Marc Meneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Marc Meneau
Description de cette image, également commentée ci-après

L'Espérance de Saint-Père en Bourgogne

Naissance (73 ans)
Avallon (Bourgogne)
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
Profession
Activité principale
Formation
Ecole hôtelière de Strasbourg
Distinctions
Conjoint
Françoise Meneau (Épouse)
Descendants
Pierre Meneau (son fils restaurateur)

Compléments

20/20

Marc Meneau, né le 16 mars 1943 à Avallon en Bourgogne, est un grand chef cuisinier français du restaurant L'Espérance de Saint-Père, dans l'Yonne, en Bourgogne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bourguignon de souche, Marc Meneau n’a jamais vraiment quitté sa terre natale. Parti en 1961 à Strasbourg pour y suivre une école hôtelière, il est très vite revenu pour reprendre le café-épicerie de sa mère Marguerite, situé à Saint-Père sous Vézelay. Aidé de sa femme Françoise (fille de restaurateur bourguignon), ce cuisinier autodidacte transforme le fonds de commerce en restaurant et invente des recettes, vite mises en application. Sa soif d’apprendre est insatiable. Il se tourne vers les livres des grands maîtres de la cuisine ancienne et les étudie, ce qui l'aide à devenir un grand chef cuisinier spécialiste de la cuisine ancienne. Il a pour maîtres les chefs Alex Imbert de Maxim's, André Guillot de l’Auberge du Vieux-Marly, et Jacques Besnard, du Palais de l'Élysée.

En 1972, il obtient sa première étoile au guide Michelin et décide alors de déménager son restaurant dans une demeure plus grande qu'il baptise L'Espérance.

En 1975, une deuxième étoile Michelin lui est décernée.

En 1983, Marc Meneau est élu « Meilleur Cuisinier Français de l'Année » et obtient 3 étoiles au Guide Michelin, ainsi que 19/20 au Gault et Millau. Il plante 16 hectares de vigne destinés à faire revivre l’appellation Bourgogne-vézelay AOC.

En 1999, il perd sa troisième étoile Michelin mais conserve 19/20 au Gault et Millau.

En 2003, il fonde l'EntreVignes, un bistrot de vignerons en face de L'Espérance. L'idée lui est soufflée par Serge Gainsbourg, familier des lieux.[réf. nécessaire]

En 2004, Marc Meneau retrouve sa troisième étoile. Il s'associe dans la foulée à l'industriel François Schneider pour créer un nouveau complexe gastronomique de loisirs : « Les domaines de l'Espérance et du Roncemay » à Aillant-sur-Tholon dans l'Yonne avec golf, hôtel de luxe et restaurant gastronomique.

En janvier 2007, Marc Meneau est confronté à de grosses difficultés financières et à la liquidation judiciaire de sa société « Sder ». À la suite de cette annonce, Jean-François Mesplède, directeur du célèbre guide Michelin, radie L'Espérance de son édition 2007.

En 2008, L’Espérance figure à nouveau dans le guide Michelin, avec ses 2 étoiles.

En 2010, Marc Meneau plante son propre jardin potager, certifié bio, au sein même du parc de l’Espérance.

Le talent et savoir faire de Marc Meneau, savant mélange d’innovation, de nouvelle cuisine, d’esthétique culinaire, le tout très inspiré de l'histoire de la cuisine française, déclinant ses créations en plusieurs étapes et variations, est, à ce jour, une des références du monde culinaire et gastronomique.

Le 18 février 2015, à la suite d'un surendettement chronique de 7 millions €, les restaurants de Marc Meneau, âgé de 72 ans, sont mis pour la seconde fois en liquidation judiciaire. Il étudie avec son fils restaurateur, Pierre Meneau, toutes les solutions possibles de résurrection des établissements.

Établissements[modifier | modifier le code]

  • 1966 : Reprise du Café-Épicerie de sa mère, transformé en restaurant (activité de café de campagne, crêpes, gaufres)
  • 1972 : « L'Espérance » à Saint-Père-sous-Vézelay dans l'Yonne
  • 1986 : Société BaLeMe, la cuisine de l'extrême (alimentation pour spationaute)
  • 1990 : Mon cher Ton Ton, restaurant crée à New York (États-Unis), 56e rue[réf. nécessaire], avec pour chef Alain Desmots de mars 1990 à juin 1991
  • 1999-2007 : Le domaine de loisirs du Roncemay, à Aillant-sur-Tholon (Yonne)
  • 1999 : Création d'un restaurant à Beyrouth (Liban) – Kiev[réf. nécessaire]
  • 2003 : « L'EntreVignes » : Bistrot de vignerons en face du restaurant gastronomique
  • 2015 : Fermeture des deux restaurants de Saint-Père-sous-Vézelay, en liquidation judiciaire

Distinctions[modifier | modifier le code]

Quelques classiques du chef[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Clients célèbres[modifier | modifier le code]

Mstislav Rostropovitch et Serge Gainsbourg sont des habitués des lieux. En été 1990 et hiver 1990-1991, Serge Gainsbourg se sachant condamné, passe une partie de ses derniers jours au restaurant de Marc Meneau. Très proche et amical du chef et des brigades de cuisiniers et de serveurs, ces derniers sont présents à ses obsèques du 7 mars 1991 au cimetière du Montparnasse à Paris.

Disciples reconnus[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Lefebvre
  • Alain Desmots, Le Manoir du Plessis, Le Rheu
  • Fabrice Vitu, étoilé Michelin
  • Serge Viera, étoilé Michelin au Château de Couffour et Bocuse d'Or
  • Gilles Stassart, avant-gardiste culinaire
  • Gilles Goujon, étoilé Michelin et Meilleur ouvrier de France
  • Jacques Pourcel, étoilé Michelin
  • Kilien Stengel, Gourmand World Cookbook Awards
  • Roland Chanliaud, étoilé Michelin
  • Laurent Folmer, étoilé Michelin en Belgique
  • Ludovic Puzenat, « Relais & Châteaux », étoilé Michelin
  • Guillaume Crotet, Bib gourmand
  • Rondelli Alain, célèbre chef aux USA
  • Pascale et Philippe Loose, la Fleur de sel, deux toques au Gault et Millau
  • Vincent David, Roches fleuries à Cordon, étoilé Michelin
  • Serge Ripert, « Le Potin gourmand » à Cluny
  • Jean-Christophe Lebascle, « La Manufacture » à Issy-les-Moulineaux
  • Ian Cowley, SAIT Polytechnic, Canada
  • Jean Imbert (cuisinier)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1986 : La cuisine en fêtes, par Marc Meneau
  • 1993 : Tous à table : Cuisine adaptée aux difficultés d'alimentation, Par Thiébaut-Noël Willig et Marc Meneau
  • 1998 : Cuisine en fêtes, par Marc Meneau
  • 1999 : La Cuisine des monastères, par Marc Meneau et Annie Caen
  • 2001 : Schlemmereien aus der Klosterküche, par Marc Meneau et Annie Caen
  • 2002 : La conversation, par Marc Meneau, Hans Kissinger et Jim Harrisson
  • 2005 : Les Salades, du potager à l'assiette, par Marc Meneau, Annie Caen, Anne Caen et Philippe Exbrayat
  • 2006 : Musée gourmand : le peintre et le cuisinier, par Marc Meneau et Annie Caen

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]