Sœurs de la Perpétuelle Indulgence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence

Cadre
Forme juridique Associations loi de 1901
But Défense des droits des LGBT+, Lutte contre le VIH
Fondation
Fondation 1979 aux États-Unis
1991 en France
Origine San Francisco, Californie, États-Unis
Identité
Archimère Générale Soeur Rita du Calvaire de Marie-Madeleine-car-elle-aussi-a-beaucoup-souffert
Méthode Militantisme, Evenements, Plaidoyer
Financement Dons
Site web www.thesisters.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence lors de la Gay Pride de Paris en 2009.

Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence sont un mouvement militant LGBT mixte et international fondé à San Francisco en 1979[1], qui a pour objectif la lutte contre l'homophobie, la prévention du SIDA, la promotion de la paix et de la « joie universelle ». Ses organisations locales, réunies en « couvents », sont au nombre de 116 à travers le monde (en 2016)[2]. Le premier « couvent » en France a été fondé en 1991[3].

Unies au sein de l'Ordre de la Perpétuelle Indulgence, ces associations utilisent l'image et « l'habit » des religieuses catholiques de façon festive et théâtralisée. Elles ne sont pas un ordre religieux mais elles en reprennent le langage et les codes.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Pope Dementia San Francisco, 2005.

Les membres militent contre l'homophobie, tenant un discours protestataire contre les normes sociales[2]. Ils luttent pour la prévention du sida, par de nombreuses actions de sensibilisation, l'appel au dépistage du VIH et à des pratiques sexuelles protégées ; ils proposent également un soutien matériel aux malades[2]. Ils se mobilisent par ailleurs en faveur du droit à l’avortement. Leurs costumes et certaines actions comme la bénédiction de distributeurs de préservatifs provoquent l’étonnement chez les passants. Ils interviennent dans les lieux de rencontre du milieu gay : bars, boîtes, saunas, parc, aires d'autoroute, plages, et toutes les manifestations (comme la Marche des fiertés, le 1er décembre, Existrans[4], le festival Solidays, la Pute Pride, et bien d'autres encore).

Ses membres interviennent aussi auprès du grand public pour faire passer des messages de prévention sur les infections sexuellement transmissibles et le VIH[5].

Les différents couvents[modifier | modifier le code]

Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence - Couvent de Paris devant le Centre LGBT, 2011.

Le Couvent de San Francisco, fondé le [6], est la première association à avoir organisé une soirée au profit de la lutte contre le sida[7] sous le haut patronage de Shirley MacLaine et à avoir édité une brochure de prévention intitulée Play Fair[8],[9].

Le Couvent de Paris a été créé le [3],[10],[11], grâce à la présence de trois Sœurs de San Francisco en voyage en Europe. Il existe en 2019 84 couvents dans le monde, dont 9 en France[3]: le Couvent de Paris[12], le Couvent de Paname[13], le Couvent du Nord à Lille[14], le Couvent des Chênaies à Aix-en-Provence et ayant une mission en Aquitaine, le Couvent des 69 Gaules[15] et le Couvent des Traboules[16] à Lyon, la Mission des Pralines en Haut-Vivrais, Forez et Dauphiné, le Couvent d'Oc à Montpellier, le Couvent des SDF (pas de territoire déterminé mais ayant une mission toulousaine), et le Couvent des monts (Piémont Languedocien).

Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence sont également présentes au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie, en Colombie, en Uruguay, au Chili, au Canada, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, en Suisse, en Autriche et en Argentine[17].

Parodie de l'Église[modifier | modifier le code]

Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence parodient les rites et l'organisation de l'Église catholique. Les hommes gays, majoritaires dans l'Ordre, se présentent comme des nonnes, mais dans le but de défendre des causes mal considérées par l'institution ecclésiastique[2]. Les Soeurs ont pour but l'« expiation de la honte et de la culpabilité »[2]. Elles vénèrent Saint Latex : « Selon le principe d’Indulgence Perpétuelle, le/la confessant·e reçoit forcément l’absolution et des préservatifs, accompagnés de la phrase rituelle : "Péchez dans la Joie, mon fils/ma fille, sous la protection de Saint Latex" »[2]. Au moment de la visite du pape Jean-Paul II à San Francisco en 1987, les sœurs organisent une « Messe contre la Bigoterie Papale », pendant laquelle « elles exorcisent le pape des démons de l’homophobie »[2]. Elles ont aussi canonisé Harvey Milk, militant gay pour les droits des homosexuels américains, assassiné en 1978[2].

Modalités d'actions[modifier | modifier le code]

Messe des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence aux Solidays 2010
La Messe aux Solidays 2010

On peut distinguer plusieurs façons d'agir chez les militants : la récolte de fonds[2], le Trottoir qui consiste à déambuler dans l'espace public en distribuant des tracts ou des préservatifs, l'organisation de spectacles et cérémonies comme des messes ou des processions, l'organisation d'évènements spéciaux comme les marches de la fierté ou les Solidays. Les Sœurs de France organisent depuis 1993 des séjours non médicalisés dits « de ressourcement » destinés à accueillir des personnes concernées par le VIH[18]. L'objectif est d'apporter du bien-être et de revaloriser l'estime de soi pour des personnes en souffrance (maladie, deuils, non-acceptation de leur séropositivité ou de leur homosexualité, etc.) par diverses activités sportives, culturelles dans des lieux de villiégiatures comme la montagne ou la mer[19],[20],[21],[22].

L'ordre de la perpétuelle indulgence est composé de personnages aux rôles différents mimant les rôles du clergé catholique : les Sœurs sont les protagonistes principales, les Gardes-Cuisses sont leurs protecteurs. On trouve aussi le Clergé Masculin (disparu en France), et les Anges ou les Saints qui soutiennent les Sœurs dans leurs activités par des aides ponctuelles. Tous ces personnages ont une identité de genre qui ne correspond pas forcément à l'identité de la personne qui endosse le rôle[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les sœurs de la Perpétuelle Indulgence », sur France Culture,
  2. a b c d e f g h et i Stauffer Laeticia, « Melissa M. Wilcox : Queer nuns. Religion, activism, and serious parody [1] », Nouvelles Questions Féministes, 2019/1 (Vol. 38), p. 162-167. DOI : 10.3917/nqf.381.0162. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2019-1-page-162.htm
  3. a b et c «On garde notre raison d’être des folles radicales», sur Libération.fr, (consulté le )
  4. Arnaud Alessandrin, Géographie des homophobies., (ISBN 978-2-200-28700-9 et 2-200-28700-3, OCLC 897448606, lire en ligne)
  5. David Perrotin, « Sida : le combat des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence "loin d'être terminé" », sur Metronews, 1e décembre 2013 (consulté le 27 avril 2014)
  6. David Abiker, Sexe libris dictionnaire rock, historique et politique du sexe, DonQuichotte, (ISBN 978-2-35949-111-1 et 2-35949-111-3, OCLC 937051218, lire en ligne)
  7. Meredith May, « Sisters of Perpetual Indulgence have history of charity, activism », sur SFGate, (consulté le )
  8. « Calisphere: Play Fair pamphlet » (consulté le )
  9. Olivier Touron, Les sœurs de la perpétuelle indulgence : ressourcements, Alternatives, (ISBN 2-86227-469-0 et 978-2-86227-469-0, OCLC 63184595, lire en ligne)
  10. Jean-Yves Le Talec et Sylvie Tomolillo, Un mouvement gai dans la lutte contre le sida : les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence, L'Harmattan, (ISBN 2-7384-9300-9 et 978-2-7384-9300-2, OCLC 409091681, lire en ligne)
  11. Majo Hansotte, Les intelligences citoyennes : comment se prend et s'invente la parole collective, De Boeck, (ISBN 2-8041-4383-X et 978-2-8041-4383-1, OCLC 58048275, lire en ligne)
  12. « Couvent de Paris » (consulté le )
  13. « Couvent de Paname » (consulté le )
  14. « Couvent du Nord » (consulté le )
  15. « Couvent des 69 Gaules » (consulté le )
  16. « Bienvenue au Couvent des Traboules - Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence », sur Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence (consulté le )
  17. « Orders Worldwide » (consulté le )
  18. Laurent Catherine et Olivier Touron, Les sœurs de la perpétuelle indulgence: ressourcements, Alternatives, (ISBN 978-2-86227-469-0, lire en ligne)
  19. « Les Jouvences » (consulté le )
  20. « Ressourcements » (consulté le )
  21. « Vercors-Tribune 5 decembre 2004 » (consulté le )
  22. a et b La religion racontée à Charlotte, TheBookEdition, (ISBN 978-2-919348-09-1, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Die Schwestern der Perpetuellen Indulgenz des couvents de Berlin, Cologne et Hambourg.

Films[modifier | modifier le code]

  • Sœur Innocenta, priez pour nous !, moyen-métrage documentaire (coréalisé par Caroline Fourest avec Fiammetta Venner) [1]
  • Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, court-métrage documentaire (réalisé par Jean-Claude Michineau), mention spéciale du jury au festival du court-métrage de Libourne en 2011 [2]
  • Die Schwestern, moyen-métrage documentaire allemand (coréalisé par Manfred Hoschek et Sigrid Smejkal ) [3]
  • Bad Habits: the Return of the Sisters of Perpetual Indulgence, moyen-métrage documentaire canadien (réalisé par Kevin O'Keefe) [4]
  • Joie ! Portrait d'une nonne, long-métrage documentaire (réalisé par Joe Balass) [5]
  • Et ta sœur, long-métrage documentaire (réalisé par Nicolas Barachin et Sylvie Leroy) [6]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :