Préguillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Préguillac
L'église Sainte-Eulalie.
L'église Sainte-Eulalie.
Blason de Préguillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Saintes
Canton Thénac
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Bernard Machefert
2014-2020
Code postal 17460
Code commune 17289
Démographie
Gentilé Préguillacais
Population
municipale
464 hab. (2014en augmentation de 9.18 % par rapport à 2009)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 18″ nord, 0° 36′ 55″ ouest
Altitude Min. 7 m – Max. 69 m
Superficie 6,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Préguillac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Préguillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Préguillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Préguillac
Liens
Site web www.preguillac.fr

Préguillac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Préguillacais et les Préguillacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Préguillac se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Préguillac
Les Gonds
Thénac Préguillac Berneuil
Tesson

Histoire[modifier | modifier le code]

Fouilles[modifier | modifier le code]

Des premières fouilles sont réalisées par Louis-René Nougier en 1965 sur le site du Clône Flanquet. L'archéologue et professeur y faire la découverte d'outils du Campignien[3].

À l'occasion de gros travaux effectués sur la commune, des fouilles ont été entreprises en 1988 sur le site de Pédeau et en 2005 et 2006 au lieu-dit les Arnoux.

  • Le Pédeau : les fouilles de 1988 ont permis de découvrir les traces d'un habitat de l'Âge du fer (Protohistorique) c’est-à-dire de 800 à 400 av. J.-C.[4].
  • Les Arnoux : au nord-ouest se trouve un site néolithique contemporain de la civilisation de Peu-Richard tout proche (Thénac distante de 3 km) d'environ 3 000 ans av. J.-C. Seule une petite zone a été mise à jour, la majeure partie restante étant située au-delà la route du moulin.

Sur la partie sud-est, ce sont des traces d'une occupation à l'époque du haut Moyen Âge vers 800 apr. J.-C.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à la barre d’or chargée en chef d’un pèlerin d’argent, vêtu de gueules, le bourdon, le chapeau et les sandales de sable, et en pointe d’une coquille d’argent, accompagnée en pointe de l’église du lieu d’argent posée en perspective, le tout enfermé dans une filière cousue de gueules

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Bernard Machefert DVG Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 464 habitants, en augmentation de 9,18 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
718 688 678 519 554 534 524 507 488
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450 446 457 408 395 372 375 334 321
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313 275 276 273 236 228 209 212 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
240 244 243 278 305 323 417 458 464
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Eulalie[modifier | modifier le code]

Le , l'église Sainte-Eulalie a été mise à l'honneur à l'occasion des Nuits romanes[9]. Le programme ayant été un succès pour la commune cette année, l'église est l'objet d'une seconde édition, le même jour, en 2014[10].

L'histoire de l'église[modifier | modifier le code]

Église de Préguillac.

L'église Sainte-Eulalie est une église romane du XIIe siècle, bâtie entre le XIe et le XIIe siècle, en plein Moyen Âge, période probable de l'édification du village. Cette église se trouvait être autrefois sur la voie romaine reliant les villes de Pons et de Saintes.

Son nom prend son origine dans l'histoire de sainte Eulalie, vierge et martyre originaire de Barcelone qui fut persécutée par l'Empire romain à la fin du IIIe siècle après Jésus-Christ. Son martyre est raconté dans le Chant d'Eulalie, composée de 28 versets.

De plus, une crypte ossuaire est présente sous l'autel de l'église. Des sépultures antiques ont été mises au jour aux environs de l'édifice et certaines d'entre elles, dit-on, ont été retrouvées en position debout[11],[12].

Quelques anecdotes sur l'église Sainte-Eulalie[modifier | modifier le code]

  • L'église originelle avait un prolongement en bois de 15 mètres qui a brûlé en l'an 1589 et qui n'a depuis jamais été reconstruit ;
  • La cloche originelle de l'église avait été baptisée Angélique en juillet 1656[réf. nécessaire].

La rénovation de l'église[modifier | modifier le code]

Les travaux de rénovation de l'église Sainte-Eulalie se sont déroulés en plusieurs temps depuis les années 1990.

  • En premier lieu, la rénovation est faite sur le clocher de l'église et certains extérieurs, de 1990 à 1994.
  • En 2008, le porche de l'église et les façades nord et ouest de l'église sont rénovés.
  • En 2012 et 2013, les façades est et sud sont rénovées, nettoyées et réparées.

Le bâtiment est inscrit monument historique depuis 1978[13].

Fontaine du village[modifier | modifier le code]

Source du village de Préguillac.

Le site de la fontaine de Préguillac se situe au pied de la colline, à la sortie du village. Une source d'eau claire y coule en continu. C'était autrefois un lieu plébiscité par les agriculteurs pour y puiser de l'eau pour leur plantations et leurs animaux.

On trouve aussi sur le site deux mares, de l'autre côté du chemin qui borde la source.

Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle[modifier | modifier le code]

Le village de Préguillac est traversé sur une longueur d'environ trois kilomètres par ce chemin rural et historique, reliant Paris et Compostelle. Cette route est bornée par trois fois sur la commune de Préguillac par une stèle où est taillée une coquille Saint-Jacques, symbole utilisé par les pèlerins pour se retrouver, mais aussi en référence au saint auquel le pèlerinage est voué.

Étang du Clône Flanquet[modifier | modifier le code]

Vue du Clône Flanquet, à Préguillac

L'étang communal du Clône Flanquet est situé à la sortie sud du village, en direction du village de Tesson. C'est un lieu ombragé propriété de la commune et géré par une association de pêche locale. Il s'agit d'un ancien lieu archéologique dans lequel des fouilles ont été réalisées durant l'année 1965[14], des outils du Campignien ont été mis au jour. Parmi eux, nombre de grattoirs, pointes, burins, perçoirs et de nombreuses céramiques.

L'étang communal fait tous les ans l'objet d'un concours de pêche organisé par le comité des fêtes.

Culture et loisirs[modifier | modifier le code]

Associations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Arts au village
  • Groupe de conversation anglaise
  • Troupe de théâtre amateur "les Préglissants"
  • Rencontre des compagnies de théâtre amateurs

Activités[modifier | modifier le code]

  • Association Famille rurale (atelier de décoration et de loisirs)
  • Centre de loisirs Préguineuil pour la jeunesse
  • Association Préguifiesta, chargée de l'organisation du dîner de la Saint-Sylvestre
  • Rencontres du Club de l'amitié
  • Association Préguisport
  • Festival de Préchernac

Services[modifier | modifier le code]

  • Épicerie-multiservice-bar
  • Bibliothèque-médiathèque

Enseignement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]