NGC 1311

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1311
Image illustrative de l’article NGC 1311
NGC 1311 par le télescope spatial Hubble
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Horloge
Ascension droite (α) 03h 20m 06,9s[1]
Déclinaison (δ) −52° 11′ 08″
Distance 8,0 ± 0,6 Mpc (∼26,1 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 12,8 [3]
13,4 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,6 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 3,0 × 0,8
Décalage vers le rouge +0,001911 ± 0,000007[1]
Angle de position 40°[3]
Vitesse radiale 573 ± 2 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Horloge

(Voir situation dans la constellation : Horloge)
Horologium IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SB(s)m?[1] SBm[3] SB(s)m?[5]
Dimensions 14 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) John Herschel [5]
Date 24 décembre 1837 [5]
Désignation(s) PGC 12460
ESO 200-7
IRAS03186-5222 [3]
Liste des galaxies spirales

NGC 1311 est une galaxie spirale magellanique de type magellanique et vue par la tranche. Elle est située dans la constellation de l'Horloge à environ 26 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome britannique John Herschel en 1837[5].

La classe de luminosité de NGC 1311 est V et elle présente une large raie HI. C'est aussi une galaxie faiblement brillante en rayon X[1].

NGC 1311 fait partie du groupe de IC 1954 qui comprend au moins six galaxies brillantes dans le domaine des rayons X. Les autres galaxies du groupe sont IC 1933, IC 1954, ESO 200-G045, NGC 1249 et IC 1959[7].

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 4,956 ± 0,960 Mpc (∼16,2 millions d'a.l.) [8], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Études des populations d'étoiles de NGC 1311[modifier | modifier le code]

En raison de la proximité relative de NGC 1311, des études ont été réalisées sur sa population d'étoiles avec le télescope spatial Hubble. La puissance du télescope et la proximité de cette galaxie ont permis de résoudre individuellement des étoiles sur les images. Une étude[9] réalisée par P.B Eskridge et ses collègues a montré que NGC 1311 referme une grande population d'étoiles supergéantes bleues et plusieurs amas ouverts compacts de jeunes étoiles. Une autre étude[10] plus récente a permis de d'identifier 13 amas ouverts dont les masses varient de 1000 à 100 000 masses solaires. L'âge des étoiles des amas indiquent que NGC 1311 a connu des périodes intenses de formation d'étoiles à des périodes remontant à environ 1 milliard, 100 millions et 10 millions d'années[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1311 (consulté le 24 août 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 24 août 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 24 août 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Chandreyee Sengupta et Ramesh Balasubramanyam, « HI content in galaxies in loose groups », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 369 #1,‎ , p. 360-368 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2006.10307.x, Bibcode 2006MNRAS.369..360S, lire en ligne)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 24 août 2016)
  9. P.B. Eskridge, A.J. Monson, R.A Jansen, V.A. Taylor, R.A. Windhorst et R. de Grijs, « Resolved Stars and Unresolved Light in NGC 1311 », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 36,‎ , p. 1494 (lire en ligne)
  10. a et b Paul.B. Eskridge, Richard de Grijs, Peter Anders, Rogier A. Windhorst, Violet A. Mager et Rolf A. Jansen, « Star Clusters in the Nearby Late-Type Galaxy NGC 1311 », The Astronomical Journal, vol. 135#1,‎ (DOI 10.1088/0004-6256/135/1/120, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1303  •  NGC 1304  •  NGC 1305  •  NGC 1306  •  NGC 1307  •  NGC 1308  •  NGC 1309  •  NGC 1310  •  NGC 1311  •  NGC 1312  •  NGC 1313  •  NGC 1314  •  NGC 1315  •  NGC 1316  •  NGC 1317  •  NGC 1318  •  NGC 1319