Saint-Jean-Lherm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean-Lherm
Image illustrative de l'article Saint-Jean-Lherm
Blason de Saint-Jean-Lherm
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des coteaux du Girou
Maire
Mandat
Gérard Parache
2014-2020
Code postal 31380
Code commune 31489
Démographie
Gentilé Jeanlhermains
Population
municipale
357 hab. (2014en diminution de -2.46 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 16″ nord, 1° 36′ 37″ est
Altitude Min. 146 m – Max. 251 m
Superficie 7,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jean-Lherm

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jean-Lherm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Lherm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Lherm
Liens
Site web http://www.saint-jean-lherm.fr/

Saint-Jean-Lherm est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Jeanlhermains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 20 km au nord de Toulouse, en Pays Tolosan .

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-Lherm
Montastruc-la-Conseillère Montastruc-la-Conseillère Montpitol
Gragnague Saint-Jean-Lherm Montpitol
Gragnague Bonrepos-Riquet Verfeil

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Laragou un affluent du Girou.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 792 hectares ; son altitude varie de 146 à 251 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A68 sortie Gémil.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Lherm.

Son blasonnement est : D'argent au pairle de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux du Girou et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Jean-Lherm faisait partie de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Gérard Parache DVG Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 357 habitants, en diminution de -2,46 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
324 283 323 399 330 339 329 338 311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
331 330 313 293 299 282 278 288 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
264 255 259 224 210 222 214 215 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
169 153 157 190 233 303 358 351 357
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est principalement liée à agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Lherm fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Bibliothèque[6],

Sports[modifier | modifier le code]

Randonnées pédestres,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des coteaux du Girou[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-Baptiste Church
  • Église Saint-Jean-Baptiste.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]