NGC 1222

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1222
Image illustrative de l’article NGC 1222
La galaxie lenticulaire NGC 1222
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Éridan
Ascension droite (α) 03h 08m 56,7s[1]
Déclinaison (δ) −02° 57′ 19″
Distance 33,8 ± 2,4 Mpc (∼110 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 12,5 [3]
13,5 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,6 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 1,1 × 0,9
Décalage vers le rouge +0,008079 ± 0,000017[1]
Angle de position 169°[3]
Vitesse radiale 2 422 ± 5 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Éridan

(Voir situation dans la constellation : Éridan)
Eridanus IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S0- pec:[1] E-S0[3]
E/S0? pec[5]
Dimensions 35 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) Édouard Stephan [5]
Date 5 décembre 1883 [5]
Désignation(s) PGC 11774
MCG -1-9-5
MK 603
KUG 0306-031
IRAS03064-0308 [3]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 1222 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation de l'Éridan à environ 110 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome français Édouard Stephan en 1883.

NGC 1222 est une galaxie à sursaut de formation d'étoiles dans une zone située près de son noyau. Elle présente une large raie HI et elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1]. NGC 1222 est une galaxie dont le noyau brille dans le domaine de l'ultraviolet. Elle est inscrite dans le catalogue de Markarian sous la cote Mrk 603 (MK 603)[3].

La galaxie NGC 1222 est la plus brillante d'un groupe de galaxies d'au moins 6 membres qui porte son nom. Les 5 autres galaxies du groupe de NGC 1222 sont NGC 1248, MCG -1-9-13, MCG -1-9-21, MCG -1-9-24 et MK 604[7].

Une mesure non basée sur le décalage vers le rouge (redshift) donne une distance de environ 30,000 Mpc (∼97,8 millions d'a.l.) [8]. L'incertitude sur cette valeur n'est pas donnée sur la base de données NED et elle est légèrement à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1222 (consulté le 26 juin 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 26 juin 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 26 juin 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 26 juin 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1214  •  NGC 1215  •  NGC 1216  •  NGC 1217  •  NGC 1218  •  NGC 1219  •  NGC 1220  •  NGC 1221  •  NGC 1222  •  NGC 1223  •  NGC 1224  •  NGC 1225  •  NGC 1226  •  NGC 1227  •  NGC 1228  •  NGC 1229  •  NGC 1230