NGC 1410

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1410
La galaxie elliptique NGC 1410
La galaxie elliptique NGC 1410
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Taureau
Ascension droite (α) 03h 41m 10,7s[1]
Déclinaison (δ) −01° 17′ 56″
Distance 106,0 ± 7,3 Mpc (∼346 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 14,0 [3]
15,0 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,1 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 0,7 × 0,6 [3]
Décalage vers le rouge +0,025324 ± 0,000013[1]
Angle de position 120°[3]
Vitesse radiale 7 592 ± 4 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Taureau

(Voir situation dans la constellation : Taureau)
Taurus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E pec?[1] E[3],[5] SB0? pec[6]
Dimensions 70 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) R.J. Mitchell [6]
Date 17 janvier 1855 [6]
Désignation(s) PGC 13556
MCG 0-10-12
UGC 2821
ZWG 391.28
KCPG 93B
VV 729
3ZW 55 [3]
Liste des galaxies elliptiques

NGC 1410 est une galaxie elliptique située dans la constellation du Taureau à environ 346 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome irlandais R.J. Mitchell en 1855. Selon le professeur Seligman, NGC 1410 est une galaxie lenticulaire.

NGC 1410 est une galaxie active de type Seyfert 2[1].

Description[modifier | modifier le code]

NGC 1410 est une galaxie active de type Seyfert 2[1] en raison de ses raies d'émissions étroites. Elle est aussi connue sous le cote III Zw 55[8]. Elle est en interaction avec la galaxie spirale NGC 1409 (la galaxie à droite sur la photo d'Hubble).

Interaction entre NGC 1409 et NGC 1410[modifier | modifier le code]

La photographie en lumière visible prise par le télescope spatial Hubble montre un pipeline de gaz et de poussière entre les galaxies NGC 1409 et NGC 1410. Ce pipeline part de NGC 1410 et ceinture NGC 1409 selon un enroulement polaire[8]. Ces deux galaxies sont entrées en collision il y a environ 100 millions d'années. Ce pipeline est la bande sombre que l'on voit sur l'image. Il s'étend sur plus de 20 000 années-lumière dans l'espace intergalactique. [9]. Ce pipeline contient une masse de poussière équivalente à deux-millions de masses solaires ce qui implique une masse de gaz d'environ 300 millions de masses solaires[8]. Le taux de transfert de matière vers NGC 1409 à travers ce pipeline est d'environ une masse solaire par année[8]. Curieusement, ce transfert n'a pas engendré des régions de formation d'étoiles dans la galaxie NGC 1409. On pense que le bras de fer qui se joue entre les deux galaxies a créé le pipeline, mais on ne sait pas pourquoi la matière s'écoule de NGC 1410 vers NGC 1049. Les scientifiques pensent que le gaz englouti par NGC 1409 est trop chaud pour qu'un effondrement gravitationnel se produise[9]. Mais l'échange de matière entre les galaxies a cependant produit un sursauts de formation d'étoiles dans les bras de NGC 1410[9].

NGC 1410 (à gauche) et NGC 1409 deux galaxies en interaction gravitationnelle (télescope spatial Hubble).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1410 (consulté le 24 octobre 2016)
  2. On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 24 octobre 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. (en) « NGC 1410 sur HyperLeda » (consulté le 26 décembre 2018)
  6. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 24 octobre 2016)
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. a b c et d (en) William C. Keel, « Ongoing Mass Transfer in the Interacting Galaxy Pair NGC 1409/1410 », The Astronomical Journal, vol. 127, no 3,‎ , p. 1325-1335 (lire en ligne) DOI:10.1086/381927
  9. a b et c (en) « Intergalactic 'Pipeline' Funnels Matter Between Colliding Galaxies » (consulté le 24 octobre 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1402  •  NGC 1403  •  NGC 1404  •  NGC 1405  •  NGC 1406  •  NGC 1407  •  NGC 1408  •  NGC 1409  •  NGC 1410  •  NGC 1411  •  NGC 1412  •  NGC 1413  •  NGC 1414  •  NGC 1415  •  NGC 1416  •  NGC 1417  •  NGC 1418