Irréligion en Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Principales confessions religieuses en 2011 (clair : >33% et sombre : >50%) :
  • Protestants
  • Catholiques
  • Athées et non-religieux
Population non religieuse selon le recensement de 2011.

L'irréligion est très répandue en Allemagne et notamment dans l'ex-RDA ; en 2009, plus d'allemands sont non-croyants en Allemagne de l'Est qu'en Allemagne de l'Ouest[1],[2]. Dans l'ensemble, l'Allemagne est un pays remarquablement laïque, bien qu'en dépit de cela, de nombreuses régions de l'Allemagne de l'Ouest n'aient pas une démographie de l'irréligion comparable à celle de plusieurs pays européens voisins[3],[4]

L'Allemagne de l'Est est peut-être la région la moins religieuse du monde[5],[6] L'athéisme est adopté par les jeunes et les personnes âgées, mais encore plus par les jeunes allemands[7]. Une étude réalisée en n'a pas permis de trouver une seule personne de moins de 28 ans qui croit en Dieu[8]. Cela s'explique par les politiques athées énergiques de l'athéisme d'État du Parti socialiste unifié d'Allemagne de la République Démocratique allemande. Cependant, l'application de l'athéisme n'existait que pendant les premières années. Par la suite, l'État a permis aux Églises d'avoir un niveau d'autonomie relativement élevé[9]. Comme les personnes nées après la réunification, dont les plus âgées auraient environ 28 ans en 2018, n'en ont jamais fait directement l'expérience, l'argument selon lequel la DDR pourrait avoir une influence sur leur incrédulité est problématique.

En outre, le même nombre élevé d'athées n'existe pas en Allemagne de l'Ouest, dans d'autres pays européens qui ont une histoire de communisme d'État et en Europe du Nord en général.

Une autre explication pourrait être la tendance sécularisatrice (le Kulturkampf) qui remonte à la seconde moitié du XIXe siècle en Prusse et dans la République de Weimar la plus forte en Thuringe et en Saxe ainsi que l'arrivée tardive du Christianisme dans la région par opposition à l'Europe du Sud où il était la religion d'Etat depuis l'Antiquité.

Le christianisme est encore très présent dans le reste de l'Allemagne, bien qu'une majorité de la population des Länder du nord de Hambourg et de Brême ne soit pas enregistrée comme membre des principales églises catholique et protestante[10],[11].

Land[12] Non religieux (2011) Pourcentage de la population
Saxe-Anhalt 1 805 960 79,6%
Mecklembourg-Poméranie-Occidentale 1 229 350 77,5%
Brandebourg 1 858 370 76,2%
Saxe 2 908 420 72,6%
Thuringe 1 433 690 66,0%
Berlin 2 045 340 62,6%
Hambourg 827 180 48,9%
Brême 251 770 38,9%
Schleswig-Holstein 955 190 34,3%
Allemagne 26 265 880 33,0%
Hesse 1 610 090 27,1%
Basse-Saxe 1 992 670 25,8%
Rhénanie-du-Nord-Westphalie 3 930 270 22,5%
Bade-Wurtemberg 2 248 600 21,6%
Bavière 2 317 860 18,8%
Rhénanie-Palatinat 720 000 18,1%
Sarre 131 120 13,2%

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Only the old embrance God », Spiegel (consulté le 2 juillet 2012).
  2. « East Germany world's most Godless area », The Local (consulté le 2 juillet 2012).
  3. « Global Index of Religiosity and Atheism », Gallup (consulté le 2 septembre 2012).
  4. (en) Peter Thompson, « Eastern Germany : the most godless place on Earth », Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2012).
  5. « WHY EASTERN GERMANY IS THE MOST GODLESS PLACE ON EARTH » [archive du ], Die Welt, (consulté le 24 mai 2009)
  6. « East Germany the "most atheistic" of any region », Dialog International, (consulté le 24 mai 2009)
  7. « Only the Old Embrace God in Former East Germany », Spiegel Online, (consulté le 24 mai 2009)
  8. Peter Thompson, « East German atheism can be seen as a form of continuing political and regional identification – and a taste of the future. », guardian.co.uk, London,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2012).
  9. « Eastern Germany: the most godless place on Earth » [archive du ], theguardian, (consulté le 24 mai 2009).
  10. Church Statistics
  11. Church Statistics 2015
  12. « Zensusdatenbank - Ergebnisse des Zensus 2011 » (consulté le 27 décembre 2016)