Alphabet arménien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Arménien
Image illustrative de l'article Alphabet arménien
Exemple d'écriture en alphabet arménien
Caractéristiques
Type Alphabet bicaméral
Langue(s) Arménien
Direction Gauche à droite
Historique
Époque 405 à nos jours
Système(s) parent(s) Protocananéen

 Phénicien
  Grec
   Arménien

Système(s) apparenté(s) Cyrillique, copte, latin
Codage
Unicode U+0530 à U+058F
U+FB13 à U+FB17
ISO 15924 Armn

L’alphabet arménien est l’alphabet utilisé pour écrire l’arménien.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'alphabet arménien compte trente-huit caractères (trente-six à l'origine, trente-huit dès le XIIIe siècle)[1]. Comme l'alphabet grec duquel il serait en partie inspiré, il fait partie des écritures bicamérales (il possède des minuscules et des capitales)[2].

L'arménien fait partie des langues indo-européennes[3]. Il est parlé en Arménie et par les communautés arméniennes du monde entier ; on distingue l'arménien oriental, celui généralement parlé en Arménie, et l'arménien occidental, qui est en déclin[4].

Historique[modifier | modifier le code]

L'alphabet arménien a été créé en 405 par saint Mesrop Machtots[5]. Il permit ainsi à l'arménien de devenir une langue écrite, le grabar. La Bible fut le premier texte à être traduit en grabar[6].

Alphabet[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant donne le détail de l'alphabet arménien. Chaque lettre voit préciser sa graphie capitale et bas-de-casse, ainsi que son nom en arménien (et la prononciation de celui-ci), sa prononciation, sa translittération usuelle et sa valeur numérique.

Lettre Nom Prononciation Translit. Valeur
numérique
Capitale Bas-de-casse Graphie
arménienne
Arm.
classique
Arm.
oriental
Arm.
occidental
Arm.
classique
Arm.
oriental
Arm.
occidental
ISO 9985 / Hübschmann-Meillet / BGN-PCGN
Ա ա այբ [aɪb]
Ayb
[aɪpʰ]
Ayp
[ɑ] a 1
Բ բ բեն [bɛn]
Ben
[pʰɛn]
P'en
[b] [pʰ] b 2
Գ գ գիմ [gim]
Gim
[kʰim]
K'im
[g] [kʰ] g 3
Դ դ դա [dɑ]
Da
[tʰɑ]
T'a
[d] [tʰ] d 4
Ե ե եչ [jɛtʃʰ]
Yech'
[ɛ], initialement [jɛ] e / e / e - ye 5
Զ զ զա [zɑ]
Za
[z] z 6
Է է է [ɛː] [ɛ]
Eh
[ɛː]
Eh
[ɛ] ē / ê / e 7
Ը ը ըթ [ətʰ]
Ët'
[ə] ë / ə / y 8
Թ թ թո [tʰo]
T'o
[tʰ] t’ / t῾ / t’ 9
Ժ ժ ժե [ʒɛː]
Zhe
[ʒɛ]
Zhe
[ʒ] ž / ž / zh 10
Ի ի ինի [i]
Ini
[i] i 20
Լ լ լիւն [lʏn]
Liun
[l] l 30
Խ խ խե [χɛː]
Kheh
[xɛ]
Kheh
[x] x / x / kh 40
Ծ ծ ծա [tsɑ]
Tsa
[tsʼɑ]
Tsa
[dzɑ]
Dza
[ts] [tsʼ] [dz] ç / c / ts 50
Կ կ կեն [kɛn]
Ken
[kʼɛn]
Ken
[gɛn]
Gen
[k] [kʼ] [g] k 60
Հ հ հո [ho]
Ho
[h] h 70
Ձ ձ ձա [dzɑ]
Dza
[tsʰɑ]
Ts'a
[dz] [tsʰ] j / j / dz 80
Ղ ղ ղատ [ɮɑt]
Ghat
[ʁɑtʼ]
Ghat
[ʁɑd]
Ghad
[ɮ] [ʁ] ġ / ł / gh 90
Ճ ճ ճե [tʃɛː]
Cheh
[tʃʼɛ]
Cheh
[ʤɛ]
Jeh
[tʃ] [tʃʼ] [ʤ] č̣/ č / ch 100
Մ մ մեն [mɛn]
Men
[m] m 200
Յ յ յի [ji]
Yi
[hi]
Hi
[j] [h], [j] y / y / y - h 300
Ն ն նու [nu]
Nu
[n] n 400
Շ շ շա [ʃɑ]
Sha
[ʃ] š / š / sh 500
Ո ո ո [o]
O
[vo]
Vo
[o], initialement [vo] o / o / o - vo 600
Չ չ չա [tʃʰɑ]
Ch'a
[tʃʰ] č / č῾ / ch’ 700
Պ պ պե [pɛː]
Peh
[pʼɛ]
Peh
[bɛ]
Beh
[p] [pʼ] [b] p 800
Ջ ջ ջե [ʤɛː]
Jheh
[ʤɛ]
Jheh
[tʃʰɛ]
Cheh
[ʤ] [tʃʰ] ǰ / ǰ / j 900
Ռ ռ ռա [ŕɑ]
Ṙa
[ɾ́ɑ]
Ṙa
[ŕ] [ɾ́] ṙ/r̄/ rr 1000
Ս ս սե [sɛː]
Seh
[sɛ]
Seh
[s] s 2000
Վ վ վեվ [vɛv]
Vew
[v] v 3000
Տ տ տիւն [tʏn]
Tin
[tʼʏn]
Tiun
[dʏn]
Diun
[t] [tʼ] [d] t 4000
Ր ր րե [ɹɛː]
Reh
[ɹɛ]
Reh
[ɾɛ]
Reh
[ɹ] [ɾ] r 5000
Ց ց ցո [tsʰo]
C'o
[tsʰ] c’ / c῾ / ts’ 6000
Ւ ւ հիւն [hʏn]
Hiun
[u] [u] w 7000
Փ փ փիւր [pʰʏɹ]
P'iur
[pʰʏɾ]
P'iur
[pʰ] p’ / p῾ / p’ 8000
Ք ք քե [kʰɛː]
K'eh
[kʰɛ]
K'eh
[kʰ] k’ / k῾ / k’ 9000
Lettres ajoutées au XIIIe siècle
Օ օ օ [o]
Oh
[o] ò / ô / o
Ֆ ֆ ֆե [fɛː]
Feh
[fɛ]
Feh
[f] f
Digraphes et ligatures
ՈՒ ու ow / u / u
և ew / ev / ev - yev

Ponctuation et diacritiques[modifier | modifier le code]

Caractère Nom Signification
Ligature և Ech` wiwn Équivalent à l'esperluette
Diacritiques ՙ Modificateur demi-anneau gauche
՚ Modificateur demi-anneau droit
՛ Shesht Marque d'emphase de modificateur
Ponctuation ՜ Bac`aganch`akan nshan Marque d'exclamation
՝ Bowt` Équivalent à la virgule
՞ Harc`akan nshan Marque d'interrogation
՟ Pativ Marque d'abréviation
։ Verjhaket Marque de fin de phrase
֊ Ent`amnay Équivalent au trait d'union

Le mot pativ est la version orientale du mot badiv. Le badiv est une notation spécifique de l’arménien classique qui ressemble à un trait horizontal placé au-dessus d’un mot ou d’une partie de mot. Il signifie que le mot a été abrégé. Le mot arménien badiv պատիւ se traduit par « honneur ».

Graphisme de l'écriture[modifier | modifier le code]

Initialement, l’alphabet était formé d’une seule série de lettres de type oncial (erkathagir), qui sont par la suite devenues les majuscules de l’alphabet moderne. Ces dernières, également appelées lettres de fer sont aujourd’hui complétées par une série de minuscules (bolorgir ou lettres rondes).

Vers la fin du moyen âge apparut une écriture cursive (notrgir), en usage en typographie et qui fit le même usage que notre italique. Cette écriture, aujourd’hui dépassée, est remplacée par un autre caractère d’aspect droit (aramian du nom de son créateur).

Le bolorgir, quant à lui, a évolué pour devenir plus aisé à lire, mais a conservé son aspect penché.

Unicode[modifier | modifier le code]

Le standard Unicode utilise les caractères U+0530 à U+058F pour coder l'alphabet arménien[7].


PDF : fr en
 v · d · m 
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
A
B
C
D
E
F
053
 
Ա
Բ
Գ
Դ
Ե
Զ
Է
Ը
Թ
Ժ
Ի
Լ
Խ
Ծ
Կ
054
Հ
Ձ
Ղ
Ճ
Մ
Յ
Ն
Շ
Ո
Չ
Պ
Ջ
Ռ
Ս
Վ
Տ
055
Ր
Ց
Ւ
Փ
Ք
Օ
Ֆ
 
ՙ
՚
՛
՜
՝
՞
՟
056
 
ա
բ
գ
դ
ե
զ
է
ը
թ
ժ
ի
լ
խ
ծ
կ
057
հ
ձ
ղ
ճ
մ
յ
ն
շ
ո
չ
պ
ջ
ռ
ս
վ
տ
058
ր
ց
ւ
փ
ք
օ
ֆ
և
 
։
֊
 
֍
֎
֏

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annie Vernay-Nouri, Livres d'Arménie — Collections de la Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque nationale de France, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7177-2375-5), p. 26.
  2. « L'alphabet arménien », sur Typographie & Civilisation (consulté le 26 juin 2009).
  3. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007 (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 48.
  4. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 50.
  5. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 180.
  6. Gérard Dédéyan (dir.), op. cit., p. 49.
  7. (en) Richard Gillam, Unicode demystified: a practical programmer's guide to the encoding standard, Addison Wesley, 2002 (ISBN 978-0-201-70052-7), p. 250

Voir aussi[modifier | modifier le code]