Critique du christianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Christianisme.

Les critiques du christianisme portent sur les doctrines, les pratiques et l’histoire de la religion chrétienne. Elles incluent des critiques générales portées contre les religions et d'autres qui lui sont propres, ainsi que des critiques spécifiques portées contre les différentes Églises chrétiennes.

D'un point de vue historique, les reproches émanent parfois des croyants eux mêmes, qui soulignent le contraste entre une doctrine qui prêche officiellement l'amour du prochain, et des institutions qui ont au fil des siècles soutenu l'esclavagisme[1], créé l'Inquisition, lancé les croisades[2] et propagé l'antisémitisme.

Du point de vue théologique, les interprétations chrétiennes de la Bible hébraïque sont inconcevables pour les autres peuples du Livre, qui considèrent comme du polythéisme l'idée d'un Dieu incarné en homme ou le culte de la Mère de Dieu.

Les critiques philosophiques de la morale chrétienne portent sur sa culpabilisation de la sexualité et sa glorification de la souffrance et de la soumission.

Le rôle historique des Églises chrétiennes[modifier | modifier le code]

L’institutionnalisation[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur l'enseignement de Paul dans l'épître aux Romains[n 1], le christianisme professe que « l'autorité vient de Dieu » et refuse donc la remise en cause du pouvoir en place, considéré a priori comme légitime[3]. Il proclame que les hommes sont frères « dans le Christ » mais ne remet pas en cause l'ordre établi et prône l'obéissance des esclaves à leur maître [4].

Selon l'économiste Éric Stemmelen, cela expliquerait pourquoi le christianisme a été adopté comme religion officielle par les empereurs romains, à une époque où les esclaves se faisaient plus rares[5] : « Le christianisme, à l’opposé de toutes les morales antiques, valorise le travail contraint, qu’il ne juge pas dégradant et incompatible avec la condition d’homme libre. »[6].

Des conversions forcées à l'Inquisition[modifier | modifier le code]

Aspects théologiques[modifier | modifier le code]

Le rôle et la Nature de Jésus[modifier | modifier le code]

Le Jésus historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quêtes du Jésus historique.

On dispose de peu de sources sur la vie de Jésus, au point que des thèses mythistes sont allées jusqu'à mettre en doute son historicité[7]. À quelques exceptions près, ces sources émanent des premières communautés chrétiennes et concernent essentiellement ses années de prédication. D'un point de vue historien, les seuls éléments connus avec certitude sont ses liens avec Jean le Baptiste et la crucifixion, trop gênants pour avoir été inventés par ses disciples[7].

Selon de nombreux historiens, la prédication de Jésus se situerait pour l'essentiel dans la continuité de la tradition du judaïsme pharisien[8]. Des chercheurs chrétiens tels que Daniel Marguerat avancent que Jésus "n'avait pas du tout l'idée de fonder une nouvelle religion rivalisant avec la religion d'Israël ; il voulait réformer le dogme juif qui n'obtempéra point" [9]. Selon Michel Quesnel, Jésus n'est pas le fondateur du christianisme : "Après ce qui a précédé, nous ne voyons point pourquoi Jésus est qualifié de fondateur. Sa religion était le Judaïsme tant dans sa conduite que dans son instruction ; il en récusa les formalités mais n'en renia pas les fondements" [10].

Certains chercheurs considère que Paul de Tarse aurait interprété, voire réinventé les doctrines de Jésus, au point de pouvoir être considéré comme le véritable fondateur du christianisme[11] ; Hyam Maccoby entre autres souligne le dualisme de Paul et estime que celui-ci s'est directement inspiré des croyances gnostiques et des cultes à mystères pour construire une nouvelle religion centrée sur le sacrifice expiatoire d'un être à caractère divin[8].

Identification au Messie et à Dieu[modifier | modifier le code]

L'affirmation chrétienne que Jésus soit le Messie annoncé dans les prophéties de la Bible hébraïque est réfuté par le point de vue traditionnel du judaïsme. L'idée que la parole de Jésus puisse se substituer à la Torah est également choquante[12]. Mais c'est surtout l'identification de l'homme Jésus à Dieu qui heurte le monothéisme juif[13].

Cette question de la divinité de Jésus Christ fut d'ailleurs l'objet de controverses dès les premiers siècles au sein du christianisme lui-même, qui aboutirent à de nombreux schismes.

Cette critique apparaît également dès les origines de l'Islam qui voit dans les statues et les images saintes une forme d'idolâtrie et dans la Trinité du polythéisme. Le Coran rejette le concept d'Incarnation : Jésus, fils de Marie, est l'Apôtre de Dieu, mais pas un Dieu[14]

Similitudes avec les religions païennes[modifier | modifier le code]

D'autres récits religieux mythiques ont influencé la Genèse. Commentant les quatre premiers chapitres du Livre de la Genèse, Anne-Marie Pelletier considère que sa rédaction a été influencée (lors de l'exil à Babylone), par le poème babylonien Enouma Elish qui voit le monde naître d'une bataille entre le dieu Marduk et le Chaos formé des dieux Tiamat et Apsou. La Bible croise également le poème d'Atra-Hasis datable du XVIIe siècle avant notre ère. dans ce poème les dieux avaient au départ des dieux inférieurs pour les servir qui se révoltèrent, ce qui conduit les dieux supérieurs à imaginer l'homme pour se substituer aux dieux révoltés, celui-ci étant créé dans le poème avec de l’argile mais « le texte de la Genèse décrira un homme créé gratuitement et recevant à son profit la gérance du jardin d'Éden[15]. »

La prétention à une vérité universelle[modifier | modifier le code]

Le discours véritable de Celse (vers 176) compare les chrétiens «  à une troupe de chauves-souris, à des souris sorties de leur trou, à des grenouilles tenant conseil autour d’un marais, à des vers formant assemblée dans un coin de bourbier, se disputant pour savoir qui d’entre eux sont les plus grands pécheurs et disant : « A nous, Dieu révèle et prédit tout d’avance : il néglige le monde entier, le mouvement du ciel, et sans souci de la vaste terre, pour nous seuls il gouverne, avec nous seuls il communique par ses messagers, ne cessant de les envoyer et de chercher par quels moyens nous lui serons unis pour toujours… »[16]

Dans Additions aux pensées philosophiques, ou objections diverses contre les écrits de différents théologiens, Denis Diderot lui fait écho en écrivant qu'une religion intéressant tous les hommes aurait dû être « éternelle, universelle et évidente » [17], or aucune ne l'est ce qui implique que les religions sont fausses. Michel de Certeau valide cette critique dans Le Christianisme éclaté, Seuil, Paris, 1974 (un dialogue avec Jean-Marie Domenach sur France-Inter ensuite transcrit et publié), insistant sur la relativité du christianisme, estimant que le christianisme doit renoncer à « l’illusoire prétention d’être […] un message en principe vrai pour tous[18]. »

Commune au judaïsme, à l'islam et à toutes les philosophies fondées sur une transcendance, elle remet en question plus généralement l'existence de Dieu, de la Révélation, de l'Au-delà, etc. Voir en particulier les articles déisme et athéisme.

Les musulmans reprochent à l'Église d'avoir jeté l'anathème sur l'islam, le Coran, le prophète de l'islam, et la oumma en 680 dans les résolutions du Concile œcuménique tenu à Constantinople sachant que chaque concile est inspiré par le Saint Esprit[19].


Aspects moraux et philosophiques[modifier | modifier le code]

Le péché originel[modifier | modifier le code]

Pour Olivier Rey la cueillette du fruit défendu à l’arbre de la connaissance du bien et du mal exprime « la convoitise de cette connaissance totale – qui abolit l’autre -, non pas l’arbre à connaître le bien et le mal, mais à connaître bien ou mal un sujet : bien si l’on s’abstient d’en manger, mal si l’on en mange. La faute d’Adam et Ève n’a pas été de vouloir être comme des dieux, mais de ne pas avoir compris qu’ils l’étaient ! Et de s’être exilés eux-mêmes de cette condition, pour s’être fait une fausse identité de la divinité, comme maîtrise sans limite[20]. »


Critique des valeurs[modifier | modifier le code]

Trois penseurs sont généralement évoqués comme les « maîtres du soupçon » pour leur remise en cause des valeurs chrétiennes de la société occidentale : Marx, Freud et Nietzsche.

Marx dénonce l'aliénation sociale du monde, où les hommes sont opprimés et soumis à des inégalités insupportables[21]. Pour lui la religion est une structure créée par la société, alliée objective de la classe dominante, qui permet de justifier les inégalités sociales en glorifiant les bienfaits de la souffrance. Ce que dénonce avant tout Marx, c'est l’effet anesthésiant, aliénant et mystifiant des religions sur la mentalité collective. De là son expression célèbre: « La religion est l'opium du peuple[22] ».

Pour Nietzsche, le christianisme est la religion des faibles[23], qui cherchent à empêcher les forts de vivre leur liberté[24].

La journaliste Pascale Lagniot résume ainsi les critiques morales : « Le christianisme n’est pas une religion populaire, c’est une religion qui a été ordonnée au peuple et, avec elle, son exaltation de la souffrance, sa glorification de la résignation, son goût morbide pour le sang, sa haine du corps, sa morale sexuelle répressive, etc. D’une foi rebelle à tout pouvoir née dans une petite secte juive, le christianisme, se confondant avec l’empire, va devenir la plus grande machine de coercition jamais apparue sur terre »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rm 13 : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Quenum, Les Églises chrétiennes et la traite atlantique du XVe au XIXe siècle, Karthala éditions, (résumé, lire en ligne), p. 72-73
  2. Henri Peña-Ruiz, La Laïcité, Flammarion, coll. « Dominos », , p. 36-37
  3. Henri Peña-Ruiz, La Laïcité, Flammarion, coll. « Dominos », , p. 54
  4. Simon Légasse, « L’épître à Philémon ou Paul et l’esclavage », Cahiers Evangile, no 33,‎ (lire en ligne)
  5. Marc Riglet, « Economie et religion, une histoire d'amour ? », L'Express,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « Comment le christianisme est devenu une vaste machine de coercition. », L'Humanité, Extrait du livre La Religion des seigneurs, d’Éric Stemmelen (ISBN 978-2-84186-543-7)
  7. a et b John Spong, « Historicité de Jésus », sur Protestants dans la ville,
  8. a et b Hyam Maccoby, Paul et l'invention du christianisme, (ISBN 2-86705-073-1), p. 28 à 32
  9. Mohamed Talbi, Afin que mon cœur se rassure, éd. Nirvana, 2010, p. 352
  10. Mohamed Talbi, Afin que mon cœur se rassure, éd. Nirvana, 2010, p. 351
  11. Rudolf Bultmann Cf Comment devient-on dieu ? Article de Manuel de Dieguez, Libération, 20 avril 1987
  12. (en) Jacob Neusner, A Rabbi Talks with Jésus, Doubleday, (résumé, lire en ligne), p. 113
  13. « The Christian idea of a trinity contradicts the most basic tenet of Judaism – that G-d is One. Jews have declared their belief in a single unified G-d twice daily ever since the giving of the Torah at Sinai – almost two thousand years before Christianity. The trinity suggests a three part deity: The Father, the Son and the Holy Ghost (Matthew 28:19). In Jewish law, worship of a three-part god is considered idolatry; one of the three cardinal sins for which a person should rather give up his life than transgress. The idea of the trinity is absolutely incompatible with Judaism. » Extrait de l'article Why Jews Don't Believe in Jesus du site « Ask the Rabbi » Ohr Somayach, Jerusalem
  14. Dominique Urvoy et Gérard Troupeau (dir), Chrétiens face à l'Islam: premiers temps, premières controverses, Bayard, , « Premières controverses théologiques », p. 34-35
  15. Anne-Marie Pelletier, Le Livre de la Genèse. Les Origines dans Michel Quesnel et Philippe Gruson (directeurs) La Bible et sa culture, DDB, Paris, 2011, p. 35-58, p. 46.
  16. Cité par Bernard Sesboüé, Christ Seigneur et Fils de Dieu, Lethielleux, Paris, 2010, p. 83-84.
  17. Cité dans Pourquoi nous ne sommes pas chrétiens. 40 écrivains et philosophes, 40 réponses, Max Milo, Paris, 2009, p. 174.
  18. Michel de Certeau et Jean-Marie Domenach, Le Christianisme éclaté, p. 69-71.
  19. Mohamed Talbi, Afin que mon cœur se rassure, éd. Nirvana, 2010, p. 306
  20. Olivier Rey, Une Folle Solitude, Seuil, Paris, 2006, p. 63
  21. Simon Decloux, « Vie religieuse et « Maîtres du soupçon » », Vies Consacrées, no 1978-4,‎ (lire en ligne)
  22. Karl Marx, Critique de la philosophie du droit de Hegel.
  23. Que chacun soit une "âme immortelle" et de rang égal avec chacun, [...] que de petits cagots, des toqués aux trois quarts aient le droit de se figurer que pour eux les lois de la nature sont enfreintes sans cesse, - une telle gradation de tous les égoïsmes jusqu'à l'infini [...] ne peut pas être marquée d'assez de mépris. Et pourtant le christianisme doit sa victoire à cette pitoyable flatterie de la vanité personnelle, -par là il a attiré à lui tout ce qui est manqué, bassement révolté, tous ceux qui n'ont pas eu leur part, le rebut et l'écume de l'humanité., in L'Antéchrist, éditions Mercure de France, 1952, p. 241-242
  24. Le poison de la doctrine des "droits égaux pour tous", ce poison, le christianisme l'a semé par principe; le christianisme a détruit notre bonheur sur la terre... Accorder l'immortalité à Pierre et à Paul fut jusqu'à présent l'attentat le plus énorme, le plus méchant contre l'humanité noble., ibid.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Henri Thiry d'Holbach, le christianisme dévoilé, 1766.
  • Eugène Le Roy (1836-1907), Études critiques sur le christianisme, Éditions La Lauze, 2007, (ISBN 2352490154)
  • Jean Meslier (1664-1729), Mémoire contre la religion, Paris, éditions Coda, 600 p., 2007 (ISBN 2849670278)
  • Éric Stemmelen, La Religion des seigneurs, éditions Michalon, (ISBN 978-2-84186-543-7).
  • Shourie, A. (1994). Missionaries in India: Continuities, changes, dilemmas. New Delhi: ASA Publications.
  • Goel, S. R. (1996). History of Hindu-Christian encounters, AD 304 to 1996. (ISBN 8185990352)
  • Madhya Pradesh. (1998). Vindicated by time: The Niyogi Committee report on Christian missionary activities. New Delhi: Voice of India.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]