Marcel Rouff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Rouff
Image dans Infobox.
Photo de Marcel Rouff, par Françoise Colin.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Suisse
Française (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
Jules Rouff (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Influencé par

Marcel Rouff, né à Carouge, le et mort à Paris le , est un écrivain poète, historien, biographe, romancier et essayiste suisse qui vécut à plusieurs reprises à Paris, et notamment au 8, boulevard Émile-Augier de 1920 à sa mort[1],[2]. Il fut nationalisé français en 1930 tout en conservant sa citoyenneté genevoise[3]. La postérité le connaît pour son roman La Vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, plusieurs fois réédité, mis en images, en bande dessinée, en particulier le chapitre Dodin-Bouffant, un pot au feu et une altesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'éditeur Jules Rouff et de Camille Veil son épouse, Marcel Rouff quitte la communauté juive genevoise à l'âge de six mois pour leur appartement parisien. Il fut élève de l'école Monge (devenue Lycée Carnot en 1894) avant de poursuivre des études de lettres à la Sorbonne.

C'est là qu'il rencontre Curnonsky pour qui il aura une amitié durable, avec qui il écrira La France Gastronomique, un des premiers guide touristique et gastronomique. Curnonsky est le personnage central de son roman Guinoiseau, ou le Moyen de ne pas parvenir (1926). Ils fondèrent ensemble l'Académie des gastronomes (1928) dont il occupait le 3éme fauteuil Honoré de Balzac[4],[5]. Ses premières publications sont des recueils de poésie, suivent sa thèse de doctorat sous l'influence de Jean Jaures dont il est proche: Les Mines de charbon en France au XVIIIe siècle puis une thèse complémentaire Tubeuf, un grand industriel français au XVIIIe siècle (1922). C'est lors de ses séjours d'étude dans le bassin de Decazeville qu'il rencontre Juliette Bloch-Tréfousse qu'il épouse en 1911. Ils eurent deux enfants : Nicole (1913) et Jean-Jacques (1916, année où il regagne la Suisse jusqu'en 1920). Pendant la guerre, il rédige des chroniques pour la Tribune de Genève, dont il restera correspondant de retour à Paris [6]. Suivront de nombreux romans, nouvelles, mais aussi des biographies: une évocation de la vie d'Hortense Schneider, une volumineuse Vie de Chateaubriand (1929) et un roman sur le thème de sa passion pour l'alpinisme: L'homme et la Montagne (1925). Ce livre plein de descriptions fabuleuses des Alpes a également une dimension autobiographique: le personnage principal, guide de montagne, est amoureux d'un fille de Chamonix (Catherine Vidonne) qui ne rêve que de quitter sa vallée pour Paris, ce qu'elle fera, le laissant seul à sa passion pour la montagne. L'épouse française de Marcel Rouff aurait été à l'origine de leur retour à Paris en 1920[3].

Marcel Rouff était un homme parfois contradictoire, comme son coiffeur Lefrisol (Le Grand Léonard) «ses aspirations à l'esprit libre,... l'entrainaient vers les plus extrêmes partis de gauche. Mais, d'autre part, son goût pour le distingué, le comme il faut... l'éloignait de la plèbe... il fréquentait le leader des royalistes... il finissait par déposer dans l'urne un bulletin blanc»[7]. Curieux du monde (il visite entre 1896 et 1910 l'Europe, l'Amérique du Nord, le Proche et le Moyen Orient, et la Chine[3]) il reste ardemment nationaliste et francophile. Amateur de montagne et de campagne, il adore la vie parisienne, fréquente des artistes, des hommes de lettres, des politiques, des éditeurs et de nombreux gastronomes.

Son plat préféré, pour le moins qui revient les plus souvent dans ses romans, est la poularde à la crème (Premier plat principal du premier service du repas du Prince[8]), devenue poularde Marcel Rouff en 1928[9]. Il aime les vins de Bourgogne et de Loire[3]. Sa gastronomie est fortement teintée de régionalisme, du goût du terroir, de recettes locales. Il fut un gros mangeur, il fumait beaucoup (membre de La Pipe, où on chante au dessert avant de fumer une pipe[10]), il est mort d'un cancer de la gorge à 58 ans. Il repose au cimetière de Sèvres, son piolet à ses côtés, sous une pesante dalle de granit des Alpes[3]. A sa demande on lut devant elle quelques pages de la Profession de foi du Vicaire savoyard[11].

Dodin-Bouffant[modifier | modifier le code]

Adèle sert le pot au feu Dodin-Bouffant, illustration de Joseph Hemard dans l'édition 1924.

Genèse du texte[modifier | modifier le code]

La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet (1920, puis 1924 sous sa version complète et corrigée, la première édition avait été allégée pour cause de pénurie de papier [12]), raconte sous une forme humoristique, la vie d'un gastronome passionné. Il serait notamment inspiré de Camille Cerf, fondateur de l'Académie du Gout, impitoyable pour la sélection de ses convives, méticuleux organisateur de ses repas structurés en 4 temps et de sa salle à manger, stoïque mais présent à table pendant sa maladie [13],[14], de Lucien Tendret, et des grands gastronomes français du XIXe siècle à qui il fait référence (La Reynière avait admis dans ses dîners un abbé Dodin, gourmand délicat, dont Cadet de Gassicourt écrira l'histoire)[15],[16]. Dodin s'est incarné au cours des périples provinciaux de Rouff avec Curnonsky qui va jusqu'à écrire «l'an dernier (1920), nous fîmes, Marcel Rouff et moi, avec notre ami Dodin-Bouffant, un premier voyage d'études préliminaires en Aunis et Saintonge...» [17]. La première édition à tirage restreint est rapidement introuvable, Dodin se fait une notoriété chez les gastronomes, Curnonsky écrit à propos de la seconde édition (1924) «comme Les Sonnets de Heredia, ou Les Lettres de Mme de Sévigné ce livre unique connu la fortune d'être célèbre avant d'être publié...» [18].

Le gastronome idéalisé[modifier | modifier le code]

La rare édition 1920 de Dodin-Bouffant ci-dessus comprend la justification et 4 chapitres dont le Pot au feu, l’édition 1924 est augmentée des chapitres : le 4e Apôtre, Pauline d’Aizery, La Crise, chez les Barbares, Retour et Serment.

Dodin-Bouffant est un magistrat retraité qui, dans sa demeure de Belley, voue sa vie à la gastronomie élevée au niveau des arts majeurs. Il a réuni un petit cénacle de quatre amateurs («natures d'élite, dont la sincérité fut aussi haute que l'érudition, la faculté de sentir aussi développée que la délicatesse du goût») qui se retrouvent pour un dîner le mardi soir dans la salle à manger du maître.

Dans le premier chapitre, Dodin perd d'un accident vasculaire sa cuisinière (et maîtresse) Eugénie Chatagne, il ne la remplacera qu'au terme de longues recherches par une paysanne bressane, Adèle Pidou, qui lui fait vivre «des jours doux et parfumés, une abondance de délices sous le charme de repas attendrissants dont chacun était une allégresse nouvelle»... Ayant accepté l'invitation du Prince d'Eurasie (aristocrate qu'on retrouve dans Guinoiseau) il subit un repas prétentieux et «sans lumière» [8]. Il décide d'inviter le prince en retour pour un repas qu'il compose «simple et concis» de «4 petits plats» dont le principal est un pot au feu et le menu (servi dans une «porcelaine de vieux Nyon à petites fleurs bleues»): «Les friandises avant le potage, le potage Adèle Pidou, les fritures de Brillat-Savarin, le pot-au-feu Dodin-Bouffant paré de ses légumes, la purée Soubise, les desserts, vins blancs de coteaux de Dézaley et de Château-Grillet, rouges de Chateauneuf-du-Pape, de Ségur et de Chambolle... C’était tout».

Les convives éprouvent une très profonde déception à entendre le menu, «à cet instant l'anxiété plana sur les êtres et sur les choses où ceux qui vivent souhaitent que la terre s’entrouvre tout à coup et les engloutissent». Suit un chapitre de description épique du fabuleux repas et du pot au feu «prodigieusement imposant» dont la vision provoque chez les convives «plusieurs minutes de réel ahurissement» puis des réactions d'admiration sans bornes. Le Prince cherche par la suite à engager Adèle, manœuvre que Dodin déjoue... en l'épousant.

Caricature féroce d'Adéle Pidou dans un article de Curnonsky à propos de la sortie de l'édition augmentée 1924 (Comœdia du 24 mai)

Non que l'envie ne lui en manque, il reste fidèle à Adèle lors d'un déjeuner en tête à tête avec Pauline d'Aizeri, donnant priorité aux canetons rôtis. Dans les derniers chapitres, atteint de goutte et de coliques néphrétiques, le couple Dodin compose une époustouflante diète de poisson (régime sans viande) et subit le supplice d'une cure d'eau à Baden-Baden[1]. Le livre se termine par le serment «achevons nos existences dans le culte de la chère et dans la joie de notre foyer... il avait pris par dessus la table les mains d'Adèle, comme s'il lui demandait ce serment sur le souvenir du gâteau merveilleux de foies blonds et sur les nobles bouteilles vides» [19].

Comme dans La France gastronomique ou d'autres romans le texte est parsemé de recettes mythiques de la vieille cuisine du XVIIIéme siècle et de descriptions de prodigieux vins. La recette des pâtés à la Choisy de Menon (Les Soupers de la Cour, 1755 [20]) - qui rappelle le gout de Rouff pour le perdreau et sa profonde connaissance de la littérature gastronomique[21] - servi lors de l'admission du 4e membre du cénacle est souvent citée: «sur son assiette on dépose le premier pâté à la Choisi qui se fait, comme chacun sait, de perdrix désossées qu'on a farcies de leurs carcasses (pilées avec les foies), de truffes, de menu lard et des épices ordinaires, perdrix qu'on a enrobées de foies gras dégorgés et blanchis, lardés d'anchois frais, et qu'on fait cuire dans une pâte légère en les nourrissant d'un bon beurre et baptisant la fin de la cuisson d'un demi-verre de vieille eau de vie. Cet entremet plus qu'honorable ... ne s’accommode parfaitement que d'un vieux vin de Saint-Gilles à demi capiteux, doté par un âge respectable d'une générosité qui n'est jamais le fait de la jeunesse et d'une chaleur tempérée, déjà empreinte de crépuscule»[3],[1].

(avec le pot au feu) «le Chambolle recélait dans son sang d'or rose assez de ressources pour que le palais y put trouver à temps le ton nécessaire, la note indispensable»[22]

Le pot au feu Dodin-Bouffant[modifier | modifier le code]

Le pot au feu proprement dit est décrit en un unique paragraphe précédé et suivi des réactions de convives[23]. « Trifouille était pris d'un saisissement panique devant tant de génie ... »

« La pièce de bœuf — dont la chair fine était brisante et friable — était frottée de salpêtre, salée, parfumée d'estragon et piquée de quelques cubes de lard... Ces tranches s'appuyaient mollement sur un oreiller de saucisson de porc, de veau haché assez gros, d'herbes, de thym et de cerfeuil, cuit dans le même bouillon que le bœuf... Elles-mêmes soutenues par une ample découpade de poularde (nourrie de pain trempé dans du lait) bouillie avec un jarret de veau... qui reposait à leur tour sur une confortable couche de foie d'oie frais simplement cuit au Chambertin. Cette superposition formait des parts marquées par un enveloppement de légumes cuits dans le bouillon et passés au beurre. Le tout accompagné d'un Chambolle-Musigny nuancé, complexe et complet. »

Le prince allait pouvoir raconter dans les cours royales « qu'il avait dégusté le plus prodigieux pot au feu qu'on puisse imaginer »[24].

Dodin goutteux en cure d'eau à Baden-Baden, illustration de Joseph Hemard dans l'édition 1924.

Postérité[modifier | modifier le code]

Des conférences et articles de presse gastronomique sont signées du pseudonyme Dodin-Bouffant dès avant la seconde édition dans le Mercure de France (1921, 24)[25],[26],[27]. En 1923, une repas de réception est organisé au Salon d'Automne par Austin de Croze et le Dodin journaliste, les invités y meurent de faim, d'où la lettre signée Alexandre Dodin-Jeuneur que recevra le Dodin du Mercure[28],[29].

En 1924, le repas du Prince fut répliqué à l'identique, l'ayant appris Camille Cerf fait réaliser le pot au feu et convie Marcel Rouff à le manger, «je tremblais un peu avant, et bien c'était excellent» dit-il[30],[31]. Le banquier Paul Dreyfus-Roze qui habitait un des hôtels des Maréchaux, place de l'Etoile, fait cuisiner à son tour le Pôt au Feu qu'il déguste avec Marcel Rouff, d'après Gaston Derys, Marcel Rouff aurait dit: « Bien qu'il en coute à ma modestie, je dois avouer que ce fut délicieux »[32].

En 1926 Jacques Brindejont-Offenbach écrit une pièce en quatre actes, Dodin-Bouffant, d'après le roman[33]. Il a existé un restaurant Dodin-Bouffant en 1937, dans les Jardins du Pavillon de l'Ile de France à l'Exposition Internationale des Arts et Techniques[34],[35].

Après guerre, le pot au feu Dodin-Bouffant en quatre services d'Alexandre Dumaine, à Saulieu, est apprécié du prince Rainier et de Grace Kelly, du président Vincent Auriol et du Maréchal Juin[36]. Il est au menu de Maxim's en 1962. Dans les années 1970, le Fouquet's servait un pot-au-feu royal de Dodin-Bouffant en trois services et douze plats[37]. Jean Barnagaud chez Prunier l'aurait exécuté deux fois en 1970 selon Robert J. Courtine[38].

Une adaptation télévisée du roman par Jean Ferniot et Michel Philippe-Gérard est réalisée par Edmond Tiborovsky en 1973[39],[40],[41]. Marc Dudicourt interprétait Dodin et Gilette Barbier Adèle [42].

En 1974, à Boston le restaurant Dodin-Bouffant de Karen et Robert Pritsker connaît le succès[43]. En 1978, le chef Jacques Manière (1923-1991) ouvre à Paris 24, rue Frédéric-Sauton, 5e le restaurant Dodin-Bouffant[44],[21],[45]. Il y met au point une carte inspirée des pages de Marcel Rouff; outre une adaptation tout de même allégée du pot-au-feu, la spécialité est la poularde truffée à la vapeur, méthode de cuisson chère à ce chef, meilleure façon de cuire la poularde grasse proclamée par Lucien Tendret dont il suit la recette[46].

Restaurant Dodin-Bouffant en 1937.

De nombreux chefs talentueux (Raymond Oliver, Marc Meneau, Jean-François Piège...) s'essaieront au difficile exercice de cuisiner le pot au feu légendaire et fantastique[47],[48]. Yannick Alléno réussit au Meurice un démesuré Grand pot au feu Dodin-Bouffant en cinq services du même acabit avec des vins en proportion[49] (judru lyonnais au bouillon, aiguillette de bœuf et croûtons de moelle au raifort, consommé double aux champignons, jarret de veau à la menthe et au serpolet et ses légumes, volaille de Bresse au foie gras de canard au Chambertin avec purée Soubise... Bonnes-Mares 1994). François Simon écrit (2012) « qu'il faut venir solidement charpenté pour ce voyage dans le temps car ce sont des secousses à la fois rudes et raffinées qui vous font perdre toutes notions .. 544 euros »[50].

En 2014, parait une adaptation en bande dessinée, réalisée par le dessinateur belge Mathieu Burniat.

Bruno Fuligni, (2015) dans sa Folle histoire - Les gourmands mémorables estime que Dodin-Bouffant et Marcel Rouff méritent de rejoindre le Panthéon[51].

Trân Anh Hùng réalisateur de cinéma, Lion d'or au Festival du film de Venise 1995, a annoncé en 2017 le projet d'un long métrage Dodin-Bouffant, adaptation par lui-même de l'œuvre de Rouff [52]. Le tournage est annoncé en 2021 (costumes Nathalie Leborgne, acteurs : Juliette Binoche, Gilles Lellouche)[53].

Guinoiseau (alias Curnonsky), roman paru en 1926, ill. Joseph Hémard.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Le bonheur d'écrire et de décrire[modifier | modifier le code]

Marcel Rouff aime écrire un français qu’il qualifie de «scrupuleux» - ce qui le fera traiter de laborieux [54] - fait de phrases longues riches d’adjectifs, de qualificatifs et de précisions. Il aime laisser aller son imagination féconde jusqu'à égarer son lecteur: «quand Marcel Rouff aura le courage de choisir parmi les idées qui le tente, qui se chevauchent et s’embrouillent à plaisir, accordera plus de soin à la présentation de ses idées... il nous donnera une oeuvre puissante et originale» écrit le critique de L’Intransigeant (1930) [55].

Sa prose descriptive est facile pour lui, il aime les brèves descriptions émouvantes de la nature (à la manière de Lucien Tendret décrivant l’ascension du Colombier [56]) des villes et des lieux… entrecoupées de peintures précises de repas, de bon vins et de portraits de femmes. La forme, le style sont plus importants que le fonds dans de nombreuses nouvelles et romans (il s'essouffle rapidement ) à l’exception de Dodin-Bouffant qu’il a longtemps médité[54].

L’ironiste (qualificatif de Curnonsky dans Guinoiseau)[modifier | modifier le code]

Selon un mécanisme décrit dans Guinoiseau ou Le moyen de ne pas parvenir (dont le titre est inspiré de l'œuvre de Béroalde de Verville), il part d’une trame courte, d’une histoire à habiller[57]. La dimension irrationnelle, provocante, incroyable de la trame est toujours présente: L'Homme que l'amour empêcha d'aimer est un Don Juan qui fuit les femmes, dans Vous qui l'avez connue, une femme-Janus tyrannique bourreau de son mari, côté face, et côté pile, amante exemplaire, douce et constante d’un enseignant, va attirer une fois morte le second vers sa tombe et le premier dans le lit de la femme du second.

Dans L'homme de 50 ans, Robert Panurce glisse des balles dans son revolver le matin de ses 50 ans et dit: «je me tuerai ce soir». En fin de comptes et après de longues réflexions et une journée insignifiante, il donne fin à la vie qu'il mène en épousant Froussette, la fille de la concierge [58].

Marcel Rouff circa 1926 avec note manuscrite (Archives de Cursnonsky - ed. Curnonska 2007, T3)

La province[modifier | modifier le code]

Le monde provincial est propice à l’invention de personnages sans intérêt aptes à être l’objet de description superlative. Le Grand Léonard est un roman typique qui se déroule dans une ville provinciale dénuée de tout attrait et dont le personnage central est le coiffeur mythomane Lefrizol… inventeur d'amours fabuleuses qui lui vaudront la vengeance bien réelle de sa compagne, la molle Isabelle.

La nostalgie[modifier | modifier le code]

Rouff aime un passé nostalgique, le mot vieux revient souvent sous sa plume, pour patiner les choses, pour donner une richesse, une affection: la vieille cuisine de France…

«J'ai mis l'âme de nos vieux rêves

Dans un piano, le long des grèves.

Ainsi, parfois,

Le vent, sur les touches d'ivoire,

Revient remémorer l'histoire

De l'Autrefois.» (Les Hautaines)

La bonne chère[modifier | modifier le code]

Il eut sur ce sujet une activité de journaliste. Il tenait, chaque samedi, avec Curnonsky, Charles Brun, Austin de Croze, etc.[59] la page Le beau voyage et la bonne Auberge dans le journal Comoedia[60]. Tout ce groupe avait une connaissance approfondie des produits et des recettes de la cuisine française.

Marcel Rouff livre sa conception de la gastronomie dans un article du Figaro illustré (novembre 1932, Madame reçoit). «La gastronomie ne dépend pas des modes mais de... l'instinct d'un peuple appliqué à transformer... au mieux du plaisir des sens les produits de son pays». Après les multiples essais du XVIe au XVIIIe siècle, «le grand Carême a fixé les lois du code inviolable de la table». Il n'y a pas de modernité (de nouveauté) en cuisine mais des «améliorations heureuses» qui ne «sortent pas de la tradition». Tout comme un grand vin, un grand fromage sont aboutis à tout jamais dans leur perfection[61]. Le passé est ici présent comme la recherche d'une excellence achevée.

Curnonsky écrit dans La France à table (février 1936) de brèves et émouvantes lignes à la suite du décès de Rouff : «Il n’a pas seulement écrit Dodin Bouffant, il a vécu ce type de gourmet qu’il a su créer. Pour Marcel Rouff, la gastronomie était vraiment une raison de vivre et l’un des aspects de sa riche et puissante nature»[62].

Gorenflot (pseudonyme de Camille La Broue) dans le Figaro du 9 septembre 1934 donne une idée de la hauteur des exigences de Rouff quand au plaisir de la table : « Le repas parfait exige la réunion de tant de circonstances, la coïncidence de tant de bonnes dispositions d'esprit, aussi bien chez les exécutants que chez les dégustants qu'il comporte une part de hasard et qu'on ne peut espérer le savourer que bien rarement dans une vie »[63].

Le Déjeuner du Grand Perdreau[modifier | modifier le code]

Marcel Rouff et Edouard de Pomiane, photo parue dans La France à Table de mars 1936 à l'occasion de sa mort.

Marcel Rouff est, avec son frère Frédéric et Curnonsky, membre fondateur et fidèle du Déjeuner du Grand Perdreau, société gastronomique de vingt-trois membres éditeurs et écrivains gourmets. Le Bottin mondain de 1953 écrit «Le Déjeuner du Grand Perdreau - Réunion des éditeurs de Paris , fondée par Alfred Vallette, directeur du Mercure de France, en 1910, puis présidée par Marius Gabion, par Maurice Donnay et par Curnonsky». La date de 1910 est régulièrement recopiée par la suite [64],[65],[66]. Il n'existe aucune trace de l'existence du Déjeuner du grand Perdreau avant 1921, qui est l'année effective des premiers déjeuners et l'année où il prit ce nom (le chef s'était excusé en disant, «il n'y a qu'un perdreau mais il est grand»)[67]. Dès ce premier texte les membres sont des éditeurs et des écrivains qui se réunissent dans un bon restaurant chaque mois. En 1924 ils instituent un Prix du Grand Perdreau: le meilleur restaurant est élu une fois par an à bulletin secret[68],[69],[70]. Parmi les éditeurs on note: Alfred Vallette, Tallandier, Albin Michel, Payot, Georges Crès, J. et Maurice Bourdel, Mainguet, Gas, Teyssou, Gaston et René Gallimard, Frédéric Rouff, René Fauchois, Louis Brun[69]. Marcel Rouff et Curnonsky sont signalés présents aux repas de 1924 à 1929[69],[71],[70]. Le prix du Grand Perdreau 1925 est décerné au restaurant La Poularde, comme par hasard ex-aequo avec le Café-restaurant l'Univers[72].

Les femmes n'étaient pas admises à ces repas (d'où la création des Belles Perdrix en 1928) ou fleurissaient les plaisanteries grivoises qui furent rassemblées dans un livre Joyeusetés et Facéties T.S.V.P par J.W. Bienstock et Curnonsky (Paris, Grès. 1924)[69]. Le Déjeuner du Grand Perdreau figure une dernière fois dans la presse en 1930 [73],[74].

Au Grand Léonard, le dernier roman de Marcel Rouff - 1934.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Première d'Hernani, à-propos... Paris : libr. impr. réunies , 1895, 22 p.
  • Les hautaines, poésies, Paris : P. Ollendorff , 1896, VIII-112 p. - Préfacier : Armand Silvestre (1837-1901)
  • La Grande Angoisse. Les Pèlerins, Paris : P. Ollendorff, 1899, In-18, 339 p.
  • Les Moulins à vent, Comédie en 1 acte, en vers... Lausanne : imp. réunies , 1919, 23 p.
  • La Vie et la passion de Dodin-Bouffant, Paris, Société littéraire de France, 1920, in-12, 99 p. 1re édition. puis La Vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, (5 chapitres supplémentaires) Paris : Delamain, Boutelleau et Cie , 1924, In-8°, 271 p., ill. coul. de Joseph Hémard - rééd. 1970, L'age d'homme coll. Poche Suisse :Montreux, 1990, 2010
  • Curnonsky (1872-1956) et Marcel Rouff. La France gastronomique. Guide des merveilles culinaires et des bonnes auberges françaises, Paris, impr.- Frédéric Rouff, éditeurs, 148, rue de Vaugirard ,1921-1928, 28 volumes
    • 1921 (5 vol) L’Alsace 127 p. - La Normandie, 128 p. - Le Périgord, 128 p.- La Bresse, Le Bugey. Le Pays de Gex , In-16, 127 p - L’Anjou, 128 p.
    • 1922 (5 vol) Le Béarn 128 p. - La Provence, 128 p - Paris 1 du Ier au VIIe arrondissement. - Paris 2 du VIIIe au XXe arrondissement - La Touraine, 112 p.
    • 1923 (3 vol) La Bourgogne, 143 p. - La Bretagne, 128 p. - La Savoie, 128 p.
    • 1924 (5 vol) Environs de Paris.I. (Seine, Seine et Oise et Oise), - Environs de Paris.II (Seine-et-Marne et Aisne) - Le Poitou La Vendée, 112 p. - L'Aunis. La Saintonge. L'Angoumois, 112 p. - Bordeaux. Le Bordelais et les Landes, 125 p.
    • 1925 (3 vol) Lyon et le Lyonnais (2 vol.) - Le Maine et le Perche, 112 p.
    • 1926 (3 vol) La Franche-Comté, 128 p. - Le Nivernais et le Bourbonnais, 128 p.- L'Orléanais ,128 p.
    • 1927 (1 vol) Le Vivarais, le Rouergue et le Gévaudan, 112 p.
    • 1928 (2 vol) Le Dauphiné, 105 p - Le Roussillon, Le Comté de Foix, 97 p
  • Ce qui plane sur la ville, 1921, In-16, 128 p.
  • Les Mines de charbon en France au XVIIIe siècle, 1744-1791, étude d'histoire économique et sociale, 1922
  • Voyage au monde à l'envers, Paris : G. Crès , 1923, In-16, 216 p. (première édition Mercure de France, 1 octobre-15 novembre 1920)
  • L'Homme que l'amour empêcha d'aimer, suivi de Un coq survint, Paris : éditions du "Sagittaire" , 1924, In-16, 214 p.
  • L'Homme et la montagne. - Paris, Émile-Paul frères, 1924, Petit in 8, broché 303 p., 1re édition, coll. "Edmond Jaloux".(nombreuses rééditions)
  • Guinoiseau, ou le Moyen de ne pas parvenir, roman, Paris : Stock, Delamain et Boutelleau, 1926 In-16, 304 p.
  • Les Temps révolus. Sur le quai Wilson, roman, Paris, Emile-Paul frères , 1926, Collection Edmond Jaloux, In-16, II-309 p.
  • Les Temps révolus. Les Étranglés, roman, 1927
  • Les Devoirs de l'amitié, nouvelles, Paris : "les Cahiers de Paris" , 1927, 96 p.
  • Jubabau, roman, Paris : éditions Émile-Paul frères, 1928, In-16, 285 p.
  • Anaïs, ou l'Heure des élites, Mayenne : Impr. Floch, 1928, 229 p.
  • La Vie de Chateaubriand, Paris : libr. Gallimard , 1929. In-16, 325 p., (Vies des hommes illustres, n° 25)
  • L'Homme de cinquante ans, Paris : la "Nouvelle revue critique", 1929, 221 p.[75]
  • La Vie de fête sous le second Empire. Hortense Schneider, avec Thérèse Casevitz (1879-1970), Paris : éditions Jules Tallandier, 1930, In-16, 223 p.
  • Le roi camelot. Pièce en 3 actes et 11 tableaux donné au théâtre de l'Oeuvre. 1930[76]
  • La Peau peinte, roman, Paris : la "Nouvelle revue critique" , 1930, 253 p.
  • Le Cervin suisse, par Albert Gos (1852-1942) dans la Montagnes (1931)
    Montagnes, édition illustrée de nombreuses photographies. Paris, Gallimard. 1931. 191 p. 316 vues et photographies[77].
  • Dans l'Atlas... une nuit, roman, Paris : Baudinière, 1932, In-16, 285 p.
  • La confession du Pacifique, roman, Paris : A. Fayard et Cie , 1933 (Les œuvres libres CXLIX)
  • Au Grand Léonard : dames, messieurs indéfrisables, roman de fantoches, Paris : Ed. de la "Nouvelle revue critique", 1934, 251 p.
  • Vous qui l'avez connue ... nouvelle inédite, Paris : A. Fayard et Cie , 1934, 1 vol. (379 p.) contenant 6 pièces et nouvelles
  • Éloge de Honoré de Balzac, Mâcon : impr. Protat frères , 1939, 8 p. (éloge prononcé à l'Académie des Gastronomes) (en ligne sur le site de la BnF[78],
Rouff (admiratif) donne dans son Eloge prononcé devant l'Académie le menu du repas de Balzac chez Véry, le soir où il remet Eugénie Grandet à son éditeur:

Un cent d'huîtres d'Ostende; Douze côtelettes de pré-salé au naturel; Un caneton aux navets; Une paire de perdreaux rôtis; Une sole normande.

Sans compter les hors-d'œuvre, les fantaisies, telles qu'entremets, fruits, poires de Doyenné surtout, dont il avala plus d'une douzaine; le tout arrosé de vins fins, délicats, des crus les plus renommés; le café et les liqueurs.

Traductions[modifier | modifier le code]

Traduction en langue anglaise

  • The Passionate Epicure, La Vie et la Passion de Dodin-Bouffant, Gourmet par Anne Desclos, illustrations de Charles Mozley. 1961
  • Journey to the Inverted World (Encinco, California, Black Coat Press, 2011), traduction de Voyage au monde à l'envers (1923) par Brian Stableford [79].

Titres et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Membre fondateur de l’Académie des Gastronomes, membre d’honneur du Club des Purs Cent, président de la Section Gastronomique de l’Exposition de 1937, membre du Grand Perdreau, membre assidu de vingt clubs de gourmets,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, L'AGE D'HOMME, , 170 p. (ISBN 978-2-8251-0159-9, lire en ligne)
  2. « Acte de décès no 221 (vue 23/31) de Marcel Gabriel Rouff du registre des décès de l'année 1936 du 16e arrondissement de Paris », sur Archives de Paris (consulté le )
  3. a b c d e et f Françoise Colin, Et Marcel Rouff créa Dodin-Bouffant, Dijon, Françoise Colin, , 159 p.
  4. sciences et arts Auteur du texte Société nivernaise des lettres, « Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts », sur Gallica, (consulté le ).
  5. Marcel (1877-1936) Auteur du texte Rouff, Éloge de Honoré de Balzac : prononcé à l'Académie des gastronomes par le titulaire de son fauteuil, Marcel Rouff, (lire en ligne).
  6. « Le Temps 5 février 1936 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  7. Marcel Rouff, Au Grand Léonard, Paris, Editions de la Nouvelle Revue Critique, , 248 pages p..
  8. a et b (en) Allen S. Weiss, Feast and Folly: Cuisine, Intoxication, and the Poetics of the Sublime, SUNY Press, (ISBN 978-0-7914-8788-4, lire en ligne)
  9. « Paris-soir 2 juin 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  10. « Paris-soir 23 juin 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  11. « L’Ère nouvelle 8 février 1936 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  12. « L’Intransigeant 8 juin 1924 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  13. « Le Siècle 25 novembre 1927 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  14. « Comœdia 7 janvier 1928 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  15. Journal des gourmands et des belles, ou, L'épicurien français ..., Capelle et Renand, (lire en ligne)
  16. Charles-Louis Cadet de Gassicourt, Cours gastronomique, ou, Les diners de Manant-ville : ouvrage anecdotique, philosophique et littéraire, Capelle et Renand, (lire en ligne)
  17. Maurice Edmond Sailland et Marcel Rouff, La France gastronomique : Guide des merveilles culinaires et des bonnes auberges françaises, Paris : Rouff, (lire en ligne)
  18. « Comœdia 24 mai 1924 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  19. « « faire bonne chair » ou « faire bonne chère » ? - Orthographe Projet Voltaire », sur Le Projet Voltaire (consulté le )
  20. (en) The Professed Cook; Or, the Modern Art of Cookery, Pastry and Confectionary Made Plain and Easy ... Translated [By B. Glermont.] from the Soupers de la Cour [of Menon]. Second Edition, (lire en ligne)
  21. a et b (en) Peter Graham, « Jacques Manière », sur https://chez-gram.com/, .
  22. Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, L'AGE D'HOMME, (ISBN 978-2-8251-0159-9, lire en ligne)
  23. Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, L'Age d'Homme, , 170 p. (ISBN 978-2-8251-0159-9, lire en ligne).
  24. Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, L'Age d'Homme, , 170 p. (ISBN 978-2-8251-0159-9, lire en ligne).
  25. « Le Petit Parisien : journal quotidien du soir p.3 », sur Gallica, (consulté le )
  26. « La Toque blanche : organe professionnel hebdomadaire des chefs de cuisine de France et de l'étranger. p.8 », sur Gallica, (consulté le )
  27. « La Liberté », sur Gallica, (consulté le )
  28. « Mercure de France : série moderne / directeur Alfred Vallette - p.284 », sur Gallica, (consulté le )
  29. « L'Echo d'Alger : journal républicain du matin », sur Gallica, (consulté le )
  30. « Lyon républicain 25 janvier 1936 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  31. « Le Gaulois 2 décembre 1924 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  32. Gaston Derys, L'Art d'être Gourmand, Paris, Albin Michel, , 374 p., p. 34 Pot au Feu de Dodin-Bouffant
  33. « Le Temps 11 février 1926 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  34. « Journal des débats politiques et littéraires 25 novembre 1937 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  35. (de) « Auktion - PARIS MON AMOUR SEPTIÈME ÉDITION am 09.04.2018 - LotSearch », sur www.lotsearch.de (consulté le ).
  36. Fabien Dunand, « Alexandre Dumaine, le Magnifique », Plaisirs - Cuisiniers d'Anthologie,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  37. « La vérité sur le Fouquet's », sur Challenges (consulté le ).
  38. Robert J. Courtine, La gastronomie, Paris, Presses universitaires de France - Que sais-je, , 125 pages p. (ISSN 0768-0066), p.89.
  39. Institut National de l’Audiovisuel- Ina.fr, « La Vie et la passion de Dodin-Bouffant », sur Ina.fr (consulté le ).
  40. « La vie et la passion de Dodin-Bouffant ».
  41. Edmond Tiborovsky, Nicole Maurey, Gilette Barbier et Myriam Boyer, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, (lire en ligne)
  42. « Résultats Google Recherche d'images correspondant à https://cdn-madelen.ina.fr/720x405/012/CPF86642510.jpeg », sur www.google.com (consulté le )
  43. (en-US) Mimi Sheraton, « Restaurants », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  44. « CHÈRES HUITRES », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Décès du cuisinier Jacques Manière », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « DODIN-BOUFFANT », sur Tumblr (consulté le ).
  47. Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, L'AGE D'HOMME, , 170 p. (ISBN 978-2-8251-0159-9, lire en ligne).
  48. Stéphane Davet, « Le pot-au-feu de Dodin-Bouffant, selon Jean-François Piège », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Jean-Claude Ribaut, Voyage d'un gourmet à Paris, Calmann-Lévy, , 328 p. (ISBN 978-2-7021-5143-3, lire en ligne).
  50. François SIMON, Aux innocents la bouche pleine, Groupe Robert Laffont, , 161 p. (ISBN 978-2-221-12630-1, lire en ligne).
  51. Bruno Fuligni, Folle histoire : Les gourmands mémorables, Editions Prisma, , 116 p. (ISBN 978-2-8104-1606-6, lire en ligne).
  52. (vi) « Trang tin tổng hợp giới trẻ - Tiin.vn », sur http://www.tiin.vn, (consulté le )
  53. AlloCine, « Dodin-Buffant » (consulté le )
  54. a et b unknown library, Cosmopolis An International Monthly Review ..., T. F. Unwin, (lire en ligne)
  55. « L’Intransigeant 27 mai 1930 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  56. Lucien Tendret, La table au pays de Brillat-Savarin, Chartres, menufretin, 1892 réédition 2014, 192 p. (ISBN 978-2-917008-73-7), p 156
  57. Marcel Rouff, Guinoiseau ou Le moyen de ne pas parvenir, Paris, Librairie Stock, , 304 p.
  58. « Le Phare de la Loire 25 mars 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  59. « Comoedia / rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski », sur Gallica, (consulté le ).
  60. « Comoedia / rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski », sur Gallica, (consulté le ).
  61. Marcel Rouff, « Qu'est-ce qu'une bonne table ? », Le Figaro Illustré (Revue mensuelle),‎ , p. 547 à 552, lire page 551.
  62. « La France à table : table, tourisme et santé », sur Gallica, (consulté le ), p. 25.
  63. « Le Figaro 9 septembre 1934 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  64. Bottin mondain, Didot-Bottin (lire en ligne).
  65. Bénédict Beaugé, Plats du jour : Sur l'idée de nouveauté en cuisine, Anne-Marie Métailié, , 352 p. (ISBN 978-2-86424-992-4 et 2-86424-992-8, lire en ligne), "Le Cercles des Gourmettes est le nom de celui fondé en 1929 par les épouses des membres du Club des Cents, tandis que celles des membres du Grand Perdreau créent les Belles Perdrix l'année précédente.".
  66. Robert Courtine, La vie parisienne (3): La rive gauche, Perrin (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-262-05563-9, lire en ligne).
  67. « Aux écoutes 25 décembre 1921 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  68. « L'Europe nouvelle : revue hebdomadaire des questions extérieures, économiques et littéraires », sur Gallica, (consulté le ).
  69. a b c et d « Comœdia 12 avril 1924 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  70. a et b « Paris-soir 5 mai 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  71. « Paris-soir 27 octobre 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  72. « Vient de paraître : revue bibliographique mensuelle et courrier de la vie intellectuelle et artistique », sur Gallica, (consulté le ).
  73. moteur statistique, « "Déjeuner du Grand Perdreau" (33 pages dans 33 fascicules, 9 titres de presse) », sur retronews BNF, .
  74. « Comœdia 29 mai 1930 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le ).
  75. Marcel (1877-1936) Auteur du texte Rouff, L'homme et la montagne : Marcel Rouff, (lire en ligne)
  76. « L’Écho de Paris 8 mars 1930 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  77. Marcel (1877-1936) Auteur du texte Rouff, Montagnes, édition illustrée de nombreuses photographies / Marcel Rouff, (lire en ligne)
  78. Marcel (1877-1936) Auteur du texte Rouff, Éloge de Honoré de Balzac : prononcé à l'Académie des gastronomes par le titulaire de son fauteuil, Marcel Rouff, (lire en ligne)
  79. (en) « SFE encyclopédie de la science fiction », sur http://www.sf-encyclopedia.com,
  80. « L’Univers israélite 18 février 1921 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Article de La Vanguardia écrit lors de la mort de Pierre Troisgros (2020) selon lequel c'est pour servir à la portion le pot au feu Dodin-Bouffant qu'il utilise des assiettes de 32 cm. trouvées chez son marchand de vaisselle. Ainsi est né le service en grande assiette typique de la nouvelle cuisine et devenu commun. [2]
  • Philippe Gillet, Soyons Français à table! : petit manuel de civilité nouvelle, pour cultiver l'art d'être à table, Paris : Editions Payot & Rivages, 1994. Article Dodin-Bouffant p. 163.[3]