Antiprotestantisme en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Antiprotestantisme)
Aller à : navigation, rechercher
Gravure du XVIe siècle, Luther dépeint comme la cornemuse du diable.
Gravure du XVIe siècle, Luther dépeint comme un monstre à sept têtes.
Affiche contre Luther, le diable lui souffle à l'oreille

L'antiprotestantisme en France désigne la critique, la répression ou la persécution du protestantisme en France depuis la Réforme protestante jusqu'au début du XXe siècle.

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

En 1681, Géraud de Cordemoy publie la "Conférence entre Luther et le diable au sujet de la messe" avec ses commentaires[1], republié et largement diffusé dès 1875 par Isidore Liseux avec les commentaires en sus de Nicolas Lenglet Du Fresnoy.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Dreyfus.

Le polémiste Ernest Renauld, à la fin du XIXe siècle, publie deux livres s'attaquant au protestantisme en France. Son action s'inscrit dans le cadre de l'affaire Dreyfus, où bon nombre de protestants ont soutenu Alfred Dreyfus[2]. Charles Maurras se profile comme un adversaire du protestantisme, considérant les protestants comme des adversaires de la nation[3]. Pour certains milieux nationalistes, le « péril » protestant menace l'identité française et cherche sournoisement à dénationaliser le pays. Le protestantisme formerait un parti et fomenterait un complot dont les alliés seraient des nations protestantes comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne[4].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Alphonse Magniez, ancien capitaine de l'armée française, s'attaque au protestantisme dans un essai publié en 1921[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conférence entre Luther et le diable au sujet de la messe, commentaires de Géraud de Cordemoy et Nicolas Lenglet Du Fresnoy, éditeur Isidore Liseux, 1875, p.2.
  2. Akadem, L’antiprotestantisme pendant l’Affaire
  3. L'antiprotestantisme
  4. Comment sortir des doctrines de haine : le regard de la sociologie historique, site du CNRS.
  5. Alphonse Magniez, Les Faux Prophètes du protestantisme ou la fausseté du protestantisme démontrée par ses auteurs et par son origine, A. Taffin-Lefort, 1921.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Sources contemporaines[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996, [présentation en ligne]
  • Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2 tomes, 1990. Réédition en un volume, Champ Vallon, coll. « Les classiques », 2005

XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Labrousse, Une foi, une loi, un roi ? La révocation de l’édit de Nantes, Paris, Payot / Genève, Labor et Fides, 1985

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

  • Jean Baubérot et Valentine Zuber, Une haine oubliée : L'antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Albin Michel, Collection Sciences des Religions, 02/02/2000 ; Présentation sur cairn.info
  • André Encrevé et Michel Richard, Les Protestants dans les débuts de la Troisième République, Société d'histoire du protestantisme, 1978
  • Sébastien Fath, Du ghetto au réseau. Le protestantisme évangélique en France de 1800 à 2005, Genève, Labor et Fides, 2005
  • Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras : L'antiprotestantisme en France de 1814 À 1870, École nationale des Chartes, Collection Mémoires et Documents, 1998 ; Recension sur persee.fr par Patrick Cabanel

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]