Guerre du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Histoire du Cameroun.
Guerre du Cameroun
Description de l'image Cameroon - forests.jpg.
Informations générales
Date 1955-1962
Lieu Cameroun français
Issue Indépendance du Cameroun
Écrasement de l'UPC
Belligérants
Drapeau de la France Administration coloniale française
Drapeau de la France Armée française
Drapeau du Cameroun République du Cameroun
Nationalistes de l'UPC
Flag of the Bamileke Nation.jpg Nations Bamiléké
Pertes
20 000 et 120 000 morts[1]

De 1955 à 1962 un certain nombre d'évènements violents opposent les nationalistes de l'Union des populations du Cameroun, tout d'abord au pouvoir colonial français, puis aux autorités du Cameroun nouvellement indépendant. Toutefois, le terme de guerre n'est reconnu ni par la République du Cameroun, ni par la République française. Ces évènements mèneront à la constitution de la République du Cameroun avec la réunion du Cameroun français et du Cameroun britannique.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Montée des tensions[modifier | modifier le code]

L'administration du Cameroun est depuis 1919 assurée par la France, d'abord en tant que mandat de la Société des Nations puis comme territoire sous tutelle des Nations unies, la partie nord de l'ancienne colonie allemande étant elle administrée par le Royaume-Uni.

Ce statut offre théoriquement un droit de regard de l'ONU sur la gestion du pays et les Français et Britanniques se sont engagés à amener le Cameroun à « l’auto-gouvernement » ou à « l'indépendance »[2].

L'adoption par la France des constitutions de 1946 et de 1958 permet aux populations locales de participer à la gestion du pays et des assemblées locales sont créées : l'Assemblée représentative du Cameroun en 1946, l'Assemblée territoriale du Cameroun en 1952, l'Assemblée législative du Cameroun en 1956.

Soulevée dès l'entre-deux-guerres, la question de l'indépendance est à nouveau posée après la conclusion de la Seconde Guerre mondiale. Dès des affrontements ont lieu entre les membres les plus radicaux de l'Association des colons du Cameroun et des « indigènes » dont certains sont abattus[3]. Le plus important mouvement indépendantiste, l’Union des populations du Cameroun (UPC), est constituée le à Douala[4].

En , un vaste mouvement de protestation sociale éclate. L'administration française réagit en en imputant la responsabilité à l'UPC et fait interdire le mouvement en [2].

En , Pierre Messmer, qui est alors haut-commissaire de la France au Cameroun, décide de convoquer des élections alors que l'UPC n'est toujours pas autorisée et que l'administration favorise des partis hostiles à l'UPC. Messmer souhaite alors « [accorder] l'indépendance à ceux qui la réclamaient le moins, après avoir éliminé politiquement et militairement ceux qui la réclamaient avec le plus d’intransigeance[2]. »

Cette décision fait dégénérer la situation en conflit armé[2].

Cameroun sous l'administration française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cameroun français.

Les années 1940[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun fut placé sous tutelle de l'Organisation des Nations unies qui délégua cette tutelle à la France et à l'Angleterre.

L'adoption par la France des Constitutions de 1946 et de 1958 permit aux populations locales de participer à la gestion du pays. Ainsi des assemblées locales furent créées. Ce fut dans un premier temps l'Assemblée Représentative du Cameroun (ARCAM) en 1946, qui devient en 1952 l'Assemblée Territoriale du Cameroun (ATCAM) ; ensuite, en 1956, la France accorda l'autonomie interne au Cameroun Français et l'assemblée devient Assemblée Législative du Cameroun (ALCAM).

Par ailleurs, des élus camerounais furent envoyés en France représenter leur pays à l'Assemblée nationale française, à l'Assemblée de l'Union française et au conseil économique. C'est aussi le début des syndicats indigènes.

Soulevée dès l’entre-deux-guerres, la question de l'indépendance est à nouveau posée par l’UPC, constituée le 10 avril 1948 à Douala. Élu secrétaire général de l’UPC en novembre 1948, Ruben Um Nyobè devient la figure emblématique du mouvement[5]. Bien que les autorités coloniales qualifient publiquement l’UPC de "communiste", la police française est bien obligée de constater – dans ses rapports secrets – que Um Nyobè est un homme d'exception. Il "tranche, et de beaucoup, sur la faune politique camerounaise", note-t-elle[6].

L'indépendance du Cameroun était refusée par les autorités françaises comme par les colons installés dans le pays. À la suite de la conférence de Brazzaville, ces derniers avaient créé, le 15 avril 1945, l'Association des Colons du Cameroun (ASCOCAM) dans le but de défendre leurs intérêts et d'empêcher le progrès social revendiqué par les syndicats. Des affrontements violents eurent lieu entre les membres les plus radicaux du colonat et les « indigènes » en septembre 1945. Selon des archives retrouvées par les auteurs du livre Kamerun!, "de nombreux Africains sont à cette occasion 'abattus dans le dos, le plus souvent avec des fusils de chasse' "[7].

Ayant réussi à prendre le dessus sur les « colons de combat », l'administration coloniale favorisa la création de partis politiques hostiles à l'UPC comme l'ESOCAM, l'INDECAM, etc. Favorisés par la fraude électorale, ces « partis administratifs » empêchèrent l'UPC d'avoir la majorité à l'assemblée territoriale. « Il faudrait faire un livre pour terminer le recensement des forces qui collaborent avec la puissance pour combattre notre organisation », commentera Um Nyobè en 1954[8].

Les années 1950[modifier | modifier le code]

En mai 1955, les arrestations de militants indépendantistes sont suivies d'émeutes dans plusieurs villes du pays. La répression fait plusieurs dizaines (l'administration française en recense officiellement vingt-deux, bien que des rapports secrets en reconnaissent beaucoup plus) ou centaines de morts. L'UPC est accusée d'avoir organisé ces heurts et le gouvernement français (Gouvernement Edgar Faure (2)) décide en conseil des ministres d'interdire l'UPC et de procéder à son démembrement. Des centaines de militants upécistes sont placés en détention, tandis que d'autres prennent le maquis.

Peu après, la loi cadre Gaston Defferre crée un « État sous tutelle » du Cameroun (gouvernement autonome). André-Marie Mbida est nommé Chef d'État et Premier ministre de ce gouvernement.

Pierre Messmer, Haut Commissaire du Cameroun (représentant le gouvernement français) chercha un compromis avec Ruben Um Nyobe, chef de l'UPC, afin de faire cesser la violence. Cette démarche fut refusée par le chef de l'UPC et la violence repartit de plus belle.

Plusieurs maquis de l'UPC sont constitués en 1957, particulièrement en Sanaga-Maritime, avec ses « généraux » et ses « capitaines » à la tête de « régiments » (150-200 guérilleros) et « bataillons » (50 guérilleros). L'armement est très sommaire : quelques fusils et pistolets dérobés, mais essentiellement des machettes, gourdins, arcs et flèches. Pour isoler la rébellion de la population civile Bassa, suspectée d’être particulièrement indépendantiste, cette dernière est déportée vers des camps situés le long des principaux axes routiers. Le général Lamberton, en charge des forces françaises, ordonne : « Toute case ou installation subsistant en dehors des zones de regroupement devra être entièrement rasée et leurs cultures avoisinantes saccagées. » Les villageois sont soumis au travail forcé pour le compte de la société Razel, notamment dans la construction de routes. Les Bassa vivant en ville sont expulsés vers leur région d'origine pour éviter que le « virus de la contestation » ne se propage.

Le regroupement des populations dans des zones circonscrites permet aussi de constituer, ailleurs, des zones interdites. Toute présence humaine y étant interdite, les personnes qui y sont trouvées sont automatiquement assimilées à des rebelles et traitées comme tels. Dès février 1957, le commandant Jacques Hogard explique le traitement de ces zones « que l'on privera de toute ressource, en retirant sa population, en sabotant les cultures, les points d'eau, en évacuant le bétail, etc, et en y pourchassant les rebelles qui subsisteraient par des moyens qui peuvent être brutaux et sans discernement (mitraillage et bombardements aériens, etc)[9]. »

De mois en mois, les troupes françaises (constituées en grande partie de soldats recrutés dans les colonies d'Afrique noire et de miliciens camerounais), accentuent la pression et prennent facilement l’ascendant. Les maquisards, coupés des populations regroupées, plongés dans une précarité permanente et affamés par la destruction des champs, manquant de médicaments, de vêtements et ne pouvant recruter qu'avec difficulté, sont considérablement démobilisés. Ruben Um Nyobe est lui-même décrit comme perdant espoir et sombrant dans la dépression. Le 7 juin 1958, le « général » des forces rebelles, Isaac Nyobè Pandjock, est tué dans un raid, tandis que Um Nyobe le sera à son tour le 13 septembre[9].

Selon l'historien Bernard Droz[10], les évènements de la période 1955-1959 feront de l'ordre de la dizaine de milliers de morts, que ce soit la répression militaire coloniale ou les luttes internes à l'UPC. L'historien Marc Michel[11] qui a étudié la question spécifique de l'indépendance du Cameroun, souligne que l'essentiel des combats eut lieu après l'indépendance. Il estime que « plus vraisemblablement, la guerre a fait plusieurs dizaines de milliers de morts, principalement des victimes de la "guerre civile", après l’indépendance ».

En mai 1959, la rébellion commence à se réorganiser, notamment sous l'impulsion de Félix-Roland Moumié et de Martin Singap, et constitue l'Armée de libération nationale du Kamerun. La rébellion de l'ALNK cherche à s'en prendre aux intérêts économiques des colons et multiplient les attaques : « vos activités sont comparables à un château doré construit sur un volcan ». Sans que l'on sache si la rébellion contribue à les inciter, les grèves se multiplient (fonctionnaires du Trésor à Yaoundé, ouvriers d'Alu-Bassa à Douala, mécaniciens de l'entreprise de transport Suarez, employés de la Compagnie de distribution d'eau et d'électricité, employés de banque à Yaoundé, Douala, Nkongsamba, etc)[9].

En octobre 1959, l'arrondissement de Mbouda passe « en bloc » du coté de la rébellion de l'Armée de libération nationale du Kamerun. Un rapport militaire précise que « près de 3 000 fusils de traite et quelques fusils de chasse ont ainsi été perdus pour le gouvernement », et estime que 85 % de la population se situent du coté des rebelles. A la fin de l'année 1959, la plus grande partie de l'Ouest-Cameroun est entrée en dissidence contre le gouvernement[9].

Dans les villes, les autorités effectuent des opérations de « refoulement » des « populations indésirables ». Celles-ci concernent principalement les personnes d'origine Bassa et Bamiléké, suspectées de proximité avec les idées véhiculées par l'UPC, qui sont expulsées par milliers vers leurs régions d'origine[9].

Cameroun placé sous l'administration britannique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cameroun britannique.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Cameroun placé sous l'administration britannique voit l'émergence de mouvements indépendantistes et réunificateurs.

En mai 1949, le Dr Emmanuel Endeley crée le Cameroons National Federation (CNF) qui lutte pour l'autonomie et la séparation du Cameroun britannique de la fédération nigériane.

Des dissidents du CNF fondent le Kamerun United National Congress (KUNC) jugeant le CNF trop frileux sur la question de la revendication. La proposition du KUNC est simple : la restauration du « grand Kamerun » du temps de l'empire colonial allemand d'où l'orthographe utilisé.

À la même période, l'UPC s'implante aussi dans le sud du Cameroun britannique.

En 1953, KNUC et CNF fusionnent pour fonder le Kamerun National Congress (KNC) qui gagnera les élections de 1953.

Ces partis, autonomistes ou indépendantistes, furent entendus par les autorités britanniques qui modifièrent les institutions à la suite des conférences de Mamfé (1950) et de Lancaster House (1959) sous l'égide de l'ONU. En 1954, le Cameroun britannique se dote de sa propre administration et installe sa capitale à Buéa.

Les autorités britanniques collaborent avec les autorités françaises, malgré leur animosité réciproque, dans la répression des militants upécistes réfugiés en zone britannique. Isaac Tchoumba, l'un des leaders de l'UPC, est ainsi livré à l'administration française. En avril 1957, des commandos français pénètrent secrètement (sans en avoir averti les Britanniques) dans un siège de l'UPC, incendient les bâtiments et exécutent plusieurs militants[9].

En 1958, le Dr Endeley devient premier ministre du « self government » du Cameroun britannique. En 1959, John Ngu Foncha devient premier ministre du Cameroun britannique.

Pour résoudre définitivement le problème de l'indépendance et de la réunification, les autorités britanniques consultèrent les populations par un référendum. La consultation eut lieu le 11 février 1961 et l'option pour l'indépendance avec réunification des deux Cameroun l'emporta dans le Southern Cameroons tandis que le Northern Cameroons se prononçait pour son intégration à la fédération nigériane.

Le Cameroun français indépendant se plaignit de fraudes et affirma que le Northern Cameroons devait aussi lui être rattaché.

En juin 1961, à Bamenda, puis en juillet 1961 à Foumban et enfin en août 1961 à Yaoundé, des représentants de l'ex-Cameroun français et du Southern Cameroons se rencontrèrent pour régler les détails liés à la réunification.

Le 1er juin 1961, le Northern Cameroons devint indépendant et rejoint le Nigeria.

Le 1er octobre 1961, le Southern Cameroons devint indépendant et se réunifia immédiatement avec l'ex-Cameroun français. Ils forment alors la République Fédérale du Cameroun.

John Ngu Foncha devient alors Premier Ministre du Cameroun occidental et Vice-président de la République Fédérale du Cameroun.

La République fédérale du Cameroun et la luttre contre l'UPC[modifier | modifier le code]

André-Marie Mbida est poussé à la démission en 1958. Ahmadou Ahidjo fut alors nommé premier ministre. Le 1er janvier 1960, Ahmadou Ahidjo peut enfin déclarer : « Camerounais, Camerounaises, le Cameroun est libre et indépendant ». Le Cameroun est alors doté d'une Constitution à vocation pluraliste prévoyant le multipartisme.

Pendant les premières années du régime, l'ambassadeur français Jean-Pierre Bénard est parfois considéré comme le véritable "président" du Cameroun. Cette indépendance est en effet largement théorique puisque des « conseillers » français sont chargés d'assister chaque ministre et disposent de la réalité du pouvoir. Le gouvernement gaulliste préserve son ascendant sur le pays à travers la signature « d'accords de coopération » touchant à tous les secteurs de la souveraineté du Cameroun. Ainsi, dans le domaine monétaire, le Cameroun conserve le franc CFA et confie sa politique monétaire à son ancienne puissance tutrice. Toutes les ressources stratégiques sont exploitées par la France, des troupes françaises sont maintenues dans le pays, et une grande partie des officiers de l'armée camerounaise sont Français, y compris le chef d'état-major[9].

Le 1er octobre 1961 naît la République Fédérale du Cameroun de la réunification du Cameroun français et du Southern Cameroons britannique. On rajoute alors deux étoiles sur le drapeau du Cameroun Français afin de symboliser la fédération. En 1962, le Franc CFA devint la monnaie officielle du pays (dans les deux zones). Une ordonnance gouvernementale est prise cette même année qui règlemente fortement les partis politiques.

Des camps de détention sont mis en place à partir de 1962 pour permettre l'incarcération de personnes sans avoir à les présenter devant des tribunaux (la pratique n'est toutefois pas nouvelle et avait cours sous le Haut commissaire Pierre Messmer). Jusqu'aux années 1970, des milliers de Camerounais jugés subversifs disparaitront ainsi, temporairement ou définitivement. Dans ces camps, les détenus sont sujets à des vexations systématiques, des conditions sanitaires dramatiques et à un quasi-esclavage[9].

Durant cette période, une forte répression est menée dans l'ouest du pays contre la guérilla de l'UPC. Cette répression fera plusieurs milliers de morts. D'après François-Xavier Verschave, quelques soldats français auraient participé à cette opération qui aurait été un véritable « génocide », bien que la plupart des livres d'histoire du Cameroun ne retiennent pas cette version en général. D'après l'ouvrage Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique[12], ce sont des officiers français qui, au cours des années 1960, ont dirigé clandestinement les opérations de répression menée par l'armée camerounaise contre les derniers bastions de l'insurrection upéciste, essentiellement à l'Ouest du pays. Tortures, regroupement de force des populations, exécutions extrajudiciaires, guerre psychologique... : les méthodes employées sont celles de la France durant la guerre d'Algérie, qui sont peu à peu transmises par les militaires français à leurs homologues camerounais, notamment au sein de l’École militaire interarmes du Cameroun (EMIAC), dirigée au cous de cette période par des officiers français formés à la doctrine de la guerre révolutionnaire (DGR).

En janvier 1962, alors que les deux ailes de l'UPC se réunissent à leur premier congrès d'après réhabilitation, Ahidjo envoie son armée y mettre un terme. Les upécistes sont alors dispersés à coup de baïonnettes.

Après l'appel du 27 avril 1962, le député et ex-chef d'État André-Marie Mbida et d'autres leaders de l'opposition comme Marcel Bebey Eyidi (secrétaire général du Parti travailliste camerounais), Charles Okala (secrétaire du Parti socialiste camerounais) et Théodore Mayi-Matip (Union des populations du Cameroun) sont arrêtés, faisant ainsi de Mbida le premier prisonnier politique du Cameroun indépendant, du 29 juin 1962 au 29 juin 1965.

En avril 1964, Mbida Marguerite âgée de 36 ans et épouse du prisonnier politique Mbida condamné à trois ans de prison ferme, va se présenter comme tête de liste du PDC aux élections législatives d’avril 1964. Le PDC sera le seul parti politique à avoir osé se présenter à ces élections législatives. Les leaders d’opinion camerounais de cette époque sont tous soit en exil soit en prison. Les résultats de ces élections selon des sources dignes de foi[Lesquelles ?] donnent une victoire massive au PDC dans ce qui s’appelle alors le Nyong et Sanaga. Cette victoire électorale leur sera confisquée au nom de l’unité nationale et du parti unique en gestation. Les électeurs vont refuser que leur soit volée cette victoire électorale. Le gouvernement camerounais de 1964 fera descendre la gendarmerie dans les villages et les protestataires seront massivement déportés vers les camps de concentration tristement célèbres de Mantoum, Tcholliré et Mokolo.

Le 1er septembre 1966, Ahmadou Ahidjo fusionne tous partis politiques du Cameroun occidental - à l'exception du PDC et de l'UPC - et certains du Cameroun oriental afin de former l'Union Camerounaise (UC), une ébauche de parti unique. Il sera rebaptisé plus tard Union Nationale Camerounaise (UNC).

Tout sera alors mis en œuvre pour aboutir à l'État unitaire et mettre fin au fédéralisme.

À la suite de l'indépendance, l'UPC, écartée du pouvoir, estime que l'indépendance octroyée par les Français n'était qu'un simulacre (dénoncé un peu plus tôt par Mbida lorsqu'il refusa d'intégrer le gouvernement Ahidjo) et que Ahmadou Ahidjo n'était qu'un valet de la colonisation qu'il fallait combattre. Les leaders de l'UPC déclenchèrent donc une insurrection dès l'indépendance afin de tenter une conquête du pouvoir. Il y eut de nombreux débordements et l'insurrection se transformera par endroits en brigandages et règlements de compte. Cette insurrection sera matée par Ahmadou Ahidjo, aidé par des conseillers militaires français. Les dirigeants de l'UPC en exil seront tués l'un après l'autre, comme le docteur Félix Moumié, empoisonné à Genève. Le dernier d'entre eux, revenu au Cameroun pour organiser de l'intérieur la lutte armée, Ernest Ouandié, sera arrêté, jugé au cours du procès dit Ouandié-Ndongmo, et condamné à la peine capitale. Il sera fusillé le 15 janvier 1971.

Indépendance et union avec le Cameroun britannique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1958, Ahmadou Ahidjo est nommé premier ministre par l'administration française alors que, la même année, le chef de l'UPC Ruben Um Nyobe est tué par l'armée française au cours d'un combat dans le maquis Bassa. Les dirigeants de l'UPC fuient alors à l'étranger.

Le 1er janvier 1960, l'indépendance est accordée et le Cameroun est doté d'une constitution prévoyant le multipartisme. Ahmadou Ahidjo est élu président le .

Au sein du Cameroun britannique, une administration propre est créé en 1954. Un référendum a lieu le  : le Southern Cameroons opte pour l'union et l'indépendance avec le Cameroun alors que le Northern Cameroons rejoint le Nigéria. Le , le Southern Cameroons rejoint le Cameroun pour fonder la République fédérale du Cameroun.

Toutefois, après l'indépendance, le gouvernement camerounais continue de mener avec l'aide de la France la répression contre la guérilla de l'UPC dans l'ouest du pays.

Une « guerre totale »[modifier | modifier le code]

La répression du mouvement indépendantiste pousse les militants de l'UPC à rentrer dans la clandestinité. En , la France met en place une « zone de pacification du Cameroun » (ZOPAC) inspiré du dispositif de la bataille d'Alger[1].

Pour combattre les nationalistes, la France utilise des techniques déjà usitées dans ses conflits coloniaux en Algérie et en Indochine et les soldats chargés de la « pacification » ont d'ailleurs servi sous les ordres des colonels Marcel Bigeard et Roger Trinquier[1].

La France pratique alors des assassinats ciblés contre les dirigeants de la rébellion ainsi que la torture[1]. L'armée, appuyée par un puissant dispositif de renseignement, est particulièrement présente dans les régions de la Sanaga-Maritime et l'Ouest-Cameroun et pratique le déplacement forcé de villageois dans des camps de regroupement » militarisés[1],[2]. De vastes campagnes de propagandes sont également organisées[2].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Les avis diffèrent concernant le nombre de victimes de ce conflit.

L'historien Marc Michel indique que l'essentiel des combats a eu lieu après l'indépendance et que « plus vraisemblablement, la guerre a fait plusieurs dizaines de milliers de morts, principalement des victimes de la "guerre civile", après l’indépendance »[13].

Pour l'historien Bernard Droz, auteur d'un ouvrage sur la décolonisation, les évènements de la période 1955-1959 ont fait de l'ordre d'une dizaine de milliers de morts[14].

Le général Briand, qui commandait les opérations au début des années 1960, évalue à « un peu plus de 20 000 » le nombre de morts pour la seule année 1960. L'armée française e cependant eu tendance à minimiser les bilans humains, que ce soit par ignorance du résultat de certaines actions (telles que les bombardements aériens) ou pour des raisons politiques[9].

L'ambassade du Royaume-Uni évoque 76 000 morts entre 1954 et 1964 et le journal Le Monde 120 000 morts[9].

Une guerre tabou ?[modifier | modifier le code]

La guerre de 1955-1962 n'a jamais été reconnue, ni par la France, ni par le Cameroun dont les autorités issues de l'indépendance ont profité de l'écrasement de l'UPC. François Fillon, Premier ministre français, a déclaré à Yaoundé en 2009 que ces évènements étaient de la « pure invention »[2].

Pour Thomas Deltombe et les auteurs du livre Kamerun !, le silence autour de la guerre d'indépendance du Cameroun s'explique par le désintérêt de la presse française de l'époque (l'opinion étant accaparée par la guerre d'Algérie qui a lieu en même temps) mais également la propagande des autorités qui ont voulu couvrir les exactions des unités militaires français[1].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Deltombe, La guerre du Cameroun : l'invention de la Françafrique, 1948-1971, éditions La Découverte, 2016 (ISBN 978-2-7071-9214-1)

http://africa.smol.org/files/lcdh/lcdh_mail05.pdf

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f David Servenay, « Cameroun 1955-1962 : la guerre cachée de la France en Afrique », sur Rue89 (consulté le 21 janvier 2016)
  2. a b c d e f et g Augustin Mensah, « Cameroun - la guerre d’indépendance : une histoire toujours taboue », sur Survie (consulté le 21 janvier 2016)
  3. Deltombe, Domergue et Tatsitsa 2011
  4. Deltombe, Domergue et Tatsitsa 2011, p. 79
  5. Kamerun! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971) - Éditions La Découverte, p. 79
  6. http://www.kamerun-lesite.com/104/la-naissance-de-l%E2%80%99upc-1947-1948/#more-104
  7. http://www.kamerun-lesite.com/85/douala-brazzaville-douala%C2%A0-l%E2%80%99ebranlement-colonial-1940-1945/#more-85
  8. Kamerun! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971) - La Découverte, p. 113
  9. a b c d e f g h i et j Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsita, Kamerun !, La Découverte,
  10. Histoire de la décolonisation au XXe siècle - Éditions Broché
  11. Marc Michel, « La guerre oubliée du Cameroun », L'Histoire, n° 318, mars 2007, p.53
  12. Marc Michel, critique du livre Kamerun, Études coloniales, 21 mars 2011
  13. Marc Michel, La guerre oubliée du Cameroun, in L'Histoire, no 318, mars 2007, p. 53
  14. Histoire de la décolonisation au XXe siècle, Points histoire, 2009, (ISBN 2757812173)