Corme-Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corme.
Corme-Royal
Le centre-ville est dominé par l'église Saint-Nazaire.
Le centre-ville est dominé par l'église Saint-Nazaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Thénac
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Alain Margat
2014-2020
Code postal 17600
Code commune 17120
Démographie
Gentilé Cormillons
Population
municipale
1 758 hab. (2015 en augmentation de 7,99 % par rapport à 2010)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 48″ nord, 0° 48′ 40″ ouest
Altitude Min. 15 m
Max. 44 m
Superficie 27,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Corme-Royal

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Corme-Royal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corme-Royal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corme-Royal
Liens
Site web www.cormeroyal.fr

Corme-Royal est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Cormillons et les Cormillonnes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Corme-Royal est située au centre du département de la Charente-Maritime. Appartenant au Midi atlantique[2], elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Sud-Ouest français et le Grand Ouest français.

OpenStreetMap
Limite communale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Corme-Royal[3]
Saint-Sulpice-d'Arnoult Soulignonne
Balanzac Corme-Royal[3] Nieul-les-Saintes
Saint-Romain-de-Benet Pisany La Clisse,
Luchat

Histoire[modifier | modifier le code]

Corme-Royal s'appelait précédemment Corme-la-Forest. Le village a changé de nom après la visite (supposée) de saint Louis qui se serait arrêté dans un bois du village (dénommé depuis Bois du Roy).

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1968 2008 René Linais PRG  
2008 2014 Jean-Pierre Bouchet DVG  
2008 en cours Alain Margat SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin de l'année 2012, la commune de Corme-Royal adhérait à la Communauté de communes des bassins Seudre-et-Arnoult qui comprenait dix communes et dont le siège administratif était situé à Saint-Romain-de-Benet; cette intercommunalité a été officiellement dissoute le 1er janvier 2013[4].

Depuis janvier 2013, Corme-Royal fait partie de la nouvelle Communauté d'agglomération de Saintes[5] qui regroupe 35 communes et dont le siège administratif est fixé à Saintes.

La commune fait également partie du pays de la Saintonge romane dont le siège est également fixé à Saintes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 1 758 habitants[Note 1], en augmentation de 7,99 % par rapport à 2010 (Charente-Maritime : +2,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 150 1 115 1 095 1 067 1 217 1 376 1 400 1 502 1 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 404 1 367 1 414 1 420 1 352 1 278 1 278 1 240 1 151
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 168 1 129 1 094 1 029 1 015 1 001 995 941 944
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
878 863 833 965 1 204 1 344 1 507 1 655 1 758
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nazaire est une église romane du XIIe siècle qui était primitivement l'église du prieuré bénédictin qui dépendait de l'abbaye Notre-Dame de Saintes. Elle a été fortifiée au XVe siècle par construction d'un chemin de ronde crénelé sur tout le mur sud de la nef[10],[11]. Typique du schéma saintongeais, la façade à deux étages présente, au niveau inférieur, un portail à deux arcatures aveugles, surmonté à l'étage supérieur, d'une grande baie centrale encadrée de deux fausses fenêtres. Le répertoire iconographique est aussi caractéristique de la région : Vierges sages et Vierges folles, et Psychomachie (combat des vices et des vertus) ; et il s'étend ici plus largement que dans les autres églises de la région[12].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Adoption de la carte de la coopération intercommunale de la Charente-Maritime, Préfecture de la Charente-Maritime, 28 novembre 2012
  5. Corme-Royal rejoint la Communauté d'agglomération de Saintes, un article du quotidien régional Sud-Ouest daté du 7 janvier 2013
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. L'architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-33-4)
  11. base mérimée
  12. « La France romane », Notre Histoire, no 146,‎ (ISSN 0761-8638)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :