Montils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montils
Église Saint-Sulpice, XIIe siècle.
Église Saint-Sulpice, XIIe siècle.
Blason de Montils
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Thénac
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Jean-Paul Geay
2014-2020
Code postal 17800
Code commune 17242
Démographie
Gentilé Montiliens
Population
municipale
826 hab. (2014 en augmentation de 11,47 % par rapport à 2009)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 55″ nord, 0° 30′ 08″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 56 m
Superficie 23,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Montils

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Montils

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montils

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montils
Liens
Site web [1]

Montils est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Montiliens et les Montiliennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Montils se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Montils est situé au centre du triangle formé par ces plus grandes villes aux alentours : Saintes20 km par la D 136), Pons11 km par la D 135) et Cognac19 km par la D 732).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montils
Saint-Sever,
Courcoury
Rouffiac Chérac
La Jard,
Berneuil,
Colombiers
Montils Brives
Saint-Léger Saint-Seurin-de-Palenne Pérignac

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Montils est limité par le ruissellement des cours d’eau du fleuve La Charente et de la rivière La Seugne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montils est dérivé du latin mons[réf. nécessaire] (montis au génitif) qui signifie « montagne, sommet ». L’étymologie du nom de la commune illustre donc le relief de la ville : à 56 m maximum d’altitude, Montils domine de vastes étendues.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti ondé : au 1) d’azur au soleil d’or soutenu d’une grappe de raisin du même feuillée de sinople, au 2) d’azur à la mitre d’argent soutenue d’une fleurs de lys d’or, au filet ondé d’argent brochant sur la partition[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Jean-Paul Geay DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Thénac depuis le mois de mars 2015. Avant cette date, elle appartenait au canton de Pons.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2012, la commune faisait partie de la Communauté de communes de la Région de Pons. Depuis le 1er janvier 2013, elle adhère officiellement à la Communauté d'agglomération de Saintes[4].

Montils appartient au Pays de Saintonge Romane dont le siège administratif est situé à Saintes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2014, la commune comptait 826 habitants[Note 1], en augmentation de 11,47 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : +3,32 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 173 1 058 958 1 097 1 232 1 201 1 231 1 194 1 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 248 1 227 1 220 1 221 1 170 1 062 1 024 1 052 1 023
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 000 1 005 971 857 818 761 745 757 685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
713 647 620 617 644 652 721 731 815
2014 - - - - - - - -
826 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est une ressource économique importante. La commune est située en Petite Champagne, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[9].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sulpice[modifier | modifier le code]

Façade de Saint-Sulpice.

L'église Saint-Sulpice est une église romane de Saintonge datant du XIIe siècle. Son sanctuaire fut modifié au XIIIe siècle, puis son clocher au XVe siècle.

L'église est classée Monument Historique par arrêté du 14 avril 1923.

À côté de l'église se trouvent deux sarcophages sur le sol. L'un des deux est à deux places, l'autre est en auge. Ils datent de la période entre le VIIIe siècle et le XIIe siècle.

La mairie[modifier | modifier le code]

Mairie de Montils

À l'origine localisée dans une maison fin XIXe siècle au 8 rue de la Gîte, la mairie s'est agrandie par une extension sur cette maison début XXIe siècle.

Autres[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Montils dépend de l'Académie de Poitiers. Montils possède une école maternelle et élémentaire publique dépendant de l'Inspection Académique de la Charente-Maritime. Elle est située au 7 rue des Cytises.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La Mission Locale de Saintonge dispose d'un bus itinérant qui assure des permanences dans les différentes communautés de communes de Saintes. Le bus réservé « Pons et Commune de Brives » de le Mission Locale passe par Montils le 3e jeudi de chaque mois.

Gare de Montils-Colombiers[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le département de la Charente Inférience était traversé par 9 chemins de fer, d'un développement total de 331 kilomètres.

La 6e ligne de Saintes à Bordeaux se détachait de celle d'Angoulème à Rochefort à la station de Beillant puis suivait la vallée de la Seugne coulant dans des prairies marécageuses. Le train desservait la station de Montils, puis celles de Pons, Mosnac, Jonzac, Fontaines-d'Ozillac, Tugéras-Chartuzac, Montendre et Bussac. Le parcours était de 71 kilomètres[10].

Spécialités[modifier | modifier le code]

Pineau des Charentes[modifier | modifier le code]

Zones de production du Cognac et du Pineau dans les deux Charentes.
Zone de production du cognac et du pineau.
Pineau blanc des Charentes produit à Montils.

Montils est entouré d’un vignoble qui produit du Pineau des Charentes. Le Pineau des Charentes blanc est élaboré à partir des principaux cépages Montils, Ugni blanc et Colombard. Ce vin de liqueur, issu d’un mélange d’eau-de-vie de Cognac d'une année et de 4 variétés de raisins blancs, est vieilli 5 ans en barriques avant la vente. La variété « Vieux Pineau » issue des mêmes cépages subit 12 années de vieillissement en barriques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Gaso.fr
  4. La carte intercommunale de la Charente-Maritime en 2013
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  10. Source : "Géographie du département de la Charente-Inférieure" par Adolphe Joanne, éditions Hachette et Cie, 1877.

Liens externes[modifier | modifier le code]