NGC 1087

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 1087
Image illustrative de l’article NGC 1087
La galaxie spirale intermédiaire NGC 1087
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Baleine
Ascension droite (α) 02h 46m 25,4s[1]
Déclinaison (δ) −00° 29′ 55″
Magnitude apparente (V) 10,9 [2]
11,5 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,28 mag/am2[a]
Dimensions apparentes (V) 3,9 × 2,3[2]
Décalage vers le rouge +0,005060 ± 0,000013[1]
Angle de position [2]

Localisation dans la constellation : Baleine

(Voir situation dans la constellation : Baleine)
Cetus IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 517 ± 4 km/s [b]
Distance 21,2 ± 1,5 Mpc (∼69,1 millions d'a.l.) [c]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(rs)c[1] SBc[2] SAB(rs)c?[3]
Dimensions 78 000 a.l.[d]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [3]
Date 9 octobre 1785 [3]
Désignation(s) PGC 10496
MCG 0-8-9
UGC 2245
CGCG 389-10
KUG 0243-007
IRAS 02438-0042 [2]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 1087 est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de la Baleine à environ 69 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1785. Comme on peut le voir sur l'image de NGC 1087 provenant de l'étude SDSS, son noyau central est très petit et une barre très courte s'y troue.

NGC 1087 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique SAB(rs)c dans son atlas des galaxies[4],[5].

La classe de luminosité de NGC 1087 est III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1].

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 14,265 ± 3,194 Mpc (∼46,5 millions d'a.l.)[6], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[c].

Supernova[modifier | modifier le code]

La supernova SN 1995V a été découverte dans NGC 1087 le par l'astronome amateur australien Robert Evans. Cette supernova était de type II[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  2. On obtient la vitesse radiale d'une objet céleste à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage Doppler (redshift ou bleushift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  3. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble-Lemaître : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  4. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1079  •  NGC 1080  •  NGC 1081  •  NGC 1082  •  NGC 1083  •  NGC 1084  •  NGC 1085  •  NGC 1086  •  NGC 1087  •  NGC 1088  •  NGC 1089  •  NGC 1090  •  NGC 1091  •  NGC 1092  •  NGC 1093  •  NGC 1094  •  NGC 1095