NGC 1022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1022
Image illustrative de l’article NGC 1022
NGC 1022 par SDSS.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Baleine
Ascension droite (α) 02h 38m 32,7s[1]
Déclinaison (δ) −06° 40′ 39″
Distance 20,3 ± 1,5 Mpc (∼66,2 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 11,3 [3]
12,2 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,0 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,4 × 2,2
Décalage vers le rouge +0,004847 ± 0,000020[1]
Angle de position 12°[3]
Vitesse radiale 1 453 ± 6 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Baleine

(Voir situation dans la constellation : Baleine)
Cetus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie (R')SB(s)a[1] SBa[3]
(R)SB(s)a?[5]
Dimensions 46 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 10 septembre 1785 [5]
Désignation(s) PGC 10010
MCG -1-7-25
IRAS02360-0653 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 1022 est une galaxie spirale barrée située dans la constellation de la Baleine à environ 66 millions d'années-lumière de la Voie lactée à environ 66 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1785.

La classe de luminosité de NGC 1022 est I et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé et c'est une galaxie à sursaut de formation d'étoiles[1].

NGC 1022 appartient au groupe de NGC 1084 qui compte au moins 14 galaxies dont les galaxies du catalogue NGC suivantes : NGC 988, NGC 991, NGC 1022, NGC 1035, NGC 1042, NGC 1047, NGC 1051 (=NGC 961), NGC 1052, NGC 1084, NGC 1110, et NGC 1140. Toutes ces galaxies, sauf NGC 1047 et NGC 1140, sont aussi mentionnées dans une liste publiée sur le site «Un Atlas de L'Univers» de Richard Powel[7]. Powel emploie toutefois le nom de groupe de NGC 1052.

Deux mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 22,250 ± 5,303 Mpc (∼72,6 millions d'a.l.) [8], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

NGC 1022 par le télescope spatial Hubble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1022 (consulté le 27 avril 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 27 avril 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 7 octobre 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. « Une liste des groupes de galaxies proches, Un Atlas de l'Univers, Richard Powel » (consulté le 5 juillet 2018)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 27 avril 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1014  •  NGC 1015  •  NGC 1016  •  NGC 1017  •  NGC 1018  •  NGC 1019  •  NGC 1020  •  NGC 1021  •  NGC 1022  •  NGC 1023  •  NGC 1024  •  NGC 1025  •  NGC 1026  •  NGC 1027  •  NGC 1028  •  NGC 1029  •  NGC 1030