NGC 1302

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 1302
Image illustrative de l’article NGC 1302
La galaxie lenticulaire NGC 1302
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Fourneau
Ascension droite (α) 03h 19m 51,2s[1]
Déclinaison (δ) −26° 03′ 38″ [1]
Magnitude apparente (V) 10,7[2]
11,6 dans la Bande B[2]
Brillance de surface 13,60 mag/am2[2]
Dimensions apparentes (V) 3,9 × 3,7[2]
Décalage vers le rouge +0,005704 ± 0,000010[1]
Angle de position [2]

Localisation dans la constellation : Fourneau

(Voir situation dans la constellation : Fourneau)
Fornax IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 710 ± 3 km/s [1]
Distance 23,22 ± 1,63 Mpc (∼75,7 millions d'a.l.)[1]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie (R)SB0/a(r)[1] SB0-a[2] (R)SB(r)0/a?[3]
Dimensions environ 20,20 kpc (∼65 900 a.l.)[1]
Découverte
Découvreur(s) Edward Barnard[3]
Date [3]
Désignation(s) PGC 12431
ESO 481-20
MCG -4-8-58
IRAS 03177-2614[2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 1302 est une galaxie lenticulaire barrée entourée d'un anneau et située dans la constellation du Fourneau. Sa vitesse par rapport au fond diffus cosmologique est de 1 574 ± 10 km/s, ce qui correspond à une distance de Hubble de 23,2 ± 1,6 Mpc (∼75,7 millions d'a.l.)[1]. Elle a été découverte par l'astronome américain Edward Barnard en 1885[3].

NGC 1302 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique (R2')SAB(rs)0/a dans son atlas des galaxies[4],[5].

NGC 1302 présente une large raie HI[1]. Selon une étude publiée en 2002, NGC 1302 une galaxie anémique en raison de son faible taux de formation d'étoiles[6].

À ce jour, cinq mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 11,212 ± 5,864 Mpc (∼36,6 millions d'a.l.)[7], ce qui est à l'extérieur des valeurs de la distance de Hubble.

Supernova[modifier | modifier le code]

La supernova SN 2003if a été découverte dans NGC 1302 le par M. Ganeshalingam et W. Li dans le cadre des programmes LOTOSS de l'observatoire Lick et KAIT (The Katzman Automatic Imaging Telescope) de l'université de Californie à Berkeley[8]. Cette supernova était de type Ia[9].

Groupe de NGC 1255[modifier | modifier le code]

NGC 1302 fait partie du groupe de NGC 1255 qui compte au moins sept galaxies. Les six autres galaxies du groupe sont NGC 1255, NGC 1201, ESO 480-25, ESO 481-14, ESO 481-18, et ESO 481-19[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) « Results for object NGC 1302 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le ).
  2. a b c d e f et g « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 1300 à 1399 »
  3. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 1302 » (consulté le ).
  4. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 1302
  5. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 1302 » (consulté le )
  6. Debra Meloy Elmegreen, Bruce G. Elmegreen, Jay A. Frogel, Paul B. Eskridge, Richard W. Pogge, Andrew Gallagher et Joel Iams, « Arm Structure in Anemic Spiral Galaxies », The Astronomical Journal, vol. 124, no 2,‎ , p. 77-781 (DOI 10.1086/341613, Bibcode 2002AJ....124..777E, lire en ligne [PDF])
  7. « Your NED Search Results, Distance Results for NGC 1302 », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  8. (en) « Central Bureau for Astronomical Telegrams, IAUC 8206: 2003if; C/2002 T7; V5113 Sgr = N Sgr 2003 No. 2 » (consulté le )
  9. (en) « Bright Supernovae - 2003 » (consulté le )
  10. « Une liste des groupes de galaxies proches, Un Atlas de l'Univers, Richard Powel » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1294  •  NGC 1295  •  NGC 1296  •  NGC 1297  •  NGC 1298  •  NGC 1299  •  NGC 1300  •  NGC 1301  •  NGC 1302  •  NGC 1303  •  NGC 1304  •  NGC 1305  •  NGC 1306  •  NGC 1307  •  NGC 1308  •  NGC 1309  •  NGC 1310