Afaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les syllabes kwa mi ka ga mi en Afaka.

Syllabaire de 56 signes inventé par Afaka Atumisi (ou Atoemoesi), un Djuka (membre d'une communauté d'esclaves échappés au Surinam) pour transcrire la langue ndyuka[1]. Cette écriture lui serait apparue en songe en 1910 lors du passage de la comète de Halley.

Nommée aussi écriture Djuka ou paramaribo, cette écriture viendrait en fait du Liberia[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goury, Laurence. Le ndyuka: une langue créole du Surinam et de Guyane française, L'Harmattan, 2003, p.21-27. Voir aussi du même auteur, "L'écrit en Guyane : enjeux linguistiques et pratiques sociales" in Pratiques et représentations linguistiques en Guyane : regards croisés, IRD, 2008, p.73-86. Cet article est accessible en ligne sur HAL
  2. Battestini, Somon. Ecriture et texte : contribution africaine. Presses de L'université de Laval, 2007, p.307

Liens externes[modifier | modifier le code]