Le Douhet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Douhet
Le village du Douhet
Le village du Douhet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Saintes
Canton Chaniers
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Stéphane Taillasson
2014-2020
Code postal 17100
Code commune 17143
Démographie
Gentilé Douhetiens
Population
municipale
697 hab. (2014en diminution de -2.38 % par rapport à 2009)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 13″ nord, 0° 34′ 11″ ouest
Altitude Min. 12 m – Max. 81 m
Superficie 18,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Le Douhet

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Le Douhet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Douhet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Douhet

Le Douhet est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Douhetiens et les Douhetiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune du Douhet se situe dans le centre-est du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques : le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Douhet[3]
Taillebourg Juicq Saint-Hilaire-de-Villefranche
Saint-Vaize du Douhet[3] Écoyeux
Bussac-sur-Charente Fontcouverte Vénérand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de ce village proviendrait du vieux français doit, en patois régional douet, dérivé du latin ductus désignant une conduite d’eau ou un petit cours d’eau. On y voit la référence à l’aqueduc souterrain qui captait l’eau au hameau de Chez Pérot pour l’acheminer jusqu’aux Thermes de Saintes[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1973 1983 Paul Cartier    
1983 2014 Jacques Tanner    
2014 en cours Stéphane Taillasson   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (devenue la Nouvelle-Aquitaine le ) dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 697 habitants, en diminution de -2,38 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
913 933 840 974 1 058 1 008 1 033 1 033 968
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
920 913 859 757 776 759 720 734 663
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
639 627 697 646 641 606 556 534 573
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
511 502 477 518 589 636 700 694 697
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 1963, Butagaz obtient l’autorisation d’implanter un centre emplisseur et de stockage de butane et propane au Douhet, près de la gare et des habitations de Chez Pesson et Chez Pérot. Le site est classé Seveso seuil haut nécessitant un Plan de Prévention des Risques Technologiques[9].

La commune est dépourvue de commerces.

La gare n'est plus desservie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château du Douhet[modifier | modifier le code]

Le parc et le logis.

On a longtemps pensé que ce château avait été construit vers 1680 sur ordre de Renaud de Pons. Mais la présence de baies segmentées au dernier étage est l'indice d'une construction plus récente, entre 1715 et 1730[10]. Il est acheté en 1946 par l'industriel Jean Damilleville, ancien pilote pendant la Première Guerre mondiale.

Racheté par un promoteur immobilier, le château, ainsi que ses dépendances, ont subi d’importants travaux intérieurs pour l’aménagement d’appartements privés. Le tout est organisé en copropriété depuis 2009[11]

L'aqueduc romain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aqueduc de Saintes.

Cet aqueduc romain, principalement souterrain, alimentait Mediolanum Santonum (Saintes) en eau. Une portion de cet aqueduc, orientée nord-est sud-ouest, est visible au Pérot (45° 49′ 00″ N, 0° 33′ 12″ O) où de l'eau s'en écoule encore. L'entrée est taillée dans le roc. L'aqueduc date du Haut Empire romain (2e moitié du Ier siècle. Le site est classé monument historique, depuis 1840[12].

On peut aussi voir cet aqueduc à Fontcouverte, ainsi qu'un aqueduc affluent, aux Fontaines romaines de Vénérand.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'église romane Saint-Martial[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les gentilés de Charente-Maritime », sur habitants?fr
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des Noms de Villes et Villages, Charente-Maritime, Editions Bordessoules 2002, (ISBN 2-913471-65-X)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. PPRT Compte-rendu de réunion publique
  10. Châteaux Manoirs et Logis, La Charente-Maritime, Association Promotion Patrimoine, 1993, (ISBN 2-910137-04-X)
  11. Syndicat de copropriété
  12. « Aqueduc romain », notice no PA00104671, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :