Maurice Donnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donnay.
Maurice Donnay
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait gravé tiré de l'Album Mariani.

Nom de naissance Charles Maurice Donnay
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Décès (à 85 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Genres
comédie de mœurs, conte humoristique

Charles Maurice Donnay, né à Paris le et mort le , est un auteur dramatique et un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un ingénieur au chemin de fer du Nord, il entreprit de suivre la voie paternelle et entra à l’École centrale des arts et manufactures en 1882. Il travailla alors comme « dessinateur de charpentes métalliques ». Mais il abandonna rapidement l'industrie pour se consacrer à la littérature. « Donnay, écrit Jules Renard, a été dessinateur chez les Duclos. Quand il a lâché le dessin, sa famille était désolée. Il s'est même brouillé avec elle. Aujourd'hui, il lui donne des billets de théâtre... »

Avec Alphonse Allais, il composa d'abord des chansons pour le célèbre cabaret du Chat noir. Puis, il se tourna vers le théâtre. En 1892, sa première pièce, Lysistrata, s'inspirait de la comédie éponyme d'Aristophane et fut créée par Réjane dans le rôle titre.

Ce fut le début d'une longue carrière d'auteur de boulevard, au cours de laquelle Donnay remporta souvent de grands succès avec des pièces comme Les Amants (1895), considérée comme sa meilleure pièce et que Jules Lemaître n'hésita pas à qualifier de Bérénice du théâtre moderne, La Douloureuse (1897) ou Le Torrent (1899). Il eut pour interprètes des acteurs célèbres comme Cécile Sorel, Réjane et Lucien Guitry.

Les pièces de Maurice Donnay, par-delà leur légèreté, révèlent des idées progressistes en ce qui concerne les relations entre les deux sexes, et l'apparente insouciance avec laquelle les dialogues sont composés permet à l'auteur de rendre de manière convaincante le langage parlé.

En janvier 1897, il devient le secrétaire de Jacques Saint-Cère, directeur de la revue politique Le cri de Paris fondée par Alexandre Natanson.

L'auteur était aussi gai que ses comédies. « Une bouche lippue, faunesquement drôle, écrit Yvette Guilbert ; l'œil riant, pétillant de malice, les cheveux crépus à l'africain. Il avait du diable, l'esprit qui brûle et flambe. On ne le rencontrait jamais sans entendre une fusée d'esprit joyeux sortir de ses lèvres. C'était des pétarades de mots drôles plutôt que profonds ; il était gavroche, il était gamin, il était Boulevard, il était Montmartre, il était Paris ! Qu'il était charmant ! »

« Donnay ingénu et charmant, écrit Jules Renard dans son Journal, il a toujours l'air de débuter. Il n'a pas l'arrogance du succès, ni même de l'insuccès. »

Il fut élu à l’Académie française, le , au fauteuil d’Albert Sorel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Donnay carricaturé par Sem en 1907.
« Ça m'ennuie de me baigner devant ce tas d'imbéciles » : dessin (1911) d'Albert Guillaume pour Esthétique, fantaisie en un acte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Léonore, cote LH/789/38, en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :