves d'écrivains.

Il mit toute son énergie et sa détermination à défendre les intérêts des écrivains français, et veilla à ce que les droits des écrivains sur leurs œuvres soient respectés conformément aux règles de justice internationale proclamées à Berne, à Paris et à Berlin (comme par exemple, le vote de la Douma en Russie, ou le reprise d'articles de journaux français par la presse roumaine).

En mai 1907, il créa avec un certain nombre de confrères (parmi lesquels Edmond Haraucourt, J.-H. Rosny, Victor Margueritte, Daniel Lesueur, Maurice Leblanc, Marcel Prévost, etc) la Société des romanciers et conteurs français : cette société est une association de défense morale et pécuniaire à l'usage des écrivains français dont les œuvres sont souvent trahies et pillées à l'étranger. Son objet est d'obtenir de bonnes traductions desdites œuvres par le recrutement de bons et probes traducteurs, et de sauvegarder à l'étranger les intérêts pécuniaires des écrivains traduits et reproduits. Le premier vice-président fut Maurice Leblanc, tandis que l'agent général fut Paul Fischer. (Le Temps, du 18 mai 1907)..

En 1924, il est élu membre de l'Académie française, dont il devient le secrétaire perpétuel le 28 mars 1946.

Il était décoré Grand-Croix de la Légion d'Honneur[1].

Il fut pétainiste pendant la guerre[2].

Veuf de Berthe Godchau (1861-1933), Georges Lecomte était le père du romancier et journaliste Claude Morgan (1898-1980).

Principales publications[modifier | modifier le code]

Théâtre
  • La Meule, pièce en 4 actes, Paris, Théâtre-Libre, 26 février 1891
  • Mirages, drame en 5 actes, Paris, Théâtre-Libre, 6 mars 1893
Romans
  • Les Valets, roman contemporain (1898)
  • La Suzeraine (1898 ; publié sous forme de roman-feuilleton dans Le Figaro du au )
  • La Maison en fleurs (1900)
  • Les Cartons verts, roman contemporain (1901)
  • Le Veau d'or (1903)
  • Les Hannetons de Paris (1905)
  • L'Espoir (1908)
  • Bouffonneries dans la tempête (1921)
  • La Lumière retrouvée (1923)
  • Le Mort saisit le vif (1925)
  • Le Jeune Maître (1929)
  • Les Forces d'amour (1931)
  • Je n'ai menti qu'à moi-même (1932)
  • La Rançon (1941)
  • Servitude amoureuse (1949)
  • Le Goinfre vaniteux, roman comique et satirique (1951)
Varia
  • L'Art impressionniste d'après la collection privée de M. Durand-Ruel (1892)
  • Espagne (1896)
  • Les Allemands chez eux (1910)
  • Les Lettres au service de la patrie (1917)
  • Pour celles qui pleurent, pour ceux qui souffrent (1917)
  • Clemenceau (1918)
  • Au chant de la Marseillaise. Danton et Robespierre. L'Ouragan de la Marseillaise. Marceau et Kléber (1919)
  • Louis Charlot (1925)
  • A.Besnard, préface de Gustave Geffroy, Éditions Nilsson, Paris 1925
  • La Vie amoureuse de Danton (1927)
  • La Vie héroïque et glorieuse de Carpeaux (1928)
  • Les Prouesses du Bailli de Suffren (1929)
  • Le Gouvernement de M. Thiers (1930)
  • Thiers (1933)
  • Steinlen. Chats et autres Bêtes. Dessins inédits. Texte de Georges Lecomte (1933)
  • Gloire de l'Île-de-France (1934)
  • Ma traversée (1949)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de l'Académie française
  2. Simon Epstein, Les Dreyfusards sous l'Occupation, éd. Albin Michel, 2001, p. 101.

Liens externes[modifier | modifier le code]