Islam au Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un imam de la Région de l'Adamaoua avec un diplomate américain
La mosquée centrale de New-Bell, à Douala.

Les musulmans constituent environ 20,9 % des 21 millions d'habitants du Cameroun[1]. En général, ils ne se rattachent pas à un courant précis de l'islam, mais ils s'identifient comme sunnites bien qu'il existe une minorité chiite 1 à 2 %[2]. Ils vivent surtout dans la Région de l'Adamaoua, au Nord, et à l'Ouest du pays pour le peuple Bamoun.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'islam sous la colonisation allemande[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Allemagne chercha à conquérir des territoires en Afrique, elle occupa le territoire du Cameroun en 1884, et en fit une colonie en 1902. Pendant la période coloniale, la région de l'Adamaoua et la région du lac Tchad furent gouvernées à l'aide d'une présence militaire forte et de lois simples. Les chefs musulmans locaux, appelés Lamido dans la région de l'Adamaoua, et sultans au Nord du Cameroun, restèrent en place bien que leur influence fût plus limitée qu'au XIXe siècle. Leur légitimité ne reposait plus sur d'autres autorités musulmanes africaines. Les institutions politiques locales du territoire restèrent en place, de même que les loi islamique et les coutumes indigènes. Contrairement au pouvoir britannique au Nord du Nigeria, la colonie allemande n'imposa pas de taxes ni de réformes de l'agriculture avant 1913. Le Cameroun devint une colonie française à la fin de la Première Guerre mondiale, et les réformes agraires purent avoir lieu.

Ethnies musulmanes[modifier | modifier le code]

Les Peuls sont un peuple pastoral nomade qui répandit l'islam au début du XIXe siècle en Afrique de l'Ouest, grâce au commerce et aux confréries soufies Qadiri et Tijani. Ils sont très présents dans les régions du Nord du Cameroun. Deux autres groupes ethniques sont considérés comme musulmans : les Kirdi, et les Bamouns qui vivent à l'Ouest du Cameroun.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chiffres du CIA World Factbook
  2. (en) Étude du PewForum sur le monde musulman

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hamadou Adama , L'islam au Cameroun : entre tradition et modernité, L'Harmattan, Paris ; Budapest ; Torino, 2004, 244 p. (ISBN 2-7475-7361-3)
  • Geneviève de Bollardière, La pénétration de l'islam avant 1850 dans l'ex-Afrique équatoriale française et le Cameroun, Université Paris I, 1977, 419 p. (thèse de Lettres)
  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh, Mark W. Delancey, « Islam », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (4e éd.), p. 209-211 (ISBN 9780810873995)
  • Aboubakar Njiasse-Njoya, Naissance et évolution de l'islam en pays Bamum, Cameroun, Université Paris I, 1981, 2 vol., 573 p. (thèse de 3e cycle d'Histoire)
  • (en) Helen A. Regis, Fulbe voices: marriage, Islam, and medicine in Northern Cameroon, Westview Press, Boulder, CO, 2003, 175 p. (ISBN 0-8133-3816-6)
  • Renaud Santerre, Pédagogie musulmane d'Afrique noire : l'école coranique du Cameroun, Presses de l'Université de Montréal, 1973, 174 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Prisonnières du bonheur, documentaire réalisé par Néna Baratier et Geneviève Louveau, CNRS Audiovisuel, Meudon, 1980, 14 min (VHS)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :