NGC 1265

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1265
La galaxie elliptique NGC 1265
La galaxie elliptique NGC 1265
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Persée
Ascension droite (α) 03h 18m 15,6s[1]
Déclinaison (δ) 41° 51′ 28″
Distance 105,2 ± 8,2 Mpc (∼343 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 12,2 [3]
13,2 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,4 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 1,8 × 1,6
Décalage vers le rouge +0,025137 ± 0,000237[1]
Angle de position 165°[3]
Vitesse radiale 7 536 ± 71 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Persée

(Voir situation dans la constellation : Persée)
Perseus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E+[1] E[3],[5] E/S0?[6]
Dimensions 180 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) Guillaume Bigourdan [6]
Date 14 novembre 1884 [6]
Désignation(s) PGC 12287
MCG 7-7-52
UGC 2651
3C 83.1
ZWG 540.88 [3]
Liste des galaxies elliptiques

NGC 1265 est une galaxie elliptique située dans la constellation de Persée à environ 343 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome français Guillaume Bigourdan en 1884.

NGC 1265 est une galaxie de l'amas de Persée[6].

NGC 1265, une radiogalaxie[modifier | modifier le code]

NGC 1265 est une radiogalaxie parmi les plus massives de l'amas de Persée, dont le représentant le plus massif est NGC 1275. Dans la classification Fanaroff-Riley, NGC 1265 est de classe 1 (FR1). Cette radiogalaxie présente deux jets de particules relativistes dont l'émission synchrotron, visible dans le domaine radio, s'étendent sur une centaine de kiloparsec [8],[9],[10],[11]. Comme cette galaxie se déplace à grande vitesse dans le milieu intra-amas, ces jets sont recourbés dans la direction opposé au mouvement due à l’effet de la pression dynamique[12].

NGC 1265 par le télescope spatial Hubble.

NOTE[modifier | modifier le code]

Toutes les sources consultées identifient NGC 1265 à PGC 12287, mais il s'avère que ce pourrait être incorrecte. En effet, en se basant sur les descriptions données par Bigourdan, le professeur Seligman rapporte que Steve Gottlieb (on aimerait savoir qui est ce personnage) s'est demandé en février 2017 si PGC 12279 qui est à 8 minutes d'arc au sud de la position relevée par Bigourdan n'était pas une meilleure candidate pour NGC 1265 que PGC 12287 qui est à 1,9 minutes d'arc au nord ouest de cette position. Harold Corwin[13] a ensuite regardé le compte rendu des observations de Bigourdan et il a conclut que Gottlieb avait raison. La galaxie NGC 1265 est donc PGC 12279 qui s'avère être la galaxie IC 312 découverte par Lewis Swift en 1888.

La description de NGC 1265 dans cet article est celle de PGC 12287. Pour les caractéristiques de PGC 12279, voir l'article IC 312.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1265 (consulté le 18 juillet 2016)
  2. On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e et f (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 18 juillet 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. (en) « NGC 1265 sur HyperLeda » (consulté le 21 décembre 2018)
  6. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 18 juillet 2016)
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. (en) « Third Cambridge Catalogue of Radio Sources » (consulté le 18 juillet 2016)
  9. Chun Xu, Christopher P. O'Dea et John A. Biretta, « VLBI OBSERVATIONS OF SYMMETRIC PARSEC-SCALE TWIN JETS IN THE NARROW-ANGLE–TAIL RADIO GALAXY NGC 1265 (3C 83.1B) », The Astronomical Journal, vol. 117,‎ , p. 2626-2631 (DOI 10.1086/300872, lire en ligne)
  10. D. Sijbring et A. G. de Bruyn, « Multifrequency radio continuum observations of head-tail galaxies in the Perseus cluster », Astronomy and Astrophysics, vol. 331,‎ , p. 901–915 (ISSN 0004-6361, lire en ligne, consulté le 28 août 2017)
  11. (en) C. Pfrommer et T. W. Jones, « Radio Galaxy NGC 1265 Unveils the Accretion Shock Onto the Perseus Galaxy Cluster », The Astrophysical Journal, vol. 730, no 1,‎ , p. 22 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1088/0004-637x/730/1/22, lire en ligne, consulté le 28 août 2017)
  12. (en) C. Pfrommer et T. W. Jones, « Radio Galaxy NGC 1265 Unveils the Accretion Shock Onto the Perseus Galaxy Cluster », The Astrophysical Journal, vol. 730, no 1,‎ , p. 22 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1088/0004-637X/730/1/22, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2016)
  13. (en) « Selected Astronomical Catalogues and Online Data Services -- and a Few Other Interesting Sites » (consulté le 11 avril 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1257  •  NGC 1258  •  NGC 1259  •  NGC 1260  •  NGC 1261  •  NGC 1262  •  NGC 1263  •  NGC 1264  •  NGC 1265  •  NGC 1266  •  NGC 1267  •  NGC 1268  •  NGC 1269  •  NGC 1270  •  NGC 1271  •  NGC 1272  •  NGC 1273