Stylo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la caméra faux stylo, voir paluche (caméra). Pour la chanson de Gorillaz, voir Stylo (chanson).
Stylo
Many colored pens.jpg
Assortiment de stylos dans un magasin.
Type
Matériel d'écriture (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Caractéristiques
Matériau
Utilisation
Usage

Le stylo Écouter (apocope de stylographe) est un outil, généralement de forme allongée facilitant sa préhension, qui sert à écrire ou à dessiner. Ayant l'avantage de posséder son propre réservoir d'encre, il a progressivement remplacé le porte-plume. Le mot est attesté en Grande-Bretagne dès 1882 mais ne fut utilisé en France qu'à partir de 1907. Il ne figure cependant pas encore dans le Larousse élémentaire illustré de 1918. On parlait plus couramment à l'époque de « porte-plume réservoir », « plume à réservoir » ou « plume-réservoir »[1].

Au fil des années, plusieurs modèles ont reçu ce nom :

Le stylo sert aussi d'outil en jonglerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Geste scriptural

À l'origine, les tablettes sont gravées avec un roseau ou un burin. Le premier outil que l'on pourrait rapprocher du stylo est le calame constitué d'un roseau taillé dans lequel l'encre s'écoule le long d'une petite fente. Les Égyptiens utilisent un stylet en cuivre pour marquer l'argile tandis que les Romains privilégient le stylet en bronze[2].

Au Moyen Âge, la plume d'oie, utilisée dès le IVe siècle sur du papyrus, lui est progressivement substituée par les moines copistes. La plume d'oie (ou d'autres oiseaux, selon l'usage qui en est fait : cygne, dinde, canard, corbeau) avec lesquelles les moines copistes du Moyen Âge écrivaient sur leur parchemin mais aussi les écrivains jusqu'au début du XIXe siècle) devient l'instrument d'écriture le plus courant.

Léonard de Vinci dessine en 1508 dans son Codex Atlanticus des stylos à plume métallique avec des réservoirs cylindriques d'encre[3]. En 1636, Daniel Schwenter dans son Delicia Physic-Mathematicae, décrit un stylo fait de deux plumes, une plume servant de réservoir pour l'encre de l'autre plume. Au XVIIe siècle, le stylo est appelé « plume sans fin », « plume-perpétuelle » ou « plume éternelle »[1].

À la fin du XIXe siècle, la plume d'oie est remplacée par la plume métallique. Avec son porte-plume, la plume métallique dont la plus connue en France est la plume Sergent-Major se diffuse dans les écoles. Le stylo a ensuite continué à évoluer techniquement : il voit le jour sous le nom original de porte plume portable en 1827, inventé par le roumain Petrache Poenaru, qui a déposé son brevet à Paris, ensuite le problème du réservoir d'encre est résolu partiellement par Waterman qui met au point en 1884 le premier stylo-plume à encre à réservoir intégré. En 1895, Parker innove avec le Lucky Curve (conduit courbe qui rend le débit de l'encre régulier), le stylo enfin propre. Jusqu'ici en ébonite puis en plastique, les stylos de la marque Sheaffer concurrencent les Parker dans les années 1920 en habillant leur produit en matériau précieux (filigree argent, or)[4].

Le stylomine et le stylographe 303 sont inventés par Yves Zuber en 1925.

Après sa mise au point en 1938, la diffusion massive du stylo-bille dès 1952 a fortement démocratisé l'utilisation du stylo. Il est autorisé dans les écoles françaises dès 1965. Le gros Bic 4 couleurs est quant à lui mis au point en 1970.

Il existe de nombreux modèles de stylos adaptés à différents usages : écriture, mais aussi dessin, calligraphie, utilisant des formes de plumes spécifiques.

Principales marques de stylos[modifier | modifier le code]

Un stylo à bille de luxe

Stylo de légende[modifier | modifier le code]

Collectionneurs[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un collectionneur de stylo peut avoir plusieurs appellations, suivant le style de stylos qu'il choisit de collectionner.

Ainsi, un collectionneur de stylos à bille sera un stylobiliaphile. De stylos à image mobile un stylumobilophile. De stylos et porte plumes un stylographile.

Enfin, et ce sont les plus nombreux, ceux qui collectionnent les stylos publicitaires sont des stylopubligraphiles.

Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, le mot "stylo" est exclusivement employé pour désigner un stylo-plume. Un stylo-bille est systématiquement appelé "bic" en usage courant. Dans la même logique, un stylo-feutre sera simplement appelé "marqueur" ou "feutre".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Haury, Jean-Pierre Lacroux, Une Affaire de stylos, éd. Seghers, 1990 « 232103455 », 198 p.
  2. Gilles Guilleron, Écrire Pour les Nuls, First éditions, , p. 186.
  3. (en) Martin Kemp, Leonardo Da Vinci, Princeton University Press, , p. 198.
  4. (en) Stuart Schneider, George Fischler, The Book of Fountain Pens and Pencils, Schiffer Pub., , p. 125.