La Chapelle-des-Pots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.

La Chapelle-des-Pots
La Chapelle-des-Pots
La Chapelle-des-Pots, village de potiers.
Blason de La Chapelle-des-Pots
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Chaniers
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Pierre-Henri Jallais
2014-2020
Code postal 17100
Code commune 17089
Démographie
Gentilé Chapelains
Population
municipale
993 hab. (2016 en augmentation de 2,27 % par rapport à 2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 38″ nord, 0° 32′ 22″ ouest
Altitude Min. 19 m
Max. 88 m
Superficie 10,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Chapelle-des-Pots

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
La Chapelle-des-Pots

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-des-Pots

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-des-Pots
Liens
Site web http://lachapelle-des-pots.fr/

La Chapelle-des-Pots est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Chapelains et les Chapelaines[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de La Chapelle-des-Pots se situe dans le centre-est du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Chapelle-des-Pots
Vénérand
Fontcouverte La Chapelle-des-Pots Saint-Césaire
Chaniers

Histoire[modifier | modifier le code]

La Chapelle-des-Pots, blotti au cœur de la Saintonge romane, est un village où des potiers exercent depuis plus de huit siècles. De nombreux bois, cours d'eau et poches d'argiles ont permis la création de céramiques. Bernard Palissy y a même travaillé avec les potiers locaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au four à poterie du même, maçonné et ouvert de sable et accompagné en chef à dextre d’une poterie de sinople, à l'anse du même à senestre, la partie supérieure de tenné et à senestre d'une grappe de raisin de pourpre tiée et feuillée de sinople.
Commentaires : Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie vue de l'église.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Pierre-Henri Jallais   Cadre
1995 2014 Jean-Claude Couprie se disait apolitique chef d'entreprise
1991 1995 René Guillaud    
1977 1991 Raymond Viollier PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 993 habitants[Note 1], en augmentation de 2,27 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
898824742854880833824825804
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
715679643633621562531535471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468472442425425394489492633
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
510550694823890875877974988
2016 - - - - - - - -
993--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51 % d'hommes (0 à 14 ans = 15,9 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 31,9 %, plus de 60 ans = 18,8 %) ;
  • 49 % de femmes (0 à 14 ans = 16,1 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 29 %, plus de 60 ans = 23,2 %).
Pyramide des âges à La Chapelle-des-Pots en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
0,9 
4,7 
75 à 89 ans
6,7 
13,4 
60 à 74 ans
15,6 
31,9 
45 à 59 ans
29,0 
18,4 
30 à 44 ans
19,1 
15,0 
15 à 29 ans
12,6 
15,9 
0 à 14 ans
16,1 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Faïencerie. Située à l'extérieur du village sur la route de Burie, une célèbre entreprise de poterie régionale produisait depuis 1961 de la faïence régionale de Saintonge et de La Rochelle. Elle a été radiée des registres du commerce le 20 septembre 2012 pour insuffisance d'actifs.
  • Deux céramistes sont encore présents dans le village: un céramiste artiste-peintre d'une famille de céramiste établie depuis 1954 et une potière raku depuis 2005.

Un projet de Pôle de la céramique mené par l'ancien maire JC Couprie a existé et avait réussi à faire venir deux autres potiers durant quelques mois.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Le village comporte de nombreuses associations : judo, gym. et groupe de danse des Oxydes, les Souris Blanches (dissous), la Souris Verte, l'ACDC, le Comité des Fêtes.

Un circuit pédestre d’interprétation est en cours de réalisation dans la commune.

Parcours sportif et petit boulodrome.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • fin janvier : Veillées Chapelaines (SESACTS)
  • fin février : trail des potiers
  • 2d dimanche du mois de mars : brocante (comité des fêtes)
  • fin mars : Rando VTT (Judo Club Chapelain)
  • à mi-mai : le Marché des potiers (comité des fêtes). Dernier marché de potiers en mai 2014
  • début juillet : les Contes au clair de lune (ACDC)
  • Feu de la Saint Louis (soirée + feu d'artifice). Dernier feu d'artifice de la Saint Louis en 2014
  • début septembre : La Chapelette, concours de pétanque (municipalité et inter-association)
  • octobre : soirée cabaret ou à thème selon les années (ACDC)
  • novembre : loto (comité des fêtes)
  • en décembre : marché de Noël (municipalité et inter-association). Dernier en 2011.
  • en décembre : Biennale des Artistes Chapelains (Comité des Fêtes). 3eme en 2016

pour en savoir plus : Les Contes au clair de Lune

Petit marché les Lundis soir en face de l'école.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En centre bourg : fontaine recouverte d'un dôme en pierre de taille se jetant dans un lavoir, l'église Saint-Front (1786) dont les fondations utilisent des pierres de l'ancienne chapelle des potiers (Bulletin municipal). Four de céramique construit en 2006 de type chaînette situé près de la mairie, ancien four de céramique du XVIIIe siècle dit four Varoqeau, inscrit aux monuments historiques[9].

Un groupe scolaire inauguré en 1955.

La commune possédait un intéressant musée de dimension régionale: le Musée de la céramique saintongeaise où étaient exposées des collections des poteries locales du XIIIe siècle au XXe siècle. Ce musée, fondé sous la mandature de Raymond Viollier a été fermé par l'actuelle municipalité.

Extérieur du bourg : ancienne seigneurie, plusieurs petits lavoirs en pierre, nombreux chemins de randonnée VTT et pédestre.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune et longe la fontaine du centre bourg.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bernard Palissy, émailleur, savant et écrivain français, résidant à Saintes, s'est initié à l'art de la céramique à La Chapelle-des-Pots, où il a épousé Catherine Monconseil, la fille du potier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La Chapelle, images d'autrefois. Jean-Claude Couprie, Pierrette Rodriguez. Éditions Le Passage des Heures[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]