Nouvel athéisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Néo-athéisme)
Aller à : navigation, rechercher
Richard Dawkins, Christopher Hitchens, Daniel Dennett et Sam Harris (dans le sens horaire) sont quatre athées militants (anglophones).
Selon Richard Dawkins : « Nous sommes tous athées à propos de la plupart des dieux auxquels les sociétés ont déjà cru. Certain d'entre nous le sommes simplement pour un de plus. »[1].

Le nouvel athéisme (en anglais new atheism), ou néo-athéisme, est le nom donné aux idées promues par des auteurs athées du XXIe siècle qui défendent l'idée que « la religion ne devrait pas être simplement tolérée mais devrait être contrée, critiquée, et exposée à des arguments rationnels à chaque fois qu'elle apparaît »[2]. Le terme est communément associé aux auteurs Richard Dawkins, Daniel Dennett, Sam Harris, Christopher Hitchens et Victor J. Stenger[3]. Plusieurs ouvrages publiés par ces auteurs entre 2004 et 2007, servent de point de départ au débat du nouvel athéisme[4].

Origine[modifier | modifier le code]

La publication en 2004 du livre La fin de la foi : religion, terreur, et le futur de la raison (The End of Faith) de Sam Harris, est la première d'une série de bestsellers. Harris était motivé par les attentats du 11 septembre 2001, dont il accuse l'islam tout en critiquant directement le christianisme et le judaïsme. En 2006, Harris continue en publiant son livre Lettre à une nation chrétienne (Letter to a Christian Nation) qui est une critique très sévère du christianisme.

En 2006 également, après le documentaire télévisé The Root of All Evil?, Richard Dawkins publie Pour en finir avec Dieu[5], qui reste sur la liste des meilleures ventes du New York Times durant 51 semaines.

Dans la liste des publications de cette veine on peut citer Breaking the Spell: Religion as a Natural Phenomenon (en) de Daniel Dennett (2006), God: The Failed Hypothesis (en) de Victor Stenger (2007), God Is Not Great: How Religion Poisons Everything de Christopher Hitchens (2007) et Godless: How an Evangelical Preacher Became One of America's Leading Atheists de Dan Barker (2008). L'ouvrage à grand tirage du philosophe français Michel Onfray, paru en 2005, le Traité d'athéologie, s'apparente à ce mouvement mais ne lui est pas explicitement relié.

En faisant référence à un débat de 2007, Richard Dawkins parle sur son site web de lui-même, Harris, Dennett et Hitchens comme des « quatre cavaliers du nouvel athéisme », faisant allusion aux Quatre cavaliers de l'apocalypse[6],[7].

critique du courant[modifier | modifier le code]

Il est quelque part normal que l’église catholique s'élève contre ce mouvement comme le fait, en 2010, le cardinal Walter Kasper de l’Église catholique dénonce le développement d’un « néo-athéisme agressif » en Angleterre [8]. La critique s'en fait jour aussi chez les athées. Certains auteurs parlent de "d'athéisme évangélique" par comparaison avec le mouvement fondamentaliste chrétien, comme Chris Hedges[9], spécialiste de la guerre asymétrique et du fascisme. Courtenay J. Werleman, bien connu comme critique de la droite religieuse américaine, figure populaire du mouvement athée, insiste comme Hedges ci-dessus, que "les nouveaux athées sont des fondamentalistes athées qui montrent une dévotion cultuelle à la science, une vision infantile et simpliste des religions, un discours bigot contre l'islam, et une foi du charbonnier dans la bienveillance de l'état séculier américain" [10]. Plus avant, Werleman se concentre sur l'obsession des nouveaux athées contre l'Islam et leur pratique de l'amalgame. Il en vient à se demander si, au moins chez certains de ses auteurs, le nouvel athéisme ne serait pas un élément des mouvements de suprématie blanche

en francophonie[modifier | modifier le code]

Des auteurs de ce courant se font jour en francophonie. On peut citer Michel Onfray et Traité d'athéologie mais aussi d'autres auteurs moins célèbres :

Les thématiques du droit des femmes et de la nécessaire secularisation deviennent des arguments anti-religieux.[11]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Dawkins, film documentaire The Root of All Evil?, janvier 2006. Citation en anglais sur Wikiquote.
  2. (en) Simon Hooper, « The rise of the New Atheists », CNN (consulté le 9 juin 2012)
  3. (en) What’s New About The New Atheism? Victor Stenger answers the question, Philosophy Now, April/May 2010.
  4. (en) Victor Stenger, « The New Atheism », Université du Colorado à Boulder (consulté le 10 juin 2012)
  5. Richard Dawkins, Pour en finir avec dieu, Éditions Perrin, 2009 (ISBN 978-2-262-02986-9).
  6. (en) Alice Gribbin, Preview: The Four Horsemen of New Atheism reunited, (lire en ligne)
  7. (en) The Four Horsemen sur le site de la Fondation Richard Dawkins pour la raison et la science
  8. (fr)AFP, « Le voyage du pape au Royaume-Uni ternie par la gaffe d'un cardinal », lepoint.fr,‎ (consulté le 17 juin 2012)
  9. Chris Hedges, When Atheism Becomes Religion, Simon & Schuster
  10. C.J. Werleman, The New Atheist Threat: The Dangerous Rise of Secular Extremists, Dangerous Little Books , 2015
  11. en particulier contre l'islam. Voir, à ce propos Denise Helly, La peur de l’Islam, SociologieS, Débats, Penser les inégalités, mis en ligne le 23 février 2015. Nota : Le S majuscule à la fin du mot fait partie du nom de la revue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]