NGC 1377

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1377
Image illustrative de l’article NGC 1377
La galaxie lenticulaire NGC 1377
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Éridan
Ascension droite (α) 03h 36m 39,1s[1]
Déclinaison (δ) −20° 54′ 08″
Distance 25,0 ± 2,1 Mpc (∼81,5 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 12,4 [3]
13,4 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,8 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 1,8 × 0,9
Décalage vers le rouge +0,005977 ± 0,000100[1]
Angle de position 92°[3]
Vitesse radiale 1 792 ± 30 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Éridan

(Voir situation dans la constellation : Éridan)
Eridanus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S0^0[1] S0[3] S0?[5]
Dimensions 43 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [5]
Date 19 décembre 1799 [5]
Désignation(s) PGC 13324
MCG -4-9-33
ESO 548-51
IRAS03344-2103 [3]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 1377 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation de l'Éridan à environ 82 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1799[5].

NGC 1377 fait partie du groupe de NGC 1395. Ce groupe fait partie de l'amas de l'Éridan[7] et il comprend au moins 31 galaxies, dont NGC 1315, NGC 1325, NGC 1331, NGC 1332, NGC 1347, NGC 1353, NGC 1371, NGC 1385, NGC 1395, NGC 1401, NGC 1414, NGC 1415, NGC 1422, NGC 1426, NGC 1438, NGC 1439, IC 1952, NGC 1953 et IC 1962[8].

NGC 1377 renferme des régions d'hydrogène ionisé[1].

Deux mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 23,350 ± 3,323 Mpc (∼76,2 millions d'a.l.) [9], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

NGC 1377 dans le domaine de l'infrarouge (Télescope spatial Spitzer).

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Une équipe d'astronomes a rapporté la découverte d'un jet de gaz froid et dense au centre de NGC 1377[10]. Ils ont utilisé le grand réseau de radiotélescopes ALMA pour détecter ce jet dont la longueur atteint 500 années-lumière et dont la largeur fait moins de 60 années-lumière[11]. Habituellement, les jets provenant d'un trou noir supermassif sont très étroits et composés de plasma chaud, ce qui n'est pas le cas pour celui de NGC 1377. On croit que la présence de ce jet dont la masse atteint environ deux millions de fois celle du Soleil permet au trou noir supermassif de croître[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1377 (consulté le 19 octobre 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 19 octobre 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 19 octobre 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. « Richard Powell, «Les amas du Fourneau et de l'Éridan» »
  8. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  9. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 19 octobre 2016)
  10. S. Aalto, F. Costagliola, S. Muller, K. Sakamoto, J.S. Gallagher et al., « A precessing molecular jet signaling an obscured, growing supermassive black hole in NGC 1377 », Astronomy & Astrophysics, vol. 590,‎ , p. 377 (DOI 10.1051/0004-6361/201527664, lire en ligne)
  11. a et b (en) « Alma finds a swirling, cool jet that reveals a growing, supermassive black hole » (consulté le 19 octobre 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1369  •  NGC 1370  •  NGC 1371  •  NGC 1372  •  NGC 1373  •  NGC 1374  •  NGC 1375  •  NGC 1376  •  NGC 1377  •  NGC 1378  •  NGC 1379  •  NGC 1380  •  NGC 1381  •  NGC 1382  •  NGC 1383  •  NGC 1384  •  NGC 1385