NGC 1316

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 1316
Image illustrative de l’article NGC 1316
La galaxie lenticulaire NGC 1316 en compagnie de NGC 1317
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Fourneau
Ascension droite (α) 03h 22m 41,7s[1]
Déclinaison (δ) −37° 12′ 30″ [1]
Magnitude apparente (V) 8,5[2]
9,4 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,25 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 11 × 7,2[2]
Décalage vers le rouge +0,006010 ± 0,000010[1]
Angle de position 50°[2]

Localisation dans la constellation : Fourneau

(Voir situation dans la constellation : Fourneau)
Fornax IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 802 ± 3 km/s [1]
Distance 24,99 ± 1,75 Mpc (∼81,5 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie (R')SAB(s)0^0[1] SB0[2]
SAB0°(s)? pec[3]
Dimensions environ 101,97 kpc (∼333 000 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) James Dunlop[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 12651
Fornax A
MCG -6-8-8
ARP 154
ESO 357-22
FCC 21
AM 0320-372
IRAS 03208-3723[2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 1316 (également nommée Fourneau A ou Fornax A) est une très vaste galaxie lenticulaire situé dans la constellation du Fourneau. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 1 694 ± 8 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 25,0 ± 1,8 Mpc (∼81,5 millions d'a.l.)[1]. Elle a été découverte par l'astronome écossais James Dunlop en 1826.

NGC 1316 est une radiogalaxie qui présente un jet émettant des ondes radio[1]. Elle est la quatrième source radio astronomique la plus intense (observée à 1400 MHz)[4]. C'est aussi est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[1].

Structure et formation[modifier | modifier le code]

Photographie de la galaxie lenticulaire géante NGC 1316 prise par le télescope spatial Hubble en 2005.

Des études ont révélé que la galaxie semble ressembler à une galaxie elliptique avec des bandes de poussières inhabituelles. L'enveloppe extérieure contient de nombreuses ondulations, des boucles et des arcs. La présence d'un disque de gaz compact à proximité du centre, incliné par rapport aux étoiles et qui semble tourner plus rapidement qu'elles, a également été observé. En se basant sur ces observations, François Schweizer (en) a postulé que cette galaxie provient de la collision de plusieurs galaxies plus petites. Ces collisions pourraient également avoir alimenté le trou noir supermassif au centre de la galaxie, qui a une masse estimée de 130 à 150 millions de fois la masse du Soleil[5] avec des gaz qui font de cette galaxie une radiogalaxie. Il déclare également que NGC 1316 est comparable aux galaxies elliptiques géantes trouvées dans les centres d'autres amas de galaxies[6].

En utilisant la spectroscopie de ses amas globulaires les plus brillants, la fusion est estimée avoir eu lieu il y a environ 3 milliards d'années. Il a été proposé aussi que NGC 1316 peut être une galaxie en évolution qui finira par devenir un système dominé par un gros bulbe galactique, semblable à celui de la galaxie du Sombrero[7].

Estimation de la distance[modifier | modifier le code]

Au moins deux méthodes ont été utilisées pour estimer la distance de NGC 1316 : la fluctuation de la brillance de surface (SBF) en 2003[8] et la fonction de luminosité des nébuleuses planétaires (PNLF) en 2006[9].

Puisqu'il s'agit d'une galaxie lenticulaire, il n'est pas approprié d'appliquer la méthode des céphéides variables. En utilisant la méthode SBF, une distance de 20,0 ± 1,6 Mpc (∼65,2 millions d'a.l.) a été obtenue à l'aide[8]. Avec la méthode PNLF, 45 possibilités de nébuleuses planétaires ont été décelées et ont donné une distance estimée à 17,9 ± 0,9 Mpc (∼58,4 millions d'a.l.)[9]. En effectuant la moyenne, la distance est évaluée à 19,0 ± 0,9 Mpc (∼62 millions d'a.l.).

Le site NASA/IPAC rapporte plus d'une soixantaine de mesures obtenues de diverses méthodes non basées sur le décalage vers le rouge (redshift). La moyenne de ces mesures donne une distance de 19,182 ± 5,874 Mpc (∼62,6 millions d'a.l.)[10], ce qui est à l'intérieur des valeurs de la distance de Hubble et correspond aux valeurs précédemment indiquées.

Environnement[modifier | modifier le code]

NGC 1316 est située en périphérie de l'amas du Fourneau[11]. Elle semble être en interaction avec NGC 1317, une petite galaxie spirale[12]. Cependant, cette petite galaxie spirale ne semble pas être suffisamment grande pour causer des distorsions observées dans la structure de la galaxie[4].

Proximité de la galaxie spirale NGC 1316 (gauche) et de la galaxie lenticulaire NGC 1317 (droite).

Supernova[modifier | modifier le code]

Quatre supernovas ont été découvertes dans NGC 1316 : SN 1980N, SN 1981D, SN 2006mr et SN 2006dd[13].

SN 1980N[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 7 décembre par l'astronome chilienne Marina Wischnjewsky de l'université de Santiago. Cette supernova était de type Ia[14].

SN 1981D[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 1er mars par l'astronome amateur australien Robert Evans. Cette supernova était de type Ia[15].

SN 2006mr et SN 2006dd[modifier | modifier le code]

Ces deux supernovas ont été découvertes le 11 mai et le 19 juin par l'astronome amateur sud africain Berto Monard (it)[16]. Ces deux supernovas étaient de type Ia[17].

Groupe de NGC 1316[modifier | modifier le code]

NGC 1316 est la plus grosse et la plus brillante galaxie d'un groupe qui porte son nom. Le groupe de NGC 1316 fait partie de l'amas du Fourneau[3] et il comprend au moins 20 galaxies, dont les galaxies IC 335, NGC 1310, NGC 1316, NGC 1317, NGC 1341, NGC 1350, NGC 1365, NGC 1380, NGC 1381, NGC 1382 et NGC 1404[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « NGC 1316 » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c d e f g h i et j (en) « Results for object NGC 1316 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le ).
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 1300 à 1399 »
  3. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 1316 » (consulté le ).
  4. a et b (en) F. Schweizer, « An Optical Study of the Giant Radio Galaxy NGC 1316 (Fornax A) », Astrophysical Journal, vol. 237,‎ , p. 303–318 (DOI 10.1086/157870, Bibcode 1980ApJ...237..303S)
  5. (en) N. Nowak et al., « The supermassive black hole of Fornax A », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 391,‎ , p. 1629-1649 (lire en ligne)
  6. (en) Goudfrooij et al., « The star cluster system of the 3-Gyr-old merger remnant NGC 1316: clues from optical and near-infrared photometry », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 328, no 1,‎ , p. 237–256 (DOI 10.1046/j.1365-8711.2001.04860.x, Bibcode 2001MNRAS.328..237G, arXiv astro-ph/0107533)
  7. (en) E. K. McNeil-Moylan et al., « Planetary nebula kinematics in NGC 1316: a young Sombrero », Astronomy & Astrophysics, vol. 539,‎ (résumé)
  8. a et b (en) Joseph B. Jensen et al., « Measuring Distances and Probing the Unresolved Stellar Populations of Galaxies Using Infrared Surface Brightness Fluctuations », Astrophysical Journal, vol. 583, no 2,‎ , p. 712–726 (DOI 10.1086/345430, Bibcode 2003ApJ...583..712J, arXiv astro-ph/0210129)
  9. a et b (en) John J. Feldmeier et al., « Calibrating Type Ia Supernovae using the Planetary Nebula Luminosity Function I. Initial Results », Eprint arXiv:astro-ph/0611231, vol. 657, no 1,‎ , p. 76 (DOI 10.1086/510897, Bibcode 2006astro.ph.11231F, arXiv astro-ph/0611231)
  10. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 1315 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  11. (en) H. C. Ferguson, « Population studies in groups and clusters of galaxies. II - A catalog of galaxies in the central 3.5 deg of the Fornax Cluster », Astronomical Journal, vol. 98,‎ , p. 367–418 (DOI 10.1086/115152, Bibcode 1989AJ.....98..367F, résumé)
  12. (en) « NGC 1316: After Galaxies Collide » (consulté le )
  13. (en) « Central Bureau for Astronomical Telegrams » (consulté le )
  14. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  15. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  16. (en) « Berto Monard awarded 2004 Gill Medal » (consulté le )
  17. (en) « Bright Supernovae - 2006 » (consulté le )
  18. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1308  •  NGC 1309  •  NGC 1310  •  NGC 1311  •  NGC 1312  •  NGC 1313  •  NGC 1314  •  NGC 1315  •  NGC 1316  •  NGC 1317  •  NGC 1318  •  NGC 1319  •  NGC 1320  •  NGC 1321  •  NGC 1322  •  NGC 1323  •  NGC 1324