Quai de la Corse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

4e arrt
Quai de la Corse
Voir la plaque.
Voir la photo.
Le quai de la Corse, avec l'hôtel-Dieu, vu du pont d'Arcole.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Notre-Dame
Début Pont d'Arcole et rue d'Arcole
Fin Pont au Change et boulevard du Palais
Morphologie
Longueur 280 m
Largeur 15 m
Historique
Ancien nom Quai de Breteuil
quai Desaix
quai de la Cité
quai Napoléon
quai de la Cité
quai Napoléon
quai aux Fleurs
quai de la Corse
Géocodification
Ville de Paris 2342
DGI 2345
Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Quai de la Corse
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Quai de la Corse
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai de la Corse est un quai situé le long du grand bras de la Seine sur la rive nord de l'île de la Cité dans le 4e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Situé dans l'île de la Cité, il commence à l'angle du boulevard du Palais et du pont au Change et se termine à l'angle du pont d'Arcole et de la rue d'Arcole[1].

Ce site est desservi par la station de métro Cité.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce quai porte le nom du département français : la Corse.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce quai est créé et prend sa dénomination actuelle le par la fusion :

Sur cette photographie, prise vers 1865 depuis la tour Saint-Jacques, une grande partie du quai de la Corse est visible, au-delà du grand-bras de la Seine, de part et d'autre du pont Notre-Dame. Il est encore bordé de maisons anciennes sur cette section. Du fait des grands travaux haussmanniens, particulièrement importants sur l'île de la Cité, ces demeures vont bientôt disparaître et être remplacées, à gauche du pont, par le nouvel Hôtel-Dieu, et à droite par le marché aux fleurs.
Sur cette photographie, prise vers 1865 depuis la tour Saint-Jacques, une grande partie du quai de la Corse est visible, au-delà du grand-bras de la Seine, de part et d'autre du pont Notre-Dame. Il est encore bordé de maisons anciennes sur cette section. Du fait des grands travaux haussmanniens, particulièrement importants sur l'île de la Cité, ces demeures vont bientôt disparaître et être remplacées, à gauche du pont, par le nouvel Hôtel-Dieu, et à droite par le marché aux fleurs.

Le site du quai est construit entre 1786 et 1788. Il était initialement projeté dès 1763, quand Turgot fit à cette fin don de 100 000 livres à la municipalité parisienne, réalisant ainsi un projet de son père Michel-Étienne Turgot, ancien prévôt des marchands. Mais les expropriations de riverains se révélant exorbitantes, le legs est refusé et l'idée abandonnée. Le projet est finalement relancé une vingtaine d'années plus tard[1].

Il est d'abord appelé « quai de Breteuil », renommé « quai Desaix » en 1800 puis « quai de la Cité » entre 1873 et 1929. Il est prolongé jusqu'au pont d'Arcole grâce à des travaux menés entre 1804 et 1808, cette seconde section portant successivement les noms de « quai Napoléon » à partir de 1808, de « quai de la Cité » à partir de 1816, de « quai Napoléon » une seconde fois à partir de 1834 puis de « quai aux Fleurs » de 1873 à 1929. Ce second segment sera finalement divisé pour permettre la création du quai de la Corse en 1929, la partie orientale du quai aux Fleurs originel existant pour sa part toujours[1].

Bâtiments et sites remarquables[modifier | modifier le code]

Bordant le sud de la chaussée du quai sont, de l'ouest vers l'est :

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, septième édition, 1963, t. 1 (« A-K »), « Quai de la Corse », p. 393-394.
  2. a et b Bernard Hasquenoph, « Marché aux fleurs, « encore un quartier de Paris qui se modernise » ! », sur louvrepourtous.fr, (consulté le ).
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, septième édition, 1963, t. 2 (« L-Z »), « Place Louis-Lépine », p. 56.

Liens externes[modifier | modifier le code]