Forêt du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Forêt du Cameroun

La forêt du Cameroun est le deuxième massif forestier le plus important d'Afrique après celui de la République Démocratique du Congo (RDC). Soit environ 22,5 millions d'hectares. Elle occupe le cinquième rang africain du point de vue de la diversité biologique.

Employé derrière une débardeuse

Dans les années 2000, le secteur forestier représentait le deuxième poste d’exportation, après le pétrole. Il emploie plus de 45 000 personnes et représente plus de 7 % du PIB.[réf. nécessaire]

Plan d'aménagement et exploitation responsable[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Depuis 15 ans, le Cameroun s’est engagé dans une démarche très sérieuse vers l’exploitation responsable, la préservation de la biodiversité et la transformation locale. Ainsi le régime des licences a été remplacé par celui des unités forestières d'aménagement (UFA) attribuées pour 30 ans. Ce qui permet aux entreprises bénéficiaires de faire des investissements plus lourds et de participer à la gestion durable.

L'exploitation forestière des UFA est basée sur le principe d'un prélèvement sélectif : chaque année, la coupe ne doit pas excéder un trentième de la surface boisée de l'UFA, et l'exploitant est tenu de sélectionner les arbres à couper en fonction d'un diamètre minimum du tronc. Ce diamètre minimum varie en fonction des espèces d'arbres[1].

À côté du régime des UFA, le gouvernement a également mis en place le régime des forêts communautaires et les forêts communales pour permettre aux communautés villageoises d'exploiter elles-mêmes les forêts qui sont sur leur territoire. Cette exploitation, qui se fait souvent en partenariat avec des entreprises privées, donne néanmoins lieu à beaucoup de dérives.[réf. souhaitée]

Tous les régimes reposent sur la validation du plan d’aménagement après inventaire. De manière globale, cela a permis d’améliorer la gestion de la forêt au Cameroun avec notamment la certification de très nombreux exploitants (FSC, OLB, TLTV) avec ce qu’elle implique comme contraintes dans la traçabilité du bois et les investissements à consentir sur le plan social interne (au bénéfice des employés) et externe (au bénéfice des villages riverains).

Exploitation illégale et déforestation[modifier | modifier le code]

Article principal : Déforestation au Cameroun.

Acteurs majeurs de la filière bois[modifier | modifier le code]

Étatiques[modifier | modifier le code]

  • Ministère des forêts
  • Agence nationale d’appui au développement forestier (ANAFOR)
  • École nationale des eaux et forêts de Mbalmayo (ENEF de Mbalmayo), créée en 1949
  • Faculté d’agronomie et des sciences agricoles (FASA) intégrée à l'université de Dschang
  • Centre technique de la forêt Communale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]