Nüshu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nüshu
Image illustrative de l'article Nüshu
« Nǚshū » en écriture nüshu
Caractéristiques
Type Syllabaire
Langue(s) Mandarin ; utilisé dans le district de Jiangyong en Chine, exclusivement par les femmes
Direction Haut en bas
Historique
Époque XVe siècle - 2004
Codage
ISO 15924 Nshu

Le nüshu (chinois simplifié : 女书 ; chinois traditionnel : 女書 ; pinyin : Nǚshū ; Wade : Nü³shu¹ ; EFEO : Nuchu) (« écriture des femmes ») était un système d'écriture exclusivement utilisé par les femmes du district de Jiangyong, dans la province du Hunan en Chine. L'usage de cette écriture a récemment pris fin : de Yang Huanyi, la dernière femme sachant l'utiliser, est morte le .

Contrairement à ce qui a été régulièrement dit dans les médias après la mort de Yang Huanyi, le nüshu n'est pas une langue, mais une façon d'écrire le dialecte local tǔhuà (chinois simplifié :  ; chinois traditionnel : 土話 ; pinyin : Sháozhōu tǔhuà) de façon incompréhensible aux hommes qui ne l'ont pas apprise. Il constitue un syllabaire de sept cents graphèmes environ, certains librement inspirés des caractères chinois habituels, d'autres entièrement inventés.

Il y a peu d'écrits en nüshu car les manuscrits étaient brûlés ou enterrés avec leurs auteurs. Un dictionnaire de mille huit cents caractères nüshu, incluant de très nombreuses variantes, est publié en 2002 par Zhou Shuoyi (周硕沂 / 周碩沂 / Zhōu Shuòyí), le premier homme à avoir appris le nüshu. Un comité de rédaction du Centre Culturel Nushu de l’Université des Ethnies du Zhongnan s'est assigné la mission de collecter les œuvres dispersées et de rédiger une collection d'études, y compris les manuscrits et leur documentation[1]. Une exposition a eu lieu à Pékin en avril 2004, montrant des écrits ainsi que des mouchoirs, tabliers, écharpes et autres objets décorés avec des calligraphies en nüshu.

Une pierre en granit sur laquelle seraient gravés des caractères nüshu a été découverte en 2015 sur un pont vieux de plus de 800 ans à Luhung (芦洪) dans le district de Dong’an (东安县) au Hunan, ce qui soulève de nouvelles questions[2].

L’apprentissage du nüshu connait un certain renouveau, non plus pour communiquer entre femmes, mais en vue d’une exploitation touristique commerciale[3].


Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Hunan protège le Nüshu, un ≪ code secret ≫ féminin, contre la disparition, Le quotidien du Peuple, 1er avril 2002.
  2. 湖南东安发现珍贵碑刻女书 Guangming Online, 26 Sept. 2015.
  3. Watts, Jon The forbidden tongue, The Guardian, 23 September 2005.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Raphaël Jacquet, « Le nüshu: une forme de sous-culture féminine », Perspectives chinoises, année 1992, vol. 3, n° 3, ps 37-39. [lire en ligne]

Ilaria Maria Sala, « Le Nüshu, signes de femmes du Hunan méridional », Perspectives chinoises, année 1995, vol. 30, n° 30, ps 53-60. [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]