Mongol bitchig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bitchig.
Mongol bitchig
Hudum bitchig
Alphabet mongol traditionnel
Image illustrative de l'article Mongol bitchig
Le mot « Mongol » en mongol bitchig.
Caractéristiques
Type Alphabet
Langue(s) Mongol
Direction De haut en bas ; colonnes écrites de gauche à droite
Historique
Époque Du XIIe siècle à nos jours
Système(s) parent(s) Protosinaïtique

 Phénicien
  Araméen
   Syriaque
    Sogdien
     Ouïghour
      Mongol bitchig
Hudum bitchig
Alphabet mongol traditionnel

Codage
Unicode U+1800 à U+18AF
ISO 15924 Mong

L’alphabet mongol ou Mongol bitchig (dans cette écriture ᠮᠣᠩᠭᠣᠯ
ᠪᠢᠴᠢᠭ
, en cyrillique : Монгол бичиг Mongol biçig [mɔŋɢɔl bitʃig], littéralement : écriture mongole), mais également Cagân tolgoy (ᠴᠠᠭᠠᠨ
ᠲᠣᠯᠤᠭᠠᠢ
, Цагаан толгой, littéralement : tête blanche)[1] (ou chagaan tolgoi), parfois syllabaire Khalkha, puisqu'avant tout fait pour le mongol vernaculaire[2] est la plus ancienne écriture mongole connue. Elle est également nommée en oïrate Hudum bitchig (hudum signifiant traditionnel) par opposition au todo bitchig (todo signifiant exact, adapté à l'oïrat). Il est également appelé alphabet ouïghour par de nombreux chercheurs, car il en est une variante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle tire son origine de la fondation de l'empire mongol. Vers 1204, Gengis Khan bat les Naimans et capture Tata Tonga (chinois : 塔塔統阿 ; pinyin : tǎtǎtǒng'ā), un scribe ouïghour, qui adapte l'alphabet ouïghour (un descendant de l'alphabet syriaque via l'alphabet sogdien) à l'écriture du mongol. Tata Tonga enseigne aux fils de Gengis Khan cette écriture, qu'ils utilisent pour leurs ultimatum[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La caractéristique principale de cette écriture est sa direction verticale ; il s'agit d'ailleurs d'une des rares écritures verticales à être écrite de gauche à droite, avec le mandchou et d'autres écritures dérivées de l'ouïghour. L'alphabet comporte 35 lettres, 8 voyelles et 27 consonnes. Tout comme l'alphabet syriaque, les lettres de l'alphabet mongol possèdent au plus trois formes suivant leur position dans un mot :

  • initiale ou isolée, en début de mot ou citée individuellement ;
  • médiane, à l'intérieur d'un mot ;
  • finale, en fin de mot.

Graphèmes de base[modifier | modifier le code]

le trait vertical, l'ossature centrale du texte est appelée colonne vertébrale, il existe ensuite sept formes de base[4] :

Mongol mongol cyrillique translittération traduction littérale
ᠨᠢᠷᠤᠭᠤ нуруу nuruu colonne vertébrale
ᠲᠢᠲᠢᠮ Титэм titem couronne
ᠰᠢᠳᠦ Шүд shud dent
ᠰᠢᠯᠪᠢ Шилбэ shilbe crochet
ᠭᠡᠳᠡᠰᠦ Гэдэс gedes estomac, ventre
ᠨᠤᠮᠤ Нум num arc
ᠰᠡᠭᠦᠯ Сүүл suul finale, terminaison
ᠣᠷᠬᠢᠴᠠ Орхиц orkhits apostrophe

Sept voyelles de base[modifier | modifier le code]

Contrairement à différentes écritures ligaturées arabes ou indiennes où les bases des caractères sont des consonnes, il y a sept voyelles de base (ᠦᠨᠳᠦᠰᠦᠨ

ᠡᠭᠡᠰᠢᠭ
/Үндсэн 7 эгшиг), auxquelles on ajoute des éléments pour y ajouter les consonnes.

Le mongol bichig comporte six voyelles de base, divisé en trois classes, masculin (ᠡᠷ᠎ᠡ/эр), féminin (ᠡᠮ᠎ᠡ/эм) et neutre (ᠰᠠᠭᠠᠷᠮᠠᠭ/саармаг)[4] :

masculin féminin neutre
Latin a e i o u ö ü
bichig (initiale)
cyrillique а э и о у ө ү

La chanson « Les sept voyelles » (七个母音, qī gè mǔyīn), chanté en mongol et mandarin, a pour but de mémoriser ces voyelles en Mongolie-Intérieure[5].

Outils d'écriture[modifier | modifier le code]

Elle est aujourd'hui écrite avec plusieurs outils[6].

  • Au pinceau, c'était la technique originale, le pinceau est toujours utilisé pour la calligraphie.
  • À L'impression. Les techniques d'impression de ce type de textes sont arrivés rapidement après l'apparition de cette écriture, en raison de la proximité avec la Chine et l'apparition de l'imprimerie dans le désert de Gobi (plus anciennes traces à Dunhuang quelques siècles auparavant. Cette forme comporte une épaisseur de trait central (colonne vertébrale) régulière, contrairement à sa version calligraphiée au pinceau, elle comporte des pleins et des déliés.
  • Au stylo, avec le développement international du stylo à bille, jetable ou rechargeable, le stylo est devenu l'instrument d'écriture manuscrite courante, plus pratique à transporter qu'un pinceau et son encre. L'épaisseur est fine et régulière.
  • Avec un ordinateur, permettant de retrouver au choix, l'une des trois catégories d'écriture précédente.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Mis à part quelques modifications mineures, de nos jours, il est surtout utilisé en Mongolie-Intérieure, au Nord de la République populaire de Chine où elle est une des écritures officielles et est utilisée par 6 millions de personnes, et depuis 1991 est une écriture de nouveau officielle en Mongolie, où elle est encore utilisée par une minorité de ses 3 millions d'habitants[7].

Le réseau de télévision de Mongolie-Intérieure, Nei Menggu TV (内蒙古电视网) diffuse des programme en langue mongole, sous-titrés en mongol bichig.

En Mongolie, cette écriture fut officiellement remplacée en 1941 par un dérivé de l'alphabet cyrillique, cette nouvelle écriture mit une dizaine d'années avant de s'imposer. En 1990, la graphie ancienne fit l'objet d'incitations du gouvernement pour en faire la graphie officielle. Son enseignement est depuis rendu, et reste obligatoire dans les écoles, mais la tentative ne fut pas suivie d'effets. Aujourd'hui le cyrillique est la graphie majoritairement utilisée, bien que certaines enseignes utilisent l'ancienne écriture à des fins artistiques ou publicitaires[8].

En Chine, la langue evenki, de la famille des langues toungouses, utilise également cette écriture. Elle était également utilisé pour écrire le mandchou sous la Dynastie Qing.

Systèmes informatiques[modifier | modifier le code]

La verticalité de cette écriture, alors que toutes les écritures du monde se sont adaptées à une écriture horizontale pour les moyens informatiques, pose un certain nombre de problèmes dans l'affichage de textes sur des terminaux informatiques. Le fait que ce système ne soit plus utilisé qu'en Chine par quelques millions de personne (la Mongolie ayant adopté l'alphabet cyrillique) n'aide pas non plus à la diffusion des techniques.

La majorité des techniques actuelles utilise des fontes permettant l'écriture horizontale, qui sont en suite tournées à 90° pour un affichage vertical. Les éventuels textes en alphabet latin ou cyrillique, en chinois, ou comportant une variante des chiffres arabes, se trouvent donc tournés à 90° également.

Les versions de Firefox antérieures à la 30 avaient un problème pour afficher les fontes en Mongol bichig; il a fallu, pour corriger ce problème, modifier l'URL about:config, la valeur gfx.font_rendering.harfbuzz.scripts de -1 à 87.[9].

Avant Unicode[modifier | modifier le code]

Système CMs[modifier | modifier le code]

Exemple d'utilisation sur la page de wiktionary en mongol cyrillique du mot « peur, crainte ».

Ce système fait correspondre les caractères du mongol bichig à des caractères du groupe Basic Latin (U+0041) de l'Unicode. Il faut donc utiliser une fonte de caractères qui utilise ce contournement pour afficher cette écriture (famille CMs comme la CMs Ulaanbaatar). Cette technique présente l'avantage de permettre de saisir le texte avec un clavier ne disposant pas de méthode de saisie complexe. Trois fontes utilisant ce système ont été développées; elles représentent les styles des trois outils d'écriture traditionnels, CMS Ulaanbaator représentant (dans sa première version) l'écriture manuscrite au stylo, CMS Huree représentant la calligraphie au pinceau et CMS Urga représentant l'écriture d'imprimerie. Ces fontes étaient originellement hébergées sur Xoom (en), mais cet hébergeur ayant fermé, on peut les trouver aujourd'hui sur différents sites de fontes[6].

Système Menksoft[modifier | modifier le code]

Le système de Menksoft utilisé sur différents logiciels et sites web a été utilisé, comme CMs, du temps où l'UTF-8 n'était pas devenu le standard de fait. Il utilise différents caractères spéciaux pour l'encodage du mongol et les fontes produites par Menksoft. Il est encore utilisé de nos jours par certains sites en langue mongole, comme le site http://www.mongolbuh.com/, site de Mongolie-Intérieure dédié à la lutte mongole, sport national.

Unicode[modifier | modifier le code]

La plage U+1800 Mongolian Birga est dédiée à l'écriture ouïghoure du mongol. Il existe différentes fontes dont certaines sous licence libre utilisant cette plage, notamment dans le paquet MonTeX pour TeX[10].

Table des caractères[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant est adapté du tableau proposé par Unicode pour l'écriture mongole traditionnelle[11]. Sur beaucoup de systèmes possédant une police de caractère adéquate, les caractères ne sont pas affichés de haut en bas, mais de gauche à droite, tourné d'un quart de tour vers la gauche.

Numéraux[modifier | modifier le code]

Unicode 1810 1811 1812 1813 1814 1815 1816 1817 1818 1819
Chiffre mongol
Correspondance 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Alphabet[modifier | modifier le code]

Le standard Unicode comporte, pour l'écriture mongole, en plus des caractères alphabétiques ou alpha-syllabiques des caractères spéciaux dits caractères de commande. Trois sélecteurs, dits sélecteur de variante libre mongol 1 (SVL1), ou en anglais : FVS, Free Variation Selector 1, en mongol : буюу 1-р хувилбар сонгогч) 2 et 3 et un séparateur de voyelles mongoles (SVM, ou en anglais : MVS, Mongolian Vowel Separator, en mongol : Үгийн төгсгөлд орхиц). Ils sont numérotés de 180B à 180E en notation hexadécimale de l'Unicode[12] :

clavier mongol bichig russe, les quatre carrés sont les caractères de commandes, ça n'est pas la seule disposition possible.
  • 180B — SVL1
  • 180C — SVL2
  • 180D — SVL3
  • 180E — SVM

La disposition de ces caractères sur les claviers adaptée à la saisie du mongol dépend complètement du pays du clavier (clavier russe en Fédération de Russie, clavier mongol cyrillique en Mongolie, clavier qwerty en Chine, etc.). La disposition est globalement phonétique en fonction de la disposition des caractères nationaux locaux. Il existe également différentes dispositions pour les claviers virtuels, notamment sur les plate-formes mobiles.

Implémentations[modifier | modifier le code]

Linux/POSIX[modifier | modifier le code]

Le support de cette écriture sous GNU/Linux est variable selon les distributions. Il existe différentes fontes libres de droit, installées par défaut ou pouvant être installée en paquet comme celui de mongolian-fonts d'OpenSuse[13] ou manuellement en récupérant la fonte sur des sites dédiés aux fontes ou à cette écriture.

Le module LaTeX appelé MonTeX comporte des fontes dédiées à cette écriture et au mongol cyrillique, utilisable sur LaTeX en général[14]. Il y a des essais de méthodes de saisie à intégrer à iBus, mais ces méthodes ne sont pour le moment pas dans les paquets standard.

Android à partir 6.0 comporte par défaut une fonte mongole, permettant ainsi de l'afficher dans n'importe quelle application. Parmi les méthodes de saisies, on peut citer Multiling O Keyboard, qui supporte également le mandchou et le vieux turc[15]. Ces fontes font partie des noto-fonts sous licence SIL modifiée[16], que l'on retrouve en paquet sous la majorité des distributions Linux.

Bainu est un système de chat pour Android et iOS utilisant cette écriture utilisé par les Mongols de Chine[17], et intégrant une méthode de saisie avec prédiction. Il ne nécessite pas que le système possède des fontes mongoles et il est également possible de copier-coller du texte à partir de celui-ci.

Apple[modifier | modifier le code]

Bainu l'application de chat des Mongols de Chine fonctionne sous iOS de la même façon que sur Android[18].

Windows[modifier | modifier le code]

Table des caractères[modifier | modifier le code]

Lettres Translittération Notes
n° Unicode Unicode
Isolée
Initiale Médiane Finale Latin Cyrillique
1820 Mg a initial.png 2mg ae medial.png 3mg ae final.png3mg ae2 final.png a А Distinction via l'harmonie vocalique (voir q/γ et k/g plus bas)
1821 Mg e initial.png e Э
1822 Mg i initial.png 2mg i medial.png[note 1]

Mongol i middle2.jpg[note 2]

3mg iy final.png i, yi И, Й, Ы, Ь À la fin des mots, elle est souvent absorbée par la syllabe précédente.
1823 Mg ou initial.png 2mg öü2 medial.PNG 3mg ouöü final.PNG o О Distinction suivant le contexte.
1824 Mg ou initial.png 2mg öü2 medial.PNG 3mg ouöü final.PNG u У Distinction suivant le contexte.
1825 Mg öü initial.PNG 2mg öü1 medial.PNG2mg öü2 medial.PNG 3mg ouöü final.PNGMongol oe tail.jpg ö Ө Distinction suivant le contexte.
1826 Mg öü initial.PNG 2mg öü1 medial.PNG2mg öü2 medial.PNG 3mg ouöü final.PNGMongol oe tail.jpg ü Ү Distinction suivant le contexte.
1828 Mg n initial.png 2mg n1 medial.png[note 3]

2mg n2 medial.png[note 4]

3mg ae final.png3mg n2 final.png n Н Distinction entre la médiane et la finale a/e par la position dans la séquence des syllabes.
1829 2mg ng medial.png 3mg ng final.png ng Н, НГ Seulement à la fin des mots.
Transcrit le Tibétain ང ou le Sanskrit ङ.
182A Mg b initial.png 3mg ouöü final.PNG 3mg b1 final.png3mg b2 final.png b Б, В En mongol classique, "v" est uniquement utilisé pour transcrire des mots étrangers; la plupart des "B (V)" en cyrillique correspondent à des "Б (B)" en mongol classique.
182B Mg p initial.png 2mg p medial.png 3mg p final.png p П Seulement en début de mot.
Transcrit le tibétain པ;
182C Mg q initial.png 2mg q medial.png 3mg q final.png q Х Seulement avec des voyelles postérieures.
182D Mg gh initial.png 2mg gh1 medial.png 3mg gh1 final.png γ Г Seulement avec des voyelles postérieures.
Entre des voyelles prononcées longues en mongol oral[note 5]. La finale existe uniquement quand elle est suivie d'un a écrit détaché du mot.
 ?? Mg g initial.png 2mg g medial.png k Х Seulement avec des voyelles antérieures, mais 'ki/gi' peuvent apparaitre dans des mots avec des voyelles antérieures comme postérieures.
En finale, c'est toujours un g.

g entre des voyelles est prononcé long[note 6].

 ?? 3mg g final.png g Г
182E Mg m initial.png 2mg m medial.png 3mg m final.png m М
182F Mg l initial.png 2mg l medial.png 3mg l final.png l Л
1830 Mg s initial.png 2mg s medial.png 3mg s final.png s С
1831 Mg sh initial.png 2mg sh medial.png 3mg sh final.png š Ш
1832 Mg td initial.png 2mg td2 medial.png2mg td1 medial.png 3mg td final.png t Т Distinction suivant le contexte.
1833 Mg td initial.png 2mg td2 medial.png2mg td1 medial.png 3mg td final.png d Д Distinction suivant le contexte.
1834 Mg c initial.png 2mg c medial.png č Ч, Ц Distinction entre /tʃ'/ and /ts'/ en mongol Khalkha.
1835 Mg j initial.png 2mg j medial.png j Ж, З Distinction suivant le contexte en mongol Khalkha.
1836 Mg y initial.png 2mg y medial.png 3mg iy final.png y -Й, Е*, Ё*, Ю*, Я*
1837 Mg r initial.png 2mg r medial.png 3mg r final.png r Р Normalement, jamais placé au début des mots[note 7].
1838 Mg w initial.png 2mg w medial.png v В Pour transcrire des mots étrangers. (Normalement utilisé pour transcrire le Sanskrit व)
1839 Mg f initial.png 2mg f medial.png 3mg f final.png f Ф Pour transcrire des mots étrangers.
183A Mg k initial.png 2mg k medial.png 3mg k final.png К Pour transcrire des mots étrangers.
183C Mg ts initial.png 2mg ts medial.png (c) (ц) Pour transcrire des mots étrangers. (Normalement utilisé pour transcrire le Tibétain /ts'/ ཚ et le Sanskrit छ)
183D Mg z initial.png 2mg z medial.png (z) (з) Pour transcrire des mots étrangers. (Normalement utilisé pour transcrire le tibétain /dz/ ཛ et le sanskrit ज)
183E Mg h initial.png 2mg h medial.png (h) (г, х) Pour transcrire des mots étrangers. (Normalement utilisé pour transcrire le tibétain /h/ ཧ, ྷ et le sanskrit ह)
183F Mg ri initial.png (ř, zra) (-,-) zra Transcrit le 'ri' chinois - utilisé en Mongolie intérieure
1840 (lha)
1841 Mg zh initial.png (zh, zhi) (-,-) Transcrit le 'zhi' chinois - utilisé en Mongolie intérieure
1842 Mg ch initial.png (chi) (-,-) Transcrit le 'chi' chinois - utilisé en Mongolie intérieure
  1. Suit une consonne, la translittération latine est i.
  2. Suit une voyelle, la translittération latine est yi, avec de rares exceptions telles que naim (« huit ») ou Naiman.
  3. Caractère devant une syllabe (n-<voyelle>).
  4. Caractère à l'arrière d'une syllabe (<voyelle>-n).
  5. Exemples: qa-γ-an (khan) est raccourci à qaan sauf si c'est de la littérature classique. Quelques exceptions comme tsa-g-aan ("blanc") existent.
  6. Exemple: de-g-er est raccourci à deer. Des exceptions, comme ügüi ("non") existent.
  7. Pour transcrire des mots étrangers, on place souvent une voyelle. Русь (Russie) devient Oros.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (mn) « Цагаан толгой, тоо (зураг) » (consulté le 20 octobre 2014)
  2. (es) « Silabario Kalika » (consulté le 4 octobre 2014)
  3. (en) Peter Jackson, The Mongols and the Islamic World: From Conquest to Conversion, Cumberland, Yale University Press, (ISBN 9780300227284, OCLC 980834076, lire en ligne), p. 65
  4. a et b Нэг Монгол, « Хичээл №1 Үсгийн үндсэн зурлага, эгшиг үсэг » (cours d'écriture mongole, en mongol, sous licence Creative Commons.
  5. « 七个母音 »
  6. a et b (en) Luigi Kapaj (Gülügjab Tangghudai), « Writing Mongol in Uighur Script », sur viahistoria.com, 2002 (consulté le 19 septembre 2015)
  7. (en) « Mongol Bichig, or why Microsoft Internet Explorer is better than Firefox, Chrome and Opera » (consulté le 1er juin 1014).
  8. (en) « Mongol Bichig — A brief introduction to Mongol bichig ».
  9. (mn) « Firefox-т Монгол бичиг дэмжигджээ », sur Mongol-bichig.com.
  10. MonTeX.
  11. Standard Unicode, version 4.1, « Mongol - Intervalle : 1800-18AF » [PDF] (consulté le 20 mars 2007).
  12. (mn) « Mongol Tolbo », sur Mongol Tolbo
  13. (en) « RPM OpenSuSE mongolian-fonts 2011.11 noarch rpm »
  14. (en) « montex – Mongolian LaTeX », sur ctan.org
  15. https://play.google.com/store/apps/details?id=kl.ime.oh&hl=en
  16. (en) « Google Noto Fonts », sur Google
  17. https://play.google.com/store/apps/details?id=com.zuga.im&hl=en
  18. https://itunes.apple.com/us/app/bainu/id946920834?mt=8

Liens externes[modifier | modifier le code]

Fontes et outils[modifier | modifier le code]

(zh) « 炎黄字库 », sur linuxsir.org (dépôt de fontes Yanhuang (zh)) fonte chinoise et méthode d'entrée chinoise libres comportant à la fois les hanzi et le mongol bitchig.
(mn) « Unsen-sambar », sur unsen-sambar.com - site permettant la saisie de texte en mongol bichig sur la majorité des navigateurs, grâce à l'utilisation de JavaScript (en HTML5).
(mn-Mong) (zh) (ja) (en) « Fontes mongoles bitchig et dictionnaire mongol bichig ⇔ chinois (pour Android et iOS) », sur mongolfont.com
« cms.zip » fontes pour le système CMs, ne fonctionnera pas avec les textes en Unicode.
(en) « Proposal to encode five Mongolian head marks », sur unicode.org - intégration des signes de ponctuation dans la norme Unicode du birga.
(en) « MonTeX », sur ctan.org - extension à TeX, permettant d'y utiliser les différentes écritures mongoles, contient des fontes pour le mongol, le mandchou et d'autres écritures utilisant l'alphabet ouïghour.
(zh) (en) « How to Create a Custom Input Method Editor in Linux » - moyen d'intégrer une méthode mongol bichig dans ibus (système de méthode de saisie des langues complexes sous X11 (UNIX/linux/BSD...)).
(zh) (mn) « 内蒙古启言蒙汉语信息网 », sur Qiyanwang.com — site bilingue chinois mongol pour l'apprentissage du mongol traditionnel.