Quai Saint-Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
5e arrt
Quai Saint-Michel
Le quai Saint-Michel vu depuis le pont Saint-Michel.
Le quai Saint-Michel vu depuis le pont Saint-Michel.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Début Petit-Pont - no 2 place du Petit-Pont
Fin Pont Saint-Michel - place Saint-Michel
Morphologie
Longueur 157 m
Largeur 17 m
Géocodification
Ville de Paris 8934
DGI 8710

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
quai Saint-Michel
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai Saint-Michel est une voie située le long de la Seine, à Paris, dans le 5e arrondissement.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le quai Saint-Michel doit son nom à la proximité du pont Saint-Michel, situé au voisinage de l'ancienne chapelle Saint-Michel du Palais[1]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Historique[modifier | modifier le code]

La première pierre du fondement du quai Saint-Michel fut posée le 4 août 1561.

« Bureau de la Ville, 4 août 1561.
Aujourd'buy a esté imposé la première pierre du fondement du quai Sainct-Michel, en la présence de Monsieur le Prévost des marchands, de Marle, Messieurs Nicolas Godefroy et Jean Sanguin, eschevins, et les entrepreneurs du bâtiment dudit quay, et ont mesdicts sieurs magnné la dite première pierre avec la truelle et la chaulz, et ont donné ausdit entrepreneurs 3 escus pour le vin et 1 petit escu pour les peauvres »
.

Il semble que, seule, la première pierre fut posée,à l'exception de quelques terrassements qui furent exécutés par les galériens détenus au Petit Châtelet, car un arrêt du Conseil du roi, en date du 25 avril 1767, et des lettres patentes en date du 31 juillet 1767 ordonnèrent la construction de ce quai avec la destruction des maisons qui bordaient la Seine et l'érection d'un quai à la place de la berge :

Par lettres patentes du 22 avril 1769 il avait été prévu de lui donner le nom de quai Bignon[2] en l’honneur d’Armand-Jérôme Bignon alors prévôt des marchands de Paris[3].

Les actes administratifs précédents n'ayant pas été suivi d'effet, un nouveau décret en date du 25 mars 1811 fut pris par Napoléon Ier et les travaux du pont de Montebello reprirent en 1812 :

Le quai fut ouvert à la circulation en 1816, sous le nom de quai Saint-Michel, appellation qu'il conserva jusqu'à un arrêté préfectoral de 1928 décida de donner au quai le nom de René Viviani. Les protestations contre ce changement de dénomination furent telles que le quai garda son odonyme originel[4]. Un nouvel arrêté en date du 31 janvier 1929 rétablit officiellement le nom de quai Saint-Michel.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Joseph Soumy (1831-1863), artiste peintre et graveur, vécut quai Saint-Michel[5].
  • no 1 : au café de l'hôtel Notre-Dame fut créé le 8 novembre 1948 le mouvement Cobra.
  • no 19 : dans cet immeuble possédant cinq arcades, Léon Vanier tient sa librairie de 1878 à sa mort. Henri Matisse occupe un atelier au troisième étage de 1895 à 1907, puis au quatrième en 1913[6]. Le peintre d'histoire François Victor Eloi Biennourry, né en 1823, y meurt en 1893. Henri Bellery-Desfontaines occupe également un atelier de 1895 à 1901. En face, avec ses boîtes de bouquiniste, officiait le marchand d'estampes L. Joly[7]. En face du numéro 23, Joseph Gibert installa en 1886 sa boite de bouquiniste, premier rayon de la future librairie Gibert.

Le quai Saint-Michel vu par les peintres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chapelle Saint Michel du Palais sur Wikia.
  2. « Quai Saint-Michel », Nomenclature officielle des voies de Paris, paris.fr.
  3. Alfred Fierro, Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Parigramme, 1990, 430 p. (ISBN 2-84096-116-4). Est mentionné page 191 (au sein de la section « La « viviruification » : personnages honorés de leur vivant », pages 190 et suivantes) : « Bignon (prévôt des marchands, 1769 »
  4. Henri François Joseph Boudet de Puymaigre, « Rapport présenté par M. Mario Roques, au nom de la 4e Sous-commission, sur une proposition de M. de Puymaigre tendant à l'établissement d'une réglementation de la dénomination des rues de Paris », Procès-verbal de la Commission municipale du Vieux Paris, 25 juin 1932, p.102.
  5. Philippe Burty, Maîtres et petits maitres, G. Charpentier, éditeur, 1877. Réédité par Reink Books, 2017.
  6. Canal Académie, en ligne.
  7. Selon Xavier Chardeau, sur bellerydesfontaines.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]