Alphabet consonantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

Un alphabet consonantique est un alphabet ne notant que des consonnes (ou principalement celles-ci), à l'instar de l'arabe ou de l'hébreu[1].

Les voyelles des mots ne sont rendues qu'à la lecture ou bien par des signes auxiliaires d'emploi rare, principalement des diacritiques. Dans ce cas, les auxiliaires de lecture ne sont utilisés que dans des textes pédagogiques voire religieux (domaine dans lequel on ajoute aussi des signes de cantillation). On parle donc pour de tels systèmes d'écriture d'une scriptio defectiva, « écriture défective » : la graphie est en effet la plupart du temps incomplète et nécessite du lecteur qu'il connaisse déjà un mot donné pour le lire correctement.

La majorité des écritures notant des langues sémitiques sont des alphabets consonantiques, pour des raisons liées à la structure morphophonologique de ces langues (racines trilitères), dans lesquelles il est possible, en connaissant les règles de grammaire idoines, de déduire la place et le timbre des voyelles. Les voyelles longues sont cependant souvent notées au moyen de matres lectionis (consonnes jouant un rôle vocalique).

Itamar Ben-Avi, premier locuteur natif d'hébreu moderne et fils de Eliezer Ben-Yehuda, proposa, sans succès, un alphabet romanisé de l’hébreu[2].

Dans les alphabets consonantiques, il est fréquent que les lettres changent plus ou moins de forme selon leur place dans le mot[3].

Liste des principaux alphabets consonantiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces deux alphabets peuvent cependant intégrer des voyelles, comme respectivement en xiao'erjing ou en yiddish
  2. The charismatic alphabet
  3. Consulter l'article « Variante contextuelle » pour plus de détails.