Rue de Turenne (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

3e, 4e arrts
Rue de Turenne
Image illustrative de l’article Rue de Turenne (Paris)
Vue depuis la rue du Parc-Royal
Situation
Arrondissements 3e
4e
Quartiers Enfants-Rouges
Archives
Saint-Gervais
Arsenal
Début 72, rue Saint-Antoine
Fin 70, rue Charlot
Morphologie
Longueur 1 130 m
Largeur 13 à 15 m
Historique
Création 1865
Dénomination Décret du
Ancien nom Ruelle des Égouts
Rue des Égouts
Rue de l'Égout-Couvert
Rue de l'Égout-Sainte-Catherine
Rue Neuve-Saint-Louis
Grande rue Saint-Louis
Rue Saint-Louis-au-Marais
Rue Boucherat
Géocodification
Ville de Paris 9492
DGI 9506
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Turenne
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Turenne est une voie de Paris située en plein cœur du quartier du Marais dans les 3e et 4e arrondissements.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Paul, Chemin Vert, Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire et République.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne.

Elle a reçu son nom actuel par le décret du en l’honneur Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne (1611-1675), maréchal-général généralement connu sous le nom de « Turenne », qui avait son hôtel dans cette rue.

Historique[modifier | modifier le code]

Rue de Turenne-rue de l'égout

La rue fut aménagée sur la couverture d'un égout qui était situé à l'intérieur du l'enceinte de Charles V. Le tracé de cet égout correspondait, au-delà de la rue de Turenne, à l'actuelle rue Béranger et se prolongeait jusqu'au bord de la rue Montmartre et de la Rue du Faubourg-Montmartre rejoignant à l'emplacement de la rue de Provence le grand égout extérieur au rempart. Le premier tronçon recouvert fut celui entre la rue Saint-Antoine et la rue des Francs-Bourgeois au début du XVIIe siècle suivi par la partie au nord de cette rue vers 1630.

Le plus ancien tronçon, ruelle des égouts, rue des égouts, rue de l'égout Sainte-Catherine ou rue de l'égout couvert, compris entre la rue Saint-Antoine et la rue des Francs-Bourgeois, est élargi en 1914-1916 par recul des numéros pairs, affectant la façade arrière des hôtels de la place des Vosges. La partie de la rue située entre, au sud, les rues de l'Écharpe et Neuve-Sainte-Catherine (réunies à la rue des Francs-Bourgeois en 1868) et, au nord, la rue Saint-Gilles, date de la construction de la place Royale (place des Vosges) et du couvent des Minimes vers 1605. La partie centrale de la rue Saint-Gilles à la rue Vieille-du-Temple est ouverte quelques années plus tard vers 1610-1620 lors du lotissement de la couture du Temple à la suite du projet abandonné de la place de France. Ce tronçon de l'actuelle rue des Francs-Bourgeois à la rue Vieille-du-Temple prend le nom de « rue Saint-Louis  » ou « rue Saint-Louis-au-Marais » menant à la porte Saint-Louis de l'enceinte de Charles V. Cette porte fut ouverte tardivement dans ce rempart car elle figure sur un plan de Paris levé vers 1640 mais non sur les plans antérieurs à 1600.

Le dernier tronçon de la rue Vielle-du-Temple à la rue Charlot est ouvert dans les années 1690 par application des arrêts du Conseil du roi des , et sous le nom de rue de Boucherat en référence à Louis Boucherat, chancelier de France.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le , une décision ministérielle réunit les deux parties nord, rue Boucherat et rue Saint-Louis, sous ce dernier nom.

La rue Saint-Louis est réunie à la rue de l'égout (partie entre la rue des Francs-Bourgeois et la rue Saint-Antoine) sous sa dénomination actuelle par décret en date du .

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cour de l'hôtel Colbert de Villacerf, avec sa fontaine privée, restaurée en 2011.

Demeure de l'architecte Libéral Bruand[modifier | modifier le code]

  • No 34 : face à la fontaine de Joyeuse s'élève la demeure de Libéral Bruand, architecte du roi Louis XIV et l'un des membres fondateurs de l'Académie royale d'architecture. Bruand est l'un des principaux représentants de l'architecture française de style classique, à qui l'on doit notamment la construction de l'hôtel des Invalides et de la basilique Notre-Dame-des-Victoires, ainsi que de nombreux bâtiments et hôtels particuliers du quartier du Marais et à Versailles. Libéral Bruand, après avoir acquis le terrain auprès des moines du couvent des Minimes, construira entre et , à l'angle de la rue de Turenne et de la rue des Minimes, avec son beau-père Michel Noblet, leurs deux maisons mitoyennes aujourd'hui réunies.

Ancien hôtel Joyeuse[modifier | modifier le code]

  • Nos 37-39 : situé de nos jours aux nos 37 et 39, ce bâtiment abritait la pension Lepitre où Honoré de Balzac a fait ses études pendant un an en 1814[1].

Fontaine de Joyeuse[modifier | modifier le code]

  • No 41 : cette fontaine date de 1847 et remplace une fontaine dite fontaine Saint-Louis, construite à la suite d'un arrêt de 1671 promulgué par le roi Louis XIV « pour la construction de quinze nouvelles fontaines dans la ville et les faubourgs de Paris ». La fontaine actuelle est l’œuvre du sculpteur Isidore Boitel. En pierre, surmontée des armes de Paris, elle se compose d'une abside en cul-de-four abritant une sculpture en bronze d'un jeune enfant tenant une cruche à la main, et dont l'eau se déverse dans une vasque en forme de coquille. Le plafond voûté de la niche représente en bas-relief des animaux aquatiques, hérons, grenouilles et serpents.
La fontaine est inscrite au titre des monuments historiques (ISMH).

Hôtel Gourgues ou de Montrésor[modifier | modifier le code]

Hôtel de Pologne[modifier | modifier le code]

  • Situé au no 65, l'hôtel dit de Pologne, construit au XVIIe siècle (1662), est remarquable par ses façades (balcon, ferronneries, fronton) et toiture, ainsi que par son escalier intérieur décoré d'une belle rampe en fer forgé. Tous sont inscrits sur la liste des monuments historiques le . Tout d'abord propriété de Louis Doublet[5], seigneur d'Ollot, secrétaire du roi, il est mis à la disposition du ministre de l’Intérieur pour y loger gratuitement les artistes les plus distingués des arts mécaniques, en 1800.


Statue de la Vierge[modifier | modifier le code]

  • Cette statue en pierre, surmontée de la tête d’un ange, est située à l'angle de la rue de Turenne et de la rue Villehardouin. Représentant la Vierge, elle est placée dans une niche au niveau du premier étage de l'immeuble d'angle. Elle tient dans ses bras l'enfant Jésus. La statue est inscrite au titre des monuments historiques. Sa restauration a été mise en œuvre en , elle a été replacée dans sa niche, le [6].

Hôtel d'Ecquevilly, dit du Grand-Veneur[modifier | modifier le code]

  • No 60 : Cet hôtel particulier a été construit en 1637. Il a appartenu au Chancelier Louis Boucherat, à partir de 1686, puis à Hennequin duc d’Ecquevilly, capitaine général de la vénerie du roi, chargé d’organiser les chasses à courre, d'où son nom.

Jusqu'à la fin 2007, l’hôtel était utilisé comme salles d'exposition des établissements Jacob Delafon, fabricant de salles de bain. Auparavant, l'ensemble des bâtiments était le siège social et dépôt de la société anonyme des Magasins réunis, fondée par Eugène Corbin. À Paris, il y avait trois grands magasins, avenue des Ternes 17e, place de la République et rue de Turenne (devenu Fnac). Dans toutes les grandes villes de province, il y avait un Magasins Réunis, Magmod à Strasbourg, Magasins réunis à Nancy, etc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement[modifier | modifier le code]

De part et d'autre de l'entrée, deux niches avec les statues de saint Paul et de saint Pierre du sculpteur Jean-François Legendre-Héral, en 1849.
L'église est surtout visitée pour le tableau de Delacroix représentant une Pietà.
« Saint Denys » car le maréchal de Turenne avait été enterré à la basilique Saint-Denis avant que sa tombe ne soit profanée pendant la Révolution puis transférée aux Invalides par Napoléon. « Du Saint Sacrement » car c'est le Saint Sacrement qui a justifié sa conversion au catholicisme, lors d'un incendie au Louvre.
  • No 76 : divers éléments architecturaux (escalier, bas-reliefs…) inscrits aux monuments historiques. C'est aussi dans cet immeuble que se trouve la galerie Perrotin.

Couvent des Filles-du-Calvaire[modifier | modifier le code]

Immeuble du 116, rue de Turenne[modifier | modifier le code]

  • Au no 116, deux bas-reliefs représentant deux femmes de profil encadrent la fenêtre centrale du premier étage.

Fontaine Boucherat[modifier | modifier le code]

Vue générale de la fontaine.
  • Située à l'angle entre la rue Charlot et la rue de Turenne, cette fontaine est l'œuvre de l'architecte Jean Beausire. Monument quadrangulaire classique avec fronton triangulaire orné, elle comporte une inscription au-dessus du mascaron remerciant le roi Louis XIV pour la paix qu'il vient de signer à Ryswick aux Pays-Bas, le  :
FAVSTA PARISIACAM LODOICO REGE PER VRBEM
PAX VT FVNDET OPES FONS ITA FVNDIT AOVAS
(De même que l'heureuse paix conclue par le Roi Louis répandra l'abondance
dans la ville de Paris, cette fontaine lui donnera ses eaux)

Les noms des rues Charlot et de Boucherat (ancienne dénomination de cette partie de la rue de Turenne) sont gravés sur les deux faces de la fontaine. Le nombre 14 gravé en dessous du nom des rues correspondait au quartier tel que défini par l'ordonnance de police du . La rue de Boucherat tirait son nom de Louis Boucherat, chancelier de France, qui mit à exécution l'édit sur la révocation de l'édit de Nantes, signé par son prédécesseur.

La fontaine est inscrite parmi les monuments historiques.

Le [7], le carrefour entre les rues de Turenne, Charlot et la de Franche-Comté a été baptisé place Olympe-de-Gouges en l’honneur d’Olympe de Gouges, lors de la Journée internationale des femmes.

Autres bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

  • No 7 : ici se trouvait l'atelier de messieurs Beauvisage et Carbonelle, les gendres de Pierre-Philippe Thomire qui est au 6, rue Taitbout et qui s'associe avec eux et Duterme, puis achète l'affaire de Lignereux en 1804 et conserve cet atelier. Leur vitrine est au 41, rue Taitbout.
  • No 23 : hôtel Colbert de Villacerf. Cet hôtel fut construit en 1650 pour Édouard Colbert de Villacerf, intendant du roi. Dans les années 1860, Élisa Lemonnier, Mme Allard et Mlle Marcheff-Girard ouvrent la première école professionnelle pour les jeunes filles[8].
  • No 38 : durant la Commune de Paris, en , l'institutrice-directrice Mme Manière ouvre un « atelier école » pour ouvrières[8].
  • No 50 ː immeuble du milieu du XVIIe siècle couronné par une lucarne à foin avec une porte refaite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle surmontée d'un mascaron d'Hercule protecteur de la maison.
  • No 64 : cet hôtel, construit initialement en 1637 pour le seigneur de Passy, François Petit, devient par alliance la propriété de la famille Méliand et ce jusqu'en 1744, date à laquelle il est acheté par Antoine René Le Voyer de Paulmy d'Argenson. Vendu ensuite à plusieurs reprises, il est acquis en 1789 par le président de Tanlay[10].
  • No 66-68 ː Hôtel Boulin construit vers 1640 pour Pierre Boulin, trésorier du Marc d'or. On peut y pénétrer par le 68. Le jardin est occupé par un garage depuis 1937[11].
  • No 67 : il existait là, avant la Première Guerre mondiale, une boucherie. Les carcasses étaient pendues à des crochets devant la devanture. Les balcons du premier étage étaient maintenus par quatre sculptures de têtes de bœufs. Actuellement, il n'existe plus que trois têtes et une partie des crochets, pour rappeler l'ancienne boucherie. Sur la carte postale ancienne, il est mentionné que Napoléon III a couché dans cet immeuble en 1848.
  • No 85 ː maison Marois construite en 1733 pour Claude Marois par l'architecte Debias-Aubry.
  • No 95 ː maison d'angle construite en 1780 pour Charles Termellois qui comprend une cour ouvrant sur rue que l'on appelle « redans »[12].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le no 74 est cité dans la troisième émission La Télé des Inconnus, diffusée le sur Antenne 2. La séquence intitulée Vidéokon. Les Français et la guerre apparaît à trois reprises au cours de cette émission. Elle consiste en de courtes interventions où défilent devant une sorte de photomaton plusieurs personnages interprétés par les trois « compères », Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus, le tout constituant une parodie de télé-crochet propice aux brèves de comptoir et autres élucubrations des personnages.

Au cours de cet extrait, on retrouve un personnage interprété par Didier Bourdon campant une caricature de commerçant juif du quartier du Sentier, qui, au lieu de répondre à la question vague de « la guerre », préfère faire de la publicité pour son magasin situé rue de Turenne :

« Au 74, rue de Turenne on a des blousons super sympas ! Tu viens ! Quand tu veux tu viens ! ».
La série de courtes séquences se termine par le duo Campan, jouant une écervelée, et Bourdon, dans son rôle du commerçant avec l'échange sans fin entre les deux personnages :
« Aïe aïe aïe, j'ai pas bien compris, où ça ?, Au 74, rue (de) Turenne. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Maurois, Prométhée ou la vie de Balzac, Hachette, 1965, p. 18.
  2. « L'hôtel de Montrésor », structurae.de.
  3. « Ecole élémentaire de Turenne - Equipements – Paris.fr », sur www.paris.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  4. « Ecole maternelle Turenne - Equipements – Paris.fr », sur www.paris.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  5. [1], Famille Doublet de Persan.
  6. « Paris : réapparition de la Vierge rue de Turenne », www.leparisien.fr, 24 septembre 2015.
  7. À la suite d'une « délibération »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) du du conseil du 3e arrondissement de Paris.
  8. a et b Jacques Rougerie, « 1871 : la Commune de Paris », Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, PUF, 1997, p. 405-431.
  9. Alexandre Gady, Le Marais, Paris, éditions Carré, , 322 p. (ISBN 2 908393 09 3), p. 268
  10. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 2, p. 579.
  11. Alexandre Gady, Le Marais, Paris, éditions Carré, , 322 p. (ISBN 2 908393 09 3), p. 269
  12. Alexandre Gady, Le Marais, Paris, éditions Carré, , 322 p. (ISBN 2 908393 09 3), p. 272

Sources[modifier | modifier le code]