John Herschel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herschel.
John Herschel
Description de cette image, également commentée ci-après

Sir John Herschel, par Julia Margaret Cameron, 1867

Naissance
Slough (Angleterre)
Décès (à 79 ans)
Collingwood, près de Hawkhurst (Kent) (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Champs astronomie, mathématiques, chimie, photographie
Institutions St John's College (Cambridge)
Renommé pour NGC 5253
NGC 3603
NGC 188
NGC 1300
NGC 2080
NGC 5102
NGC 5164
NGC 5408 (en)
NGC 5189
Great Moon Hoax
Distinctions Cratère lunaire

Sir John Frederick William Herschel (), 1er baronnet, était, comme son père, Sir William Herschel, un astronome britannique. Il était aussi philosophe, physicien et météorologue et compte parmi les pionniers de la photographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Herschel est né à Slough (en ce temps dans le Buckinghamshire et actuellement dans le Berkshire). En 1809, il entra à l'université de St John's College (Cambridge) et en 1812 proposa son premier article de mathématiques à la Royal Society.

Il n'eut jamais de poste académique mais consacra sa vie à la recherche privée. Il eut douze enfants, dont William James Herschel, Alexander Stewart Herschel (en), astronome et le colonel John Herschel le Jeune.

Il fit des recherches sur le daltonisme et les propriétés chimiques des rayons ultraviolets.

Il fit également une traduction de l'Iliade[1].

Astronomie[modifier | modifier le code]

En astronomie, il découvrit des milliers d'étoiles doubles, d'amas stellaires et de nébuleuses. Il inventa également des instruments astronomiques.

En même temps que James South, il gagna la médaille d'or de la Royal Astronomical Society en 1826 pour leur catalogue d'étoiles doubles édité en 1824. Entre 1834 et 1838, à partir de l'observatoire du cap de Bonne-Espérance, il cartographia le ciel austral.

C'est à Herschel qu'on doit l'utilisation du système des jours juliens en astronomie.

Herschel, photographe[modifier | modifier le code]

Chimie[modifier | modifier le code]

Herschel était aussi un chimiste accompli et il s'intéressa beaucoup à la photographie, alors naissante : il donna des conférences sur le sujet et exhibait ses propres photographies. En 1819, il découvrit l'action du thiosulfate de sodium sur les sels d'halogénures d'argent autrement insolubles et son utilité en tant que fixateur des images photographiques, ce qui permit d'améliorer le procédé du cyanotype. En 1839, indépendamment de William Talbot, il inventa un procédé photographique utilisant du papier sensibilisé.

Terminologie[modifier | modifier le code]

C'est également lui qui s'efforça de faire adopter par la communauté scientifique le terme de « photographie » (photography)[2] dès mars 1839, puis en 1840, les termes « négatif » (negative) et « positif » (positive). Cependant, l'historien brésilien Boris Kossoy établit en 1976, non sans quelques difficultés, que le franco-brésilien Hércules Florence, un inventeur installé à Rio, avait déjà forgé ce mot à la date du 15 janvier 1833, comme le révèle dans son journal une « Note sur la photographie ». On découvrit alors les comptes rendus de ses expériences, antérieures et similaires à celles de William Talbot[3].

Toutefois, de façon plus officielle, le terme anglo-saxon « photography » était déjà utilisé au sein de la communauté scientifique par des chercheurs comme Charles Wheatstone (dans une lettre à Talbot du 2 février 1839) et Johann von Mädler (article publié dans la revue Vossische Zeitung, février 1839) : ce mot circulait donc et Herschel en fut sans doute le promoteur le plus déterminé. En 1860, Herschel qualifie de snap-shot la prise de vue prise à main levée, en français l'« instantané ».

Publications[modifier | modifier le code]

Liste partielle[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire, les ouvrages sont en anglais.

Les articles de Herschel « Light », « Sound » et « Physical Astronomy » pour l'Encyclopaedia Metropolitana (30 volumes, 1817–1845) sont si substantiels qu'ils auraient pu être édités séparément.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Listes de publications[modifier | modifier le code]

Listes de publications en ligne[modifier | modifier le code]

  • Liste, site onlinebooks.library.upenn.edu/

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

John Frederick William Herschel, par Alfred Edward Chalon, 1829

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Éponymie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La traduction est en hexamètres : Édition de 1866.
  2. John Herschel, « Note on the Art of Photography » présentée à la Royal Society le 14 mars 1839 mais non publiée (on peut en consulter une recension) : cette séance servit à prouver que l'on pouvait obtenir un résultat photographique probant et non à défendre le terme « photography ».
  3. D'après William Luret, Les trois vies d'Hercule Florence, Éditions Jean Claude Lattès, 2001.
  4. Lettre 94 (Darwin, C. D. to Fox, W. D.), (15 fév. 1831), dans Darwin Correspondence Project.
  5. Kathleen Krull, Charles Darwin, p. 24.
  6. Gregory A. Good, « A shift of view : meteorology in John Herschel's terrestrial physics ».
  7. London Gazette : no 18860, p. 2108, 4-10-1831
  8. London Gazette : no 27490, p. 6897, 3-7-1838

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]