Montastruc-la-Conseillère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montastruc.
Montastruc-la-Conseillère
Château de la Conseillère entre 1858 et 1881 (d'Eugène Trutat)
Château de la Conseillère entre 1858 et 1881 (d'Eugène Trutat)
Blason de Montastruc-la-Conseillère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Girou
Maire
Mandat
Michel Anguille
2014-2020
Code postal 31380
Code commune 31358
Démographie
Gentilé Montastrucois, Montastrucoises
Population
municipale
3 285 hab. (2014en augmentation de 6.31 % par rapport à 2009)
Densité 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 06″ nord, 1° 35′ 28″ est
Altitude Min. 143 m – Max. 242 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montastruc-la-Conseillère

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montastruc-la-Conseillère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montastruc-la-Conseillère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montastruc-la-Conseillère
Liens
Site web Site officiel

Montastruc-la-Conseillère (occitan : Montastruc e la Conselhièra) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne dans la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montastrucois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancienne bastide située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Toulouse sur la route nationale 88. Elle est la ville-centre d'une unité urbaine de l'aire urbaine de Toulouse sur un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montastruc-la-Conseillère
Paulhac Gémil Roquesérière
Garidech Montastruc-la-Conseillère Montpitol
Gragnague Gragnague
Saint-Jean-Lherm
Saint-Jean-Lherm

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Montastruc-la-Conseillère est établie sur les coteaux entre les plaines de la vallée de la Garonne et celle du Tarn.

La superficie de la commune est de 1 549 hectares ; son altitude varie de 143 à 242 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par plusieurs petits ruisseaux dont le Ruisseau de Palmola affluent du Tarn qui y prend sa source.

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin Mons Astrux, devenu ensuite Montastruc, "astruc" signifiant en languedocien "équipage de labour", et avec l'adjonction de "la conseillère", en raison d'un lieu-dit La conseillère, probablement la femme d'une personne occupant la charge de conseiller.[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montastruc-la-Conseillère

Son blasonnement est : D'argent au mont de sinople sommé d'un arbre du même, accosté des inscriptions AST et RUC en lettres capitales de sable, à la bordure de gueules chargée de six fleurs de lys du champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux du Girou et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Montastruc-la-Conseillère était le chef-lieu de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? Charles Bellet URD Député (1919-1924)
mars 1989 2001 André Laur PS Conseiller général 1998-2015
mars 2001 2008 Michel Anguille    
mars 2008 2014 Jean-Louis Bourgeois PS  
mars 2014 en cours Michel Anguille UMP-LR Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 285 habitants, en augmentation de 6,31 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
819 902 900 1 109 1 135 1 042 1 073 1 055 1 113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 109 1 112 1 115 1 107 1 059 1 043 1 044 1 003 998
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
992 924 917 800 805 823 803 878 909
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 033 1 357 1 635 1 842 2 101 2 495 2 983 3 090 3 285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…) a encore une place importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisque Montastruc-la-Conseillère se trouve dans son aire urbaine. L'artisanat ainsi que le commerce y sont bien représentés.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montastruc-la-Conseillère fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune de Montastruc-la-Conseillère par des écoles maternelles et élémentaires une public et l'autre privée, un collège (Georges Brassens), ainsi qu'un d'un lycée d’enseignement professionnel rural privé[7].

Santé[modifier | modifier le code]

Crèche municipale des Moulins,

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations y existent[8], ainsi qu'une bibliothèque municipale.

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux du Girou[9], (SITROM), et du syndicat de traitement DECOSET.

La déchèterie la plus proche se situe sur la commune voisine de Garidech.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Bartélémy
  • Mairie de Montastruc-la-Conseillère
  • Château de La Conseillère.
  • Château de Lasserre, édifié aux XVIe et XVIIe siècles par la famille de Bernuy, ancienne résidence du général de Castelnau.
  • Château de Campagne, édifié en 1824 par la famille Massol.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]