Parc naturel marin d'Iroise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iroise.
Parc naturel marin d'Iroise
Nividic.jpg

Phare du Nividic sur la mer d'Iroise

Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
3 550 km2
Création
2 octobre 2007
Localisation sur la carte du Finistère
voir sur la carte du Finistère
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg
Iles et Mer d'Iroise *
Réserve de biosphère
Image illustrative de l'article Parc naturel marin d'Iroise
Localisation Mer d'Iroise
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Coordonnées 48° 15′ nord, 4° 53′ ouest
Création 1988
Superficie 20 600 ha
Zone de transition : 99 149 ha
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le parc naturel marin d’Iroise est le premier parc naturel marin français.

Créé en 2007 après plusieurs années de concertation et de débat, il permet une meilleure gestion du domaine maritime de la mer d'Iroise, en vue de la préservation et du développement durable de cet espace exceptionnel.

Richesses environnementales de la mer d'Iroise[modifier | modifier le code]

Cet espace maritime est réputé pour la richesse de sa flore et de sa faune. Riche en plancton, l'Iroise est connue pour être le plus grand champ d'algues marines en Europe, avec plus de 300 espèces.

Elle accueille plus de 120 espèces de poissons différentes. C'est un espace privilégié pour la lotte, le tourteau, le homard et la langouste. Le quart de la population française de mammifères marins y réside, avec des colonies de phoques gris ou de grands dauphins. On recense également de nombreux oiseaux marins protégées comme le goéland marin, l'océanite tempête, le puffin des anglais et des sternes.

Historique de la création du parc[modifier | modifier le code]

  • 1989-1990 : Lors de l'inauguration de la Réserve de biosphère d'Iroise (label de l'UNESCO attribué à Ouessant et à l'archipel de Molène), par le Ministre de l'environnement, l'idée de créer en mer d'Iroise un parc national marin est émise.
  • 1996 : Création d'une « mission » à Brest pour monter le projet.
  • 1998-1999 : Études socio-économiques et scientifiques du projet avec confirmation de la richesse du patrimoine naturel, et de la fragilité des activités locales, notamment sur les îles habitées et pour les pêches maritimes.
  • 2000-2001 : Consultation des 34 communes concernées et des socioprofessionnels de la zone d'étude (avis du territoire globalement positif). Avis favorable du Conseil national de la protection de la nature (CNPN).
  • 2001 : Approbation du projet par l'arrêté de prise en considération, signé par le Premier Ministre.
  • mai 2002: création de l'« association de défense et de valorisation des îles et du littoral de la mer d'Iroise » (ADVILI), menée par Albert Cam et Bernard Le Bihan.
  • 2003: création en réaction de l’« association pour la création du parc naturel marin d’Iroise » (APCPNMI) pour soutenir le projet de parc, avec l’appui de l'association Longitude 181 Nature.
  • 2003 : Consultations locales aboutissant à des propositions d'orientations.
  • 2004 : Révision de la loi sur les parcs nationaux.
  • 2004 : L'association d'opposants ADVILI dépose au Parlement européen une pétition comportant 7300 signatures et « demande que la communauté européenne exige du gouvernement français qu'il renonce au projet de parc naturel marin d'Iroise, au profit de structures développées régionalement comme le parc régional d'Armorique et les sites NATURA 2000 avec des implications fortes de ses habitants comme cela est le cas actuellement[1]. » La communauté européenne répond « En conclusion, la Commission ne dispose pas d'éléments lui permettant de conclure que l'adoption du décret portant création du PNMI constituerait une violation de l'article 8 de la Convention d'Aarhus ni que l'élaboration du plan de gestion du PNMI se fera en violation de l'article 7 de ladite convention[2]. »
  • 2005 : Abandon du projet de parc national pour un parc naturel marin. Le concept de parc naturel marin est moins contraignant car il exclut les zones périphériques côtières. Seul l’espace marin est classé; un parc naturel main doit équilibrer ses actions autour de trois principes: l’acquisition et la diffusion de la connaissance sur l'environnement marin, la protection de cet environnement et le soutien aux activités économiques durables dépendantes de la mer[3].
  • 2006 : Parution de la loi permettant la création des parcs naturels marins et enquête publique du 20 novembre au 20 décembre[4].
  • 28 février 2007 : La commission d'enquête publique, donne concernant le projet de création du parc naturel marin d'Iroise, un « avis favorable » mais assorti de trois réserves formelles.
  • 2007 : Création par un décret signé le 29 juin 2007[5] par le Ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, Jean-Louis Borloo, et publié au Journal officiel le 2 octobre 2007 après sa signature par le Premier Ministre, François Fillon[6].
  • 12 novembre 2007 : L'association d'opposants ADVILI dépose une requête en Conseil d'État pour abus de pouvoir et demande l'annulation du décret de création
  • 27 novembre 2007: Jean-Yves Cozan, conseiller général d’Ouessant, dépose également une requête en Conseil d'État[7]
  • 26 janvier 2009: le Conseil d’État rejette la requête de l’ADVILI, en raison de l’incompétence de son conseil d’administration à former une action en justice en son nom[8]
  • 23 février 2009: rejet de la requête de Jean-Yves Cozan, soulignant que les réserves de la commission d’enquête n’impliquent en rien l’irrégularité de la procédure et qu’il n’y a pas eu d’erreur d’appréciation[9].

Il est à noter qu’après quelques années, l’existence même du Parc marin ne déclenche plus les mêmes passions, l’« association de défense et de valorisation des îles et du littoral de la mer d'Iroise » (ADVILI) ayant même fait le choix de participer à son conseil de gestion. L'association ADVILI se considère toujours opposante à la mise en place de cette structure.

  • 29 septembre 2010: Le conseil de gestion du parc naturel marin d'Iroise approuve le premier plan de gestion.

Périmètre[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNM.
Carte de la Mer d'Iroise

Le Parc naturel marin d'Iroise s’étend sur 3 550 km2 de zones immergées[10] entre le parallèle 48°31'N (au Nord de l’île d’Ouessant) et le parallèle 47°59'N (au Sud de l’île de Sein), le trait de côte à l'Est à l'exception de la rade de Brest et la limite des eaux territoriales (12 milles marins) à l'Ouest. Les espaces côtiers et terrestres ne sont donc pas visés par le parc, mais une partie de ceux-ci font partie du Parc naturel régional d'Armorique.

Le cap Sizun au Sud et la région des abers au Nord (Aber-Wrac'h, Aber-Benoît et Aber-Ildut) pourraient intégrer cette zone prochainement.[Quand ?]

Orientations de gestion[modifier | modifier le code]

Le décret de création du parc[6] fixe dix orientations de gestion pour le parc :

  1. Approfondissement et diffusion de la connaissance des écosystèmes marins
  2. Maintien en bon état de conservation des populations des espèces protégées, rares ou menacées et de leurs habitats
  3. Réduction des pollutions d'origine terrestre ainsi que du risque de pollutions maritimes et portuaires diffuses ou accidentelles
  4. Maîtrise des activités d'extraction de matériaux
  5. Exploitation durable des ressources halieutiques
  6. Soutien de la pêche côtière professionnelle
  7. Exploitation durable des champs d'algues
  8. Soutien aux activités maritimes sur les îles afin d'y maintenir une population d'habitants permanents
  9. Conservation et valorisation du patrimoine paysager, architectural, maritime et archéologique, notamment sous-marin, et des savoir-faire locaux
  10. Développement raisonné des activités touristiques, nautiques et de loisirs, compatibles avec la protection des écosystèmes marins.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le conseil de gestion représente l'État, les collectivités territoriales intéressées, des organisations représentatives des professionnels et des usagers ainsi que des personnalités qualifiées.

Le parc est présidé par Nathalie Sarrabezolles[11], présidente du conseil départemental du Finistère. Elle a succédé à Pierre Maille, premier président du Parc. Thierry Canteri a été le premier directeur entre 2008 et 2016, après avoir occupé successivement les postes d'adjoint au directeur régional des Affaires maritimes en Haute-Normandie puis en Martinique[12]. Fabien Boileau est le directeur du Parc depuis le 1er février 2016. Il a précédemment occupé les postes d’adjoint au directeur du Parc, adjoint au directeur de la mer en Guyane et coordonnateur de mission de sauvetage au CROSS Etel.

Relation avec les autres dispositifs de protection et de valorisation[modifier | modifier le code]

Le parc ne remplace pas les dispositifs de protection et de valorisation antérieurs qui portent sur la mer d'Iroise, mais les complète en développant une gouvernance intégrée[13]. Depuis 2014, il apparait sur la liste verte[14] de l'UICN (union internationale de conservation de la nature) des aires protégées les mieux gérées. La partie archipélagique du parc est également reconnue comme réserve de biosphère de l'UNESCO (réserve de biosphère des iles et de la mer d'Iroise)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]