Nonaville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nonaville
Nonaville
Le bourg au milieu des vignes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Châteauneuf
Commune Bellevigne
Maire délégué Monique Martinot
Code postal 16120
Code commune 16247
Démographie
Gentilé Nonavillois
Population 191 hab. (2014 en diminution de -3.05 % par rapport à 2009)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 38″ nord, 0° 05′ 31″ ouest
Altitude Min. 40 m
Max. 146 m
Superficie 6,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Nonaville

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Nonaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Nonaville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Nonaville

Nonaville est une ancienne commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine). Depuis le , elle est devenue une commune déléguée de la commune nouvelle de Bellevigne.

Ses habitants sont les Nonavillois et les Nonavilloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Nonaville est une commune située 7 km au sud-ouest de Châteauneuf-sur-Charente et 22 km au sud-ouest d'Angoulême, sur la rive droite du .

Elle est aussi à 9 km au nord-est de Barbezieux, 11 km au nord-ouest de Blanzac et 26 km au sud-est de Cognac, sa sous-préfecture[2].

La N.10 entre Nonaville et Barbezieux

La route nationale 10 entre Angoulême et Bordeaux borde la commune à l'est et au sud. Aménagée en voie express, elle passe maintenant au sud de Pont-à-Brac où est située la mairie. La D 14 de Châteauneuf à Barbezieux (par Pont-à-Brac) traverse la commune et passe près du bourg. Des routes départementales de moindre importance traversent la commune, comme la D 151 qui longe le Né au sud, la D 107 qui passe sur la crête au nord, la D 129 qui va du bourg à Ladiville, la D 84 à l'ouest qui mène aussi à Châteauneuf[3].

La gare la plus proche est celle de Châteauneuf, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Pont-à-Brac est situé sur la .10 et accueille la mairie. La commune compte par ailleurs de nombreuses fermes dispersées dans ce pays viticole[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nonaville
Malaville
(Bellevigne)
Birac
Viville
(Bellevigne)
Nonaville Jurignac
(Val des Vignes)
Saint-Médard Vignolles Ladiville

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le bourg de Nonaville et les collines crayeuses du Barbezilien.

La commune est située dans les coteaux calcaires du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur, comme toute la moitié sud du département de la Charente.

Le territoire communal est occupé par le Campanien, qui est un calcaire crayeux, et qui a donné son nom cette région vallonnée de la Champagne charentaise qui occupe une grande partie du Sud Charente et du Cognaçais[4].

La vallée du est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire[5],[6],[7].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Bordée par la vallée du Né qui passe au sud et une crête élevée au nord, la commune a un relief assez sensible avec de nombreuses combes. Son point culminant est à une altitude de 146 m, situé en limite nord (borne IGN au carrefour des D 14 et D 107). Le point le plus bas est à 40 m, situé le long du Né en limite avec Viville. Le bourg est à 85 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le , affluent de la Charente, passe en limite sud de commune qui est donc sur sa rive droite.

Un ruisseau prend sa source au bourg de Nonaville, parcourt la commune du nord au sud et se jette dans le Né à Pont-à-Brac[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Nonavilla en 1265, Nonasvilla en 1291[8].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville, appellatif utilisé dans son sens ancien de « domaine rural ». Le premier élément Nona- représente un nom de personne comme pour la plupart des formations en ville. Il s'agit peut-être de l'anthroponyme gotique Nunna, variante du germanique occidental Nonno (*Nonna serait un nom de femme non attesté), d'où le sens global de « domaine de Nunna »[9]. Les noms en -ville en Charente, fréquents entre Barbezieux et Châteauneuf, seraient à mettre en rapport avec des établissements francs après le VIe siècle en Aquitaine, comme au sud-est de Toulouse[10]. Cependant, le nom de personne Nunna n'est pas francique, il se peut qu'il soit gotique, mais il est surtout connu comme anthroponyme saxon porté par un roi de Sussex (Angleterre). La graphie Nonasvilla de la fin du XIIIe siècle est peut-être due à l'arrivée de religieuses dans la paroisse, voire à l'analogie avec Ayrasvilla et Malasville, paroisses voisines[11], évolution souvent constatée ailleurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIVe siècle, les religieuses bénédictines qui avaient fondé un monastère au Cerclet, vinrent se réfugier à Nonaville[12].

Ancien alignement de la route de la Poste avec la route nationale 10, à Pont-à-Brac; vue vers Barbezieux

Nonaville était sur la route de Paris à Bordeaux, ce qui est attesté par la planche 8 de l'atlas de Trudaine et la présence d'un relais de Poste[13],[14],[Note 1].

Cette route appelée route de la Poste entre Paris et Bordeaux, était en ligne droite entre Chaunay et Barbezieux par Villefagnan, Aigre, Saint-Cybardeaux et Châteauneuf, avant qu'elle ne soit déviée au XVIIIe siècle pour desservir Angoulême par Turgot, intendant de la généralité de Limoges. Elle traversait la Charente à Châteauneuf pour arriver à Pont-à-Brac où elle franchissait le [15],[16].

Dans les premières années du XIXe siècle, un important marché avait été établi le 13 de chaque mois à Pont-à-Brac, car Nonaville était au carrefour des arrondissements d'Angoulême, de Barbezieux et de Cognac[12].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2015
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 En cours Monique Martinot SE Employée de banque

La mairie est située à Pont-à-Brac depuis 1968[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 191 habitants, en diminution de -3,05 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
446327331288366336365373377
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
389358361354287249248263242
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
272281274271269249197215268
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
238192177163149195193191-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Nonaville en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
11,0 
75 à 89 ans
15,4 
14,3 
60 à 74 ans
8,7 
26,4 
45 à 59 ans
14,4 
23,1 
30 à 44 ans
20,2 
14,3 
15 à 29 ans
20,2 
11,0 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[22].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les vignobles vus de la D 107

Le territoire de la commune est en grande partie occupée par la vigne.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Saturnin a probablement été construite au XIIIe siècle et restaurée au XVe siècle. La voûte a été refaite en 1852 et couverte d'un lambris en 1877. La chapelle gauche a été construite en 1787. Les chapiteaux sculptés ont tous été bûchés, les voûtes d'ogives dans la nef restent partiellement visibles malgré le lambris[23].

Sa cloche à vase en bronze, battant en fer et mouton en bois est datée de 1657. Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1944[24].

Église Saint-Saturnin

Au lieu-dit la Poste[Note 3] une ferme qui date du XVIIe siècle était un relais de poste sous Louis XIII. Le logis principal et le portail sont du XIXe siècle[13].

Le manoir de chez Pérot comporte une tour qui daterait du XVIe siècle et celui de chez Balzac daterait du XVIIe siècle mais tous deux ont été très remaniés au XIXe siècle.

Les nombreuses fermes du XVIIIe siècle forment un intéressante patrimoine bâti[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La photo de la planche ne montre pas la commune de Nonaville, mais le sud de Barbezieux.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Erreur possible de la base Mérimée : lire Pont-à-Brac ?

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 25 février 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Michel Vigneaux, Aquitaine occidentale, Masson, , 223 p. (ISBN 2-2254-1118-2, lire en ligne), p. 48, 79
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le 30 novembre 2011)
  8. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 96,206,209,232,239,240,241
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 500ab.
  10. Michel Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781), t. 2, Jean Touzot, , 776 p. (présentation en ligne), p. 135-136, fig.18
  11. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  12. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 263
  13. a et b « Relais de poste », notice no IA00041794, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Planche 8, ancienne route de Paris à Bordeaux », notice no IVR54_81160598P, base Mémoire, ministère français de la Culture
  15. Georges Reverdy, Histoire des routes de France du Moyen Âge à la Révolution, Presses de l'École nationale des ponts et chaussées, , 271 p. (ISBN 285978280X, lire en ligne), p. 231
  16. Société archéologique et historique de la Charente, Documents historiques sur l'Angoumois, Aubry, (lire en ligne), p. 236-237
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. « Evolution et structure de la population à Nonaville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  22. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  23. « Église Saint-Saturnin », notice no IA00041795, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Nonaville », base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « Nonaville », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]