Saint-Bris-des-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bris.

Saint-Bris-des-Bois
Saint-Bris-des-Bois
L'église Saint-Brice, campée sur son promontoire, domine la petite cité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Chaniers
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Christian Pajeile
2014-2020
Code postal 17770
Code commune 17313
Démographie
Gentilé Saint-Briciens
Population
municipale
396 hab. (2015 en diminution de 2,46 % par rapport à 2010)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 02″ nord, 0° 29′ 18″ ouest
Altitude Min. 31 m
Max. 95 m
Superficie 9,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Bris-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Bris-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bris-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bris-des-Bois

Saint-Bris-des-Bois est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Saint-Briciens et les Saint-Briciennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bris-des-Bois se situe dans le centre-est du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Limitrophe du département de la Charente, elle fait partie du canton de Chaniers et appartient à l'arrondissement de Saintes.

Cette petite commune au relief vallonné est particulièrement boisée. Son finage communal peu étendu est arrosé du nord au sud par un petit émissaire de la Charente, le Coran qui est un affluent de rive droite du fleuve. Le nom de ce ruisseau est une corruption orthographique du terme courant, vocable saintongeais pour désigner un petit cours d'eau.

Située à l'écart des grands axes routiers, la commune est traversée par la D 131 qui la relie à Saint-Césaire, au sud-est, avant de rejoindre l'axe Cognac-Saintes (RN 141) et à Burie, à l'est, chef-lieu de canton situé sur l'axe Cognac-Saint-Jean-d'Angély (D 731).

Saint-Bris-des-Bois est une des étapes d'un sentier de grande randonnée balisé, le GR 360.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Bris
Brizambourg Villars-les-Bois
Saint-Bris Burie
Saint-Césaire Saint-Sulpice-de-Cognac
(Charente)

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Christian Pajeile DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 396 habitants[Note 1], en diminution de 2,46 % par rapport à 2010 (Charente-Maritime : +2,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
559552502568518620583587551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510498528435423400403382375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
415390369346317292283216274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
237260267285359391418406396
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin de l'année 2012, la commune de Saint-Bris-des-Bois faisait partie de la communauté de communes Vignobles et Vals boisés du Pays Buriaud qui comprenait dix communes ; cette dernière a fusionné avec la communauté d'agglomération de Saintes le 1er janvier 2013[7].

Depuis janvier 2013, Saint-Brie-des-Bois fait donc partie de la Communauté d'agglomération de Saintes dont le siège administratif est situé à Saintes.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 7,75 % pour la taxe d'habitation, 11 % sur le foncier bâti, 35,02 % sur le non bâti et 10,53 % de taxe professionnelle, et comme la communauté de communes prélève sur l'ensemble des quatre taxes, respectivement 1,67 %, 3,25 %, 8,06 % et 3,07 %, cela donne au total et avant que s'y ajoutent le département et la région, 9,42 % pour la taxe d'habitation, 14,25 % sur le foncier bâti, 43,07 % sur le non bâti et 13,60 % de taxe professionnelle (chiffres 2007).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Fontdouce[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Fontdouce.

L’abbaye est un cas unique dans la région compte tenu des bâtiments qui existent encore : si l’église abbatiale a été détruite, les lieux de vie des moines sont, eux, restés en état. Le monastère est fondé par les Bénédictins en 1111. Il compte à son apogée une centaine de moines, puis bascule progressivement dans l’oubli à partir des Guerres de Religion. Vendu comme bien national après la Révolution, elle appartient à la même famille depuis près de deux siècles. L’abbaye de Fontdouce a été utilisée comme exploitation agricole jusqu'en 1970, les bâtiments monastiques, en partie enfouis sous un mètre de remblais, servent à la fois de chais, de hangars ou de remises.

À partir de 1970, les actuels propriétaires, pris par la passion des vieilles pierres, entreprennent une série de fouilles destinées à la restauration de l’abbaye de Fontdouce. Ils font progressivement retrouver à l’abbaye, année après année, une partie de sa splendeur d’origine. Ils font revivre la très belle salle capitulaire et le parloir gothique, les deux chapelles romanes superposées et plusieurs autres vestiges. Cet ensemble de bâtiments témoigne de façon originale des nombreuses transformations que le site a subies au fil du temps.

Outre ses bâtiments conventuels, l’attrait de Fontdouce tient également à son environnement. L’abbaye est située à l’écart des grands axes, au cœur d’un vallon verdoyant mis en valeur par des jardins à la française et des bassins d’eau claire[8].

Dates clés de restauration : 1958 : classement de la salle capitulaire et de l’auditorium sur la liste officielle des Monuments Historiques. 1970 : travaux de déblaiement des arcades est du scriptorium. 1973 : déblaiement du parloir-couloir. 1974 : début du déblaiement de la salle capitulaire. 1976 : déblaiement de la chapelle basse. 1984 : restauration des fenêtres du dortoir des moines. 1986 : déblaiement du côté nord de la chapelle basse. 1994 : restauration du chevet de la chapelle haute et d’une porte de la chapelle basse. 1996 : jardins à la française reconstitués et ouverture du parloir côté jardin. 2003 : restauration de la chapelle de l’église abbatiale (absidiole). 2004 : fouilles préventives du scriptorium. 2006 : fouille du scriptorium qui devient la salle des moines.

Église Saint-Brice[modifier | modifier le code]

Inscrite aux Monuments Historiques par arrêté du 25 juillet 1973.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :