Syllabaire chypro-minoen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syllabaire chypro-minoen ou cypro-minoen (abrégé en CM), ou linéaire C, est un système d'écriture syllabique non encore déchiffré qui fut en usage sur l'île de Chypre à la fin de l'âge du bronze (vers 1550-1050 av. J.-C.). Le terme « chypro-minoen » fut forgé par Sir Arthur John Evans en 1909 en raison de la ressemblance visuelle de cette écriture avec le Linéaire A de la Crète minoenne, dont on pense que provient le syllabaire chypro-minoen. Environ 250 objets portant des inscriptions chypro-minoennes ont été trouvés, dont des tablettes d'argile, des supports de bougies votives, des cylindres et des boules d'argile. Les découvertes ont été faites lors de diverses fouilles à Chypre et ses environs, ainsi que dans la ville ancienne d'Ougarit sur la côte syrienne.

Les inscriptions sont classées par Émilia Masson en quatre groupes étroitement liés[1] : le CM archaïque, le CM 1 (également connu sous le nom de Linéaire C), le CM 2 et le CM 3, bien que les avis divergent quant à cette classification[2]. On ne sait que très peu de choses des origines de cette écriture, ou du type de langue qu'elle notait. Pourtant, son usage a perduré jusqu'aux débuts de l'Âge du fer, époque à laquelle il se prolonge dans le syllabaire chypriote, lequel note du grec ancien et a été déchiffré.

Tablette chypro-minoenne d'Enkomi au musée du Louvre.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masson.
  2. Palaima p. 121.

Bibliographie[modifier | modifier le code]